Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MONDIALISATION Globalisation financière

Crises financières : la responsabilité partagée des gouvernements et des marchés

Le fait que, chaque jour, les marchés financiers transfèrent d'un endroit à un autre du monde des milliards de dollars à un coût de transaction infime n'implique pas que ces marchés soient parfaits au sens économique du terme. Il est un cliché répandu selon lequel les économistes seraient aveugles, pour des raisons idéologiques, aux défaillances des marchés. Dans le cas des marchés financiers, cela reflète très mal la réalité des travaux de recherches : depuis les années 1970, que ce soit aux États-Unis ou en Europe, les économistes ont intégré dans leurs modèles des hypothèses telles que l'asymétrie d'information, les situations de concurrence imparfaite, les anticipations quasi rationnelles, les phénomènes de panique et de mimétisme, etc.

La prise de risque excessive

L' asymétrie d'information est une caractéristique essentielle des marchés financiers. En général, les emprunteurs ont davantage d'information que les prêteurs sur la valeur et le risque de leurs projets. Ils peuvent de ce fait être incités à choisir des investissements excessivement risqués : si le pari sur l'investissement est réussi, c'est l'emprunteur qui gagnera beaucoup ; si l'investissement ne réussit pas, c'est le prêteur qui perdra beaucoup. Ce phénomène dit d'« aléa moral » peut expliquer les prises de risques excessives, les crises répétées, ainsi que la volatilité des cours sur les marchés financiers.

Grâce à une brusque libéralisation des mouvements de capitaux dans les années 1990, les investissements des pays émergents pouvaient être financés en dollars sur les marchés de capitaux internationaux à des taux d'intérêt (et donc à un coût) bien inférieurs aux taux nationaux. Les banques locales, principales récipiendaires de ces capitaux étrangers, se sont alors laissées emporter dans une vague d'emballement du crédit, sélectionnant peu les projets financés. Du côté des investisseurs, le taux de change fixe entre les devises de ces pays et le dollar faisait croire que leur prêt en dollars était sans risque. D'où très peu de vigilance de part et d'autre.

De plus, la globalisation financière des années 1990 dans les pays émergents reposait sur l'hypothèse qu'en s'ouvrant aux capitaux étrangers, les marchés émergents « importeraient » aussi les règles de conduite des institutions financières des pays développés et réduiraient leurs propres travers. Or les dispositifs de contrôle prudentiel dans ces pays n'ont pas été renforcés. Pis, des garanties furent offertes à quelques individus, proches du pouvoir, sur des investissements financiers au rendement douteux au moment même où le coût de financement de ces investissements diminuait du fait de la globalisation. Le phénomène d'aléa moral joua donc à plein puisque le risque d'investissement était socialisé ou transféré vers l'État.

Cela étant, les déboires de la « nouvelle économie » à l'entrée des années 2000 et d'un certain nombre de grandes entreprises des pays industrialisés, et, plus emblématique encore, la crise des subprimes (crédits hypothécaires à haut risque) qui a débuté aux États-Unis à l'été de 2007 avant de créer une grave crise de liquidité étendue à l'Europe, ont montré que ce phénomène de prise de risque excessive n'était pas l'apanage des pays émergents.

La catalyse de la crise

Dans le cas de la Thaïlande, la globalisation financière a facilité une prise de risque et un endettement en dollars à très court terme qui se sont révélés désastreux au moment de la crise. Le cocktail mêlant ouverture aux marchés de capitaux, endettement bon marché à l'étranger et socialisation des risques, avant d'aboutir à la crise, a un[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : professeur d'économie à l'université de Paris-XIII-Villetaneuse

Classification

Pour citer cet article

Philippe MARTIN et Dominique PLIHON. MONDIALISATION - Globalisation financière [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Valéry Giscard d'Estaing et Helmut Schmidt, 1978 - crédits : Bettmann/ Getty Images

Valéry Giscard d'Estaing et Helmut Schmidt, 1978

Autres références

  • MONDIALISATION (sociologie)

    • Écrit par Denis COLOMBI
    • 2 364 mots

    Le terme mondialisation (globalization en anglais) s’est imposé pour désigner une interconnexion croissante à l’échelle mondiale : les personnes, les institutions, les lieux et, plus généralement, les sociétés seraient de plus en plus reliés par-delà les frontières nationales, du fait de l’accroissement...

  • FRANCE - (Le territoire et les hommes) - Espace et société

    • Écrit par Magali REGHEZZA
    • 14 002 mots
    • 3 médias
    ...croissante de l’économie française à l’international est un fait marquant des années 1980, qui s’est accéléré dans les années 2000. L’intégration à la mondialisation et son corollaire, l’insertion dans la régionalisation européenne, entraînent des mutations rapides et profondes de l’appareil productif...
  • AÉRONAUTIQUE CIVILE (INDUSTRIE)

    • Écrit par Georges VILLE
    • 2 387 mots
    La construction aéronautique civile s'insère, dès les années 1950, dans la mondialisation en raison du caractère international du transport aérien et de ses propres spécificités ; ainsi, une analyse macro-économique simple montre que le niveau global des livraisons (de l'ordre de 800 à 1 000 appareils...
  • AGRICOLE RÉVOLUTION

    • Écrit par Abel POITRINEAU, Gabriel WACKERMANN
    • 8 076 mots
    ...changé les dimensions de celle-ci. Les accords de Bretton Woods (1944) et la création du Fonds monétaire international ont donné le départ d'une ère de mondialisation des affaires à laquelle l'agriculture a été partie prenante au même titre que l'industrie et le tertiaire ; déjà fortement industrialisée,...
  • ALTERMONDIALISME

    • Écrit par Christophe AGUITON, Universalis, Isabelle SOMMIER
    • 6 805 mots
    • 1 média
    ...fondatrice de la protestation contre le sommet de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle en décembre 1999, l'expression « mobilisation contre la mondialisation néolibérale », avec ses déclinaisons nationales (« antimondialisation » en France, « no-global » en Italie par exemple),...
  • Afficher les 84 références

Voir aussi