MISHIMA YUKIO (1925-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Brillant mondain et travailleur solitaire acharné, opportuniste et totalement anachronique, imbibé de valeurs occidentales et prônant les vertus japonaises les plus traditionnelles, épris des mots et cultivant ses muscles, hanté par la mort et amoureux de la vie, Mishima est un personnage multiple, paradoxal, dont l'œuvre, la vie, la mort peuvent irriter ou fasciner, mais laissent rarement indifférent. Refusant le statut d'intellectuel, il a tenté de mener sa quête sur tous les plans à la fois, le roman, le théâtre, le sport, l'action. L'unité souhaitée n'a cessé de se dérober devant lui, et l'impossible combat avec ses propres contradictions l'a conduit à construire sciemment sa mort.

Le désir et l'obstacle

Confession d'un masque, écrit en 1949 par un jeune homme de vingt-quatre ans, révéla brusquement au public le génie précoce de l'écrivain. Cette pseudo-autobiographie, d'une perspicacité à la fois impitoyable et poétique, est peut-être le chef-d'œuvre de Mishima mais à coup sûr la clé qui ouvre l'ensemble de son œuvre. Les images traumatisantes de ses premières années, le vidangeur, les princes assassinés et saint Sébastien supplicié, semblent avoir fixé indélébilement les attributs du corps désiré : celui d'un bel adolescent voué à une mort tragique. Érotisme et mort, jeunesse et beauté fusionnent dès l'aube de sa vie. Et l'imaginaire sévit d'autant plus violemment que l'enfant, séquestré quarante-neuf jours après sa naissance jusqu'à l'âge de onze ans par une grand-mère malade, un peu hystérique et nostalgique de la classe des samouraï dont elle était issue, vit confiné dans une chambre sombre, silencieuse, qui exclut le monde extérieur, ou du moins le transforme en mirage inaccessible. Très vite, au Collège des Pairs où il fera toute sa scolarité, Mishima se découvre différent de ses camarades et cerne peu à peu l'origine de cette différence : ses tendances homosexuelles. C'est l'impasse car ces désirs que condamne le code social lui apparaissent comme un monstrueux péché et, de plus, ils ne peuvent se satisfaire puisque son narcissisme lui impose d'être aussi désirable que le partenaire ; or il n'est qu'un petit intellectuel malingre et maladif. En ces années de sursis avant le grand cataclysme final qu'attend le peuple japonais, il se forge, au prix d'une épuisante tension de la volonté, un masque de normalité, et s'adonne dans la solitude au « théâtre du meurtre », mise en scène fantasmatique de beaux corps torturés et mourants. Le retour de la paix le laisse hébété et exclu du présent.

Ce que ne dit pas cette autobiographie obsédée par le problème sexuel, c'est que, dès l'âge de quinze ans, Mishima, de son vrai nom Hiraoka Kimitake, était un écrivain. En 1941, à seize ans, il publie dans une revue littéraire son roman Le Bois du plein de la fleur, que ses tendances passéistes, le culte de la beauté et de la mort apparentent à l'école romantique, agréée par le pouvoir militariste. Le pseudonyme Mishima Yukio date de cette époque. Mishima lit également beaucoup, bien plus que ses condisciples davantage intéressés que lui par l'actualité politique ; ses goûts le portent vers la littérature classique japonaise mais aussi vers Tanizaki, O. Wilde, Cocteau, Radiguet dont le génie précoce et la mort à vingt ans le fascinent. En octobre 1944, premier incontesté de sa classe, il quitte le Collège des Pairs et reçoit des mains de l'empereur une montre en argent. Se soumettant à la volonté de son père, fonctionnaire de l'État et violemment hostile à une carrière littéraire pour son fils (la mère, elle, restera toujours son alliée et sa conseillère), il s'inscrit au département de droit allemand de l'université impériale de Tōkyō. Lorsqu'en février 1945 arrive la feuille de route, il est, après examen médical, jugé inapte au service militaire. Or le médecin s'est trompé, confondant les symptômes du rhume et ceux de la tuberculose. Cet épisode explique peut-être en partie l'image romantique que Mishima se fera plus tard du champ de bataille : il ne l'a pas connu.

L'immédiat après-guerre, consacrant le retour sur la scène littéraire des intellectuels de gauche, risque de ruiner sa carrière naissante. Mais Kawabata, à qui il se présente en janvier 1946, accepte de l'introduire dans les nouveaux cercles littéraires et préface sa nouvelle La Cigarette. Il quitte l'université à l'automne de 1947 et entre au [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, agrégée de lettres classiques, docteur de troisième cycle, maître de conférences de littérature générale et comparée à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  MISHIMA YUKIO (1925-1970)  » est également traité dans :

HOSOE EIKOH (1933- )

  • Écrit par 
  • Armelle CANITROT
  •  • 670 mots

Hosoe Eikoh, qui naît en 1933 à Yonezawa au Japon, décide de devenir photographe à l'âge de dix-huit ans après avoir remporté le grand prix du concours Fuji. Diplômé du Tokyo College of Photography en 1954, il choisit le statut de free-lance et signe deux ans plus tard son premier livre et sa première exposition personnelle An American Girl in Tokyo . Il abandonne rapidement le documentaire pour […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 082 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « Le miracle économique »  : […] Le taux de croissance, remarquable, de 11 p. 100 par an en moyenne que le Japon connaît dans les années 1960 et au début des années 1970 permet de doubler le revenu moyen de la population en moins de dix ans. Le Japon est désormais considéré comme un « miracle économique », conjuguant haute productivité et taux d'épargne élevé. La croissance est soutenue par les directives du M.I.T.I., qui orient […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 418 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La « littérature de Mégalopolis » ? (1955-1970) »  : […] 1945 ne marqua pas une rupture totale. En revanche, un changement profond semble s'être produit entre 1950 et 1960. Jusqu'alors, chaque écrivain gardait certaines attaches (qu'il était libre d'accepter ou de récuser) avec la communauté sociale dont il était issu, avec la nature qui l'entourait. Ces liens disparaissent. Vers le ciel monte la forêt désordonnée des immeubles de béton. Les grandes vil […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Annie CECCHI, « MISHIMA YUKIO (1925-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mishima/