TANIZAKI JUN.ICHIRŌ (1886-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tanizaki Jun.ichirō fut, avec Kawabata Yasunari, l'un des premiers écrivains japonais qui aient été lus et appréciés en Occident de leur vivant. Entre 1950 et 1960, certaines de ses œuvres maîtresses avaient été traduites aux États-Unis et, quelques années plus tard, en Europe, en France en particulier où il recueillit un succès considérable.

On le représenta volontiers comme l'un des défenseurs les plus remarquables de l'esthétique traditionnelle, et lui-même ne dédaigna pas de se composer un personnage qui confirmât le public dans son opinion. Mais dans ses yeux passe souvent une lueur d'ironie.

La fulgurante ascension d'un écrivain « diabolique »

Vers 1908 surgit dans les romans et les revues littéraires le mot seikimatsu, « fin de siècle ». Il est entouré d'un halo imprécis, comme tous les termes qui annoncent l'avènement d'une sensibilité nouvelle et connaissent bientôt la vogue. Tandis que Tōkyō s'étend, se transforme et que, dans le domaine des lettres, les grands écrivains de Meiji atteignent à leur pleine maturité, la génération qui leur succède se sent attirée par d'autres horizons. Elle se détourne de la réalité proche. Elle veut capter des sensations plus fortes ou plus singulières. Avec Akutagawa Ryūnosuke, Tanizaki Jun.ichirō en sera le représentant le plus brillant.

Il recherche l'étrange. Ses premières œuvres sont des nouvelles, de brèves efflorescences de l'imagination. Il évoquera un artiste de jadis fasciné par le corps féminin (Shisei, 1910, Le Tatouage), une Chine de légende (Kirin, 1910, La Licorne), le paradis cruel de l'enfance (Shōnen, 1911, L'Enfant). Dans ce dernier récit, les garçons deviendront les esclaves de l'adolescente qu'ils avaient d'abord maltraitée. Le maître du Tatouage fixe sur le dos d'une jeune femme un dessin d'une étonnante perfection et réalise le rêve de sa vie, mais au même moment éveille en elle l'instinct du plaisir et de la domination. Le narrateur invoque maintes fois la « beauté », mais plus souvent encore le « diable ». Pendant les an [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales de l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  TANIZAKI JUN.ICHIRO (1886-1965)  » est également traité dans :

LA CONFESSION IMPUDIQUE, Tanizaki Jun.ichirō - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anne BAYARD-SAKAI
  •  • 1 022 mots

C'est un véritable scandale que suscite la parution en 1956 de La Confession impudique ( Kagi , littéralement « La Clé »), œuvre du romancier japonais Tanizaki Jun.ichirō (1886-1965). L'auteur est alors âgé de soixante-dix ans : c'est un maître dans le monde des lettres, unanimement admiré et respecté. Si de ses œuvres de jeunesse émanait un parfum sulf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-confession-impudique/#i_38468

RUINES, esthétique

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 2 917 mots
  •  • 1 média

L'attitude psychologique d'où naît le goût des ruines se révèle assez tard dans le monde occidental, alors qu'elle existait depuis longtemps chez les Orientaux. On ne saurait en trouver une meilleure analyse que dans In-ei raisun ( Éloge de l'ombre ) du romancier japonais contemporain Tanizaki (cf. l'article de Jacqueline Pigeot dans la revue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruines-esthetique/#i_38468

Pour citer l’article

Jean-Jacques ORIGAS, « TANIZAKI JUN.ICHIRŌ (1886-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tanizaki/