MISHIMA YUKIO (1925-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'horizon de la tragédie

En 1950 paraît Une soif d'amour, court roman où passion, violence et poésie s'allient admirablement. L'influence de Mauriac y est évidente. En 1951, il publie Couleurs interdites, dont le protagoniste, beau jeune homme-objet, se mire dans le désir qu'il inspire à ses partenaires jeunes ou vieux, hommes ou femmes, au gré des lieux de plaisir du Tōkyō de l'après-guerre.

Le jour de Noël 1951, Mishima s'embarque à Yokohama pour son premier tour du monde : New York, Rio de Janeiro, Paris, la Grèce. Celle-ci surtout le comble de joie ; il s'y était préparé par la lecture assidue, sur les traces de Radiguet, des classiques français et des tragiques grecs. Reniant sa prédilection pour la nuit et la mort, il découvre sa vocation solaire et classique, et puise, dans l'équilibre entre l'esprit et le corps dont témoigne la Grèce ancienne, la volonté de rendre son propre corps sain et vigoureux.

De retour au Japon, il écrit en 1953 Le Tumulte des flots, inspiré par Daphnis et Chloé. Cette idylle amoureuse, si étrangère dans sa sensualité délicate et heureuse aux obsessions de Mishima, connut un grand succès. Et les essais critiques qu'il écrit vers la même époque postulent pour le roman une construction dérivée de la tragédie classique : structure vigoureuse, enchaînement logique des péripéties, accélération du rythme vers la catastrophe finale. Ces critères tout à fait occidentaux ne seront jamais reniés par Mishima et expliquent peut-être la facile réception de son œuvre en Occident.

Parallèlement à sa production romanesque, Mishima écrit pour le théâtre car le séduisent tant les règles strictes de l'écriture théâtrale que l'incarnation des personnages, offerts au regard du public. Cinq Nōs modernes, écrits de 1950 à 1955, donnent un regain de vie au nō tombé en désuétude, et renouvellent les résonances de la fable antique, parfaitement identifiable par sa transposition dans des milieux sociaux ultramodernes. Jusqu'en 1968, Mishima écrira en alternance romans et pièces de théâtre.

Le Pavillon d'or, publié en 1956, connut un immense succès au Japon, puis à [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, agrégée de lettres classiques, docteur de troisième cycle, maître de conférences de littérature générale et comparée à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  MISHIMA YUKIO (1925-1970)  » est également traité dans :

HOSOE EIKOH (1933- )

  • Écrit par 
  • Armelle CANITROT
  •  • 670 mots

Hosoe Eikoh, qui naît en 1933 à Yonezawa au Japon, décide de devenir photographe à l'âge de dix-huit ans après avoir remporté le grand prix du concours Fuji. Diplômé du Tokyo College of Photography en 1954, il choisit le statut de free-lance et signe deux ans plus tard son premier livre et sa première exposition personnelle An American Girl in Tokyo . Il abandonne rapidemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hosoe/#i_24499

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « Le miracle économique »  : […] Le taux de croissance, remarquable, de 11 p. 100 par an en moyenne que le Japon connaît dans les années 1960 et au début des années 1970 permet de doubler le revenu moyen de la population en moins de dix ans. Le Japon est désormais considéré comme un « miracle économique », conjuguant haute productivité et taux d'épargne élevé. La croissance est soutenue par les directives du M.I.T.I., qui orient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_24499

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La « littérature de Mégalopolis » ? (1955-1970) »  : […] 1945 ne marqua pas une rupture totale. En revanche, un changement profond semble s'être produit entre 1950 et 1960. Jusqu'alors, chaque écrivain gardait certaines attaches (qu'il était libre d'accepter ou de récuser) avec la communauté sociale dont il était issu, avec la nature qui l'entourait. Ces liens disparaissent. Vers le ciel monte la forêt désordonnée des immeubles de béton. Les grandes vil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-litterature/#i_24499

Voir aussi

Pour citer l’article

Annie CECCHI, « MISHIMA YUKIO (1925-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mishima/