HOSOE EIKOH (1933- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hosoe Eikoh, qui naît en 1933 à Yonezawa au Japon, décide de devenir photographe à l'âge de dix-huit ans après avoir remporté le grand prix du concours Fuji. Diplômé du Tokyo College of Photography en 1954, il choisit le statut de free-lance et signe deux ans plus tard son premier livre et sa première exposition personnelle An American Girl in Tokyo. Il abandonne rapidement le documentaire pour une approche narrative et subjective, et, en réaction à la domination du photojournalisme conformiste qui marque la période d'après Hiroshima, fonde l'agence indépendante Vivo (1959-1962) notamment avec Narahara Ikkô et Tômatsu Shomei. Sa rencontre avec le fondateur du butō Hijikata Tatsumi (1960) et avec l'écrivain Mishima Yukio (1961) va lui inspirer les deux directions essentielles de son œuvre : le nu d'une part, les mises en scènes symboliques d'autre part.

Dans un Japon où la nudité reste un sujet tabou, Hosoe Eikoh s'attache à capter la sensualité des corps, élaborant une écriture incandescente rythmée de gros plans et de contrastes violents entre les noirs et les blancs. Un peu dans l'esprit d'un Bill Brandt (dont il admire l'œuvre, tout comme celles d'Ansel Adams et d'Edward Weston), il traduit dans Man and Woman (1960) l'énergie dramatique du corps et des visages des danseurs puis, dans son livre Embrace (1971), saisit les étreintes des corps et les variations de la chair à la limite de l'abstraction. « J'ai essayé de poser la question de l'identité et du moi, en décrivant la qualité sensuelle et tactile de la chair, en sondant simplement une partie de corps. J'essaie de magnifier les corps nus et de les faire communier en représentant des formes abstraites et unisexes. »

Avec Hijikata Tatsumi, il réalise le film expérimental Naval and Atomic Bomb (1960), puis, explorant la force narrative et fantasmatique de la photographie, les images du livre Kamaitachi (1969), sorte de ballet mythique dans lequel [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOSOE EIKOH (1933- )  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « La guerre et l'essor »  : […] La Seconde Guerre mondiale devait marquer l'arrêt de cette effervescence moderniste et de ce goût de la recherche, au profit de l'effort national de propagande servi par des photographes anonymes. La fin de la guerre et ses conséquences auront un effet durable sur la photographie japonaise, qui sera d'abord consacrée aux témoignages immédiats sur les deux frappes nucléaires des 6 et 9 août 1945. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_96720

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'espace du rêve »  : […] La troisième grande source de nos images ce sont nos rêves, endormis ou éveillés. Depuis longtemps, certains photographes se sont essayés aux compositions surréalistes, à la manière des Magritte et des Dalí, mais avec un succès inégal. La photo, à la fois exacte et manipulable, s'y prêterait pourtant si elle n'aboutissait alors à des montages très artificiels dont les dadaïstes des années 1920 ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_96720

Pour citer l’article

Armelle CANITROT, « HOSOE EIKOH (1933- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hosoe/