Écrivains japonais


ABE KŌBŌ (1924-1993)

  • Écrit par 
  • Annie CECCHI
  •  • 762 mots

Fils aîné d'un professeur de médecine à l'université de Moukden, né à Tōkyō, Abe Kōbō passe toutefois en Mandchourie ses années d'enfance et d'adolescence jusqu'en 1943. Cette période de formation, vécue sur un sol étranger, explique sans doute l'image fréquente dans son œuvre du sable et du désert, urbain ou naturel ; elle est peut-être aussi à l'origine du caractère irréel du Japon et de sa cult […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abe-kobo/#i_0

AKINARI UEDA (1734-1809)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 1 279 mots
  •  • 1 média

Conteur délicat et savant philologue, moraliste misanthrope et pessimiste, critique mordant, mais lucide jusque dans ses haines, homme de lettres dont la passion de l'écrit fut l'unique raison de vivre, Ueda Akinari est, sans conteste, la figure la plus attachante et l'écrivain le plus authentique de la littérature japonaise du xviiie siècle.Biographi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/akinari/#i_0

AKUTAGAWA RYŪNOSUKE (1892-1927)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 1 288 mots

Vers 1920, Akutagawa Ryūnosuke s'était déjà imposé aux yeux du public japonais comme l'écrivain le plus brillant de la « génération de Taishō ». Mais une lueur étrange émane de ses récits brefs qui, à eux seuls, constituent la presque totalité de son œuvre. Durant les premières années, il faisait revivre les époques les plus diverses, se plaisait à parodier ou à imaginer toujours d'autres styles. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/akutagawa/#i_0

ARIWARA NO NARIHIRA (825-880)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 343 mots

Poète japonais, petit-fils d'empereurs par son père et par sa mère. On ne connaît guère de la vie de Narihira qu'une sèche récapitulation de son cursus honorum. Mais très tôt le personnage est entouré d'un halo légendaire qui fait de lui une sorte de héros de roman. L'Ise monogatari, compilation disparate de contes d'origines diverses, avait sans doute recue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ariwara/#i_0

BASHŌ (1644-1694)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 1 477 mots

Matsuo Munefusa, dit Bashō, est généralement considéré comme l'interprète le plus authentique du génie poétique japonais. Avec Chikamatsu le dramaturge et Saikaku le romancier, on le compte parmi les « trois grands » écrivains de son siècle. Maître incontesté du haikai-renga, du « poème libre en chaîne », qu'il pratiquait assidûment avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/basho/#i_0

BUSON YOSA (1716-1783)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 242 mots

Buson, poète et peintre japonais, fut, avec Ike-no-Taiga, le créateur du Nanga, école des Lettrés. Éclectique comme la plupart de ses contemporains, Buson s'est illustré par des styles très divers, mais il semble que son emploi du pinceau s'apparente surtout à celui des maîtres de l'époque Muromachi, formés à l'école des peintres Song et Yuan.Taniguchi Yosa prit de multiples noms de pinceau, dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yosa-buson/#i_0

CHIKAMATSU MONZAEMON (1653-1724)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 2 854 mots
  •  • 1 média

De tous les dramaturges japonais, Chikamatsu Monzaemon est sans conteste le plus grand. D'un banal spectacle de marionnettes qui illustrait de plats récits de style pseudo-épique, il fit un genre dramatique nouveau, le ningyō-jōruri ; parallèlement, il transformait le kabuki, spectacle de bateleurs assez vulgaire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chikamatsu-monzaemon/#i_0

FUJIWARA NO TEIKA ou SADAIE (1162-1241)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 390 mots

Poète japonais. Infatigable, en dépit d'une santé toujours chancelante, Teika a laissé une œuvre immense : un journal tenu pendant cinquante-six ans, à partir de sa dix-neuvième année, le Meigetsu-ki ; quelque quatre mille tanka (poèmes de trente et une syllabes), des renga, des poèmes en chinois (dans son journal) ; des traités de poétiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fujiwara-no-teika-ou-sadaie-1162-1241/#i_0

FUTABATEI SHIMEI (1864-1909)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 425 mots

Écrivain japonais, spécialisé dans la traduction d'œuvres littéraires russes, né le 28 février 1864 à Edo (auj. Tōkyō), mort le 10 mai 1909 en mer, dans le golfe du Bengale.Issu d'une famille aristocratique de samouraïs, Shimei Futabatei, de son vrai nom Hasegawa Tatsunosuke, étudie le russe à l'école des langues étrangères de Tōkyō (1881-1886), où il s'intéresse en particulier à Ivan Gontcharov, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/futabatei/#i_0

HAGIWARA SAKUTARŌ (1886-1942)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 1 173 mots

La naissance d'une « poésie nouvelle » japonaise, dégagée des formes fixes qui avaient été cultivées jalousement pendant des siècles, remonte aux années 1880. Mais les premières tentatives n'étaient que des curiosités, comme en témoignent les Poèmes nouveaux (Shintaishi shō, 1882) dont font état les histoires de la littérature : quelques universitaires avaie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hagiwara/#i_0

IBUSE MASUJI (1898-1993)

  • Écrit par 
  • Hitoshi OSHIMA
  •  • 616 mots

Ibuse Masuji est l'un des écrivains représentatifs du Japon contemporain. Sans interruption, il fut un véritable artisan de la littérature pendant plus d'un demi-siècle, du début de l'ère Shōwa jusqu'à nos jours, en maintenant toujours dans ses nouvelles et romans un niveau très élevé de finesse. Il sut décrire avec humour et sympathie la tragi-comédie des gens du peuple qui vécurent une époque di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibuse/#i_0

INOUE HISASHI (1934-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 274 mots

Écrivain japonais. Inoue Hisashi est né en 1934 dans la petite ville de Kawanishi. Orphelin de père, il est envoyé dans une institution chrétienne, où il reçoit le baptême. Il est l'auteur d'une œuvre multiforme qui touche aussi bien au roman qu'à la chanson, avec cependant une prédilection certaine pour le théâtre. Inoue commence par rédiger de courtes scènes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hisashi-inoue/#i_0

INOUE YASUSHI (1907-1991)

  • Écrit par 
  • Catherine ANCELOT-KIM
  •  • 480 mots

Né à Asahikawa, issu d'une famille de médecins de la région d'lzu, Yasushi Inoué, romancier et poète japonais, n'a pas choisi d'emblée la littérature. En 1949, quand il fait paraître deux longues nouvelles, Le Fusil de chasse et Combat de taureaux, il a déjà derrière lui une longue carrière de critique d'art au quotidien Mainichi, où il t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yasushi-inoue/#i_0

ISHIKAWA JUN (1899-1987)

  • Écrit par 
  • Dominique PALMÉ
  •  • 1 616 mots

Pareil aux artisans et artistes de l'époque d'Edo dont il fit les personnages truculents d'une de ses œuvres marquantes, Shokoku Kijin Den (« Vies d'excentriques de toutes les provinces », 1957), Ishikawa Jun fut longtemps considéré, dans les milieux littéraires japonais, comme un « original ». En effet, peut-on rêver écrivain plus inclassable que lui ? Son goût du paradoxe, so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ishikawa/#i_0

JIPPENSHA IKKU (1765-1831)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 512 mots

Écrivain japonais. De son vrai nom Shigeta Tadakazu, né dans la province de Suruga, Ikku avait tâté de tous les métiers (il fut successivement petit fonctionnaire, marchand de bois, marchand d'encens, auteur dramatique à Ōsaka sous le pseudonyme de Chikamatsu Yoshichi) avant de venir s'installer à Edo en 1794. Il sera, d'après le témoignage de son contemporain S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jippensha/#i_0

KAWABATA YASUNARI (1899-1972)

  • Écrit par 
  • Bunkichi FUJIMORI
  •  • 1 261 mots

Kawabata Yasunari, prix Nobel de littérature 1968, est sans aucun doute l'écrivain japonais le plus connu en Occident. Ses œuvres, fruits d'une conception esthétique originale, atteignent une perfection rare dans l'expression de la sensation pure, exempte de toute spéculation intellectuelle.La prime jeunesse de Kawabata est profondément marquée par la solitude : né en 1899 à Ōsaka, il perd success […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kawabata-yasunari/#i_0

KI NO TSURAYUKI (872 env.-945)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 314 mots

Poète japonais, compilateur de la première anthologie officielle, le Recueil [des waka] de jadis et de naguère (Kokin [waka] shū, 905), auteur du premier journal poétique (uta nikki) rédigé en langue japonaise. La célèbre préface qu'il écrivit pour le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ki/#i_0

KITAHARA HAKUSHŪ (1885-1942)

  • Écrit par 
  • Dominique PALMÉ
  •  • 738 mots

Poète japonais né dans l'île méridionale de Kyūshū, Kitahara était le fils d'un riche marchand de saké ; il connut une enfance protégée et heureuse, bercée par les jeux et par les chansons, dans la petite ville de Yanagawa qui prendra dans son œuvre la dimension presque mythique d'un paradis perdu, source de toute inspiration : « Yanagawa, avec ses canaux, c'est d'abord mon village natal. Yanagawa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kitahara/#i_0

KŌDA ROHAN (1867-1947)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 536 mots

Les œuvres complètes de Kōda Rohan ont été réunies en une suite de quarante et un volumes. Cet ensemble n'a guère d'équivalent dans la littérature japonaise moderne. Il en constitue l'un des centres de gravité. Comment comprendre l'inextricable complexité et la richesse de ce langage qui plonge ses racines dans le passé ? Il reflète la passion, le bouillonnement d'idées, la soif encyclopédique de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/koda/#i_0

MASAOKA SHIKI (1867-1902)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 699 mots

Entre 1891 et 1892, Masaoka Shiki rédige un premier roman, Capitale de la lune (Tsuki no miyako), qu'il soumet à quelques écrivains et amis : l'accueil est des plus réservés. Mais sa décision est prise. Le jeune homme venu de l'île de Shikoku, dont les rêves d'adolescent s'étaient identifiés avec les aspirations collectives de son époque, ne veut plus se con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masaoka/#i_0

MINAMOTO NO SANETOMO (1192-1219)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 386 mots

Poète japonais, troisième et dernier shōgun du clan des Minamoto, fils de Minamoto no Yoritomo, frère cadet et successeur, en 1203, de Yoriie. Sous son nom, le pouvoir est exercé par sa mère, Masako, et le frère de celle-ci, Hōjō Yoshitoki.Prisonnier dans son palais de Kamakura, Sanetomo se consacre à la poésie sous la direction lointaine de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/minamoto-no-sanetomo-1192-1219/#i_0

MISHIMA YUKIO (1925-1970)

  • Écrit par 
  • Annie CECCHI
  •  • 2 291 mots

Brillant mondain et travailleur solitaire acharné, opportuniste et totalement anachronique, imbibé de valeurs occidentales et prônant les vertus japonaises les plus traditionnelles, épris des mots et cultivant ses muscles, hanté par la mort et amoureux de la vie, Mishima est un personnage multiple, paradoxal, dont l'œuvre, la vie, la mort peuvent irriter ou fasciner, mais laissent rarement indiffé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mishima/#i_0

MIYAZAWA KENJI (1896-1933)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 560 mots

Une vie toute faite de sacrifices, dont il passe la plus grande partie dans les terres désolées du nord de Honshū ; des contes pour enfants ; un poème rédigé à la veille de sa mort, qui figure en tête de nombreux manuels d'école primaire. Les quelques images qui subsistent de Miyazawa Kenji sont bien banales et évoquent ces « saints laïcs » dont le culte se r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miyazawa/#i_0

MIYOSHI TATSUJI (1900-1964)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 525 mots

Les débuts de Miyoshi Tatsuji coïncident avec la période d'effervescence qui marque, à la fin des années vingt, les arts et la littérature du Japon. Il termine des études de littérature française à l'université de Tōkyō quand il participe, en 1928, à la fondation de la revue Shi to shiron (Poésie et poétique), qui fera date. Il traduit des poèmes en prose de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miyoshi/#i_0

MOKUAMI KAWATAKE (1816-1893)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 515 mots

L'un des meilleurs écrivains du xixe siècle et l'un des trois plus grands hommes de théâtre du Japon, avec Zeami et Chikamatsu. Né à Edo (Tōkyō) dans une modeste famille de petits commerçants de la ville basse (Shitamachi), il avait de naissance la vivacité, la spontanéité, l'ironie et l'humour un peu gros des per […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mokuami/#i_0

MORI ARIMASA (1911-1976)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 881 mots

Dans les lettres du Japon contemporain, Mori Arimasa occupe une place singulière. Ses premiers écrits se présentent comme des études philosophiques, mais ses œuvres ultérieures sont de facture fort différente. Elle ont touché des centaines de milliers de lecteurs et n'auraient pas connu ce retentissement si n'y apparaissaient à l'évidence des qualités, une vigu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mori-arimasa/#i_0

MORI ŌGAI (1862-1922)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 309 mots

Écrivain japonais, né le 17 février 1862 à Tsuwano, mort le 9 juillet 1922 à Tōkyō.Mori Ōgai, de son vrai nom Rintarō Mori , est l'un des pères de la littérature japonaise moderne. Fils d'un médecin appartenant à une famille aristocratique de samouraïs, il étudie la médecine à Tōkyō dans un premier temps, puis en Allemagne, de 1884 à 1888. En 1890, il publie le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mori-ogai/#i_0

MOTOORI NORINAGA (1730-1801)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 686 mots

Philologue et écrivain japonais, né et mort à Matsuzaka dans la province d'Ise. D'une famille de gros marchands de cotonnades, il perd à onze ans son père, à vingt-deux ans son beau-frère, à qui il succède à la tête des affaires de sa maison, mais il ne s'y intéresse guère. Aussi sa mère l'envoie-t-elle étudier la médecine à Kyōto, en 1752. Il entreprend parallèlement l'étude des classiques confuc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motoori/#i_0

MURAKAMI HARUKI (1949- )

  • Écrit par 
  • Anne BAYARD-SAKAI
  •  • 1 018 mots

Si les auteurs japonais, en raison de la tendance générale à la mondialisation que connaît la littérature, sont de moins en moins lus comme des écrivains japonais à part entière, c'est certainement avec Murakami Haruki que cette évolution s'avère la plus nette. Au Japon, mais aussi en Asie (Chine, Corée, Taïwan), aux États-Unis ou en Europe, cet écrivain est désormais perçu comme le représentant d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/murakami-haruki-1949/#i_0

MURASAKI SHIKIBU (978 env.-env. 1014)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 1 619 mots

Dame d'honneur à la cour de Heiankyō (Kyōto) dans les premières années du xie siècle, Murasaki Shikibu est l'auteur du Genji monogatari, œuvre capitale de la littérature romanesque du Japon. Toute la société courtoise du temps revit dans cette fresque monumentale, qui n'a guère d'équivalent en Occident avant le xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/murasaki-shikibu/#i_0

NAGAI KAFŪ (1879-1959)

  • Écrit par 
  • Pierre FAURE
  •  • 730 mots

De son vrai nom Nagai Sōkichi, Nagai Kafū s'opposa tôt à un père qui, ouvert au pragmatisme importé d'Occident, restait attaché aux contraintes de la morale confucéenne, selon laquelle en particulier l'art ne saurait être plus qu'objet de divertissement. À la voie des succès scolaires et de la réussite sociale, Kafū préféra les chemins de la ville basse où s'était épanouie la civilisation raffinée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nagai/#i_0

NAKAZAWA KEIJI (1939-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 270 mots

Nakazawa Keiji est l'auteur japonais du manga Gen d'Hiroshima, qui relate le bombardement atomique d'Hiroshima, le 6 août 1945, à laquelle il a assisté lorsqu'il était enfant.Nakazawa Keiji naît en 1939 dans le quartier de Funairi, à Hiroshima. À Tōkyō, il commence une carrière de dessinateur profes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nakazawa-keiji/#i_0

NATSUME SŌSEKI (1867-1916)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 2 023 mots

Par sa culture, par la pénétration de son jugement, Natsume Sōseki est l'un des meilleurs représentants de ce Japon de Meiji qui était allé à la rencontre de l'Occident et jetait les bases d'une civilisation nouvelle.Il eût pu en être un porte-parole officiel. Mais il abandonne sa chaire à l'Université impériale de Tōkyō pour se consacrer tout entier à son métier de romancier. Il trouve d'innombra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/natsume-soseki/#i_0

NISHIWAKI JUNZABURŌ (1894-1982)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 463 mots

Après 1920, la poésie japonaise se métamorphose soudain. Les grandes villes s'étendent, le rythme s'accélère. Les sensibilités s'exacerbent. L'avant-garde fascine les esprits. Hirato Renkichi lance en 1921 la Première Déclaration du mouvement futuriste japonais et, en 1923, Takahashi Shinkichi compose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nishiwaki/#i_0

OE KENZABURŌ (1935- )

  • Écrit par 
  • Masayuki NINOMIYA
  •  • 1 464 mots
  •  • 1 média

Les nombreuses œuvres romanesques et les essais critiques d'Oe Kenzaburō constituent une part essentielle de la littérature japonaise contemporaine. Ils lui ont valu de recevoir le prix Nobel de littérature en 1994. Contrairement à certaines valeurs éthiques, esthétiques et littéraires, présentées en France comme de constantes caractéristiques de la culture japonaise – renoncement à la vie, sensib […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oe/#i_0

SAIKAKU IHARA (1642 env.-1693)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 1 767 mots

Poète, conteur et romancier, Ihara Saikaku renouvela, vers la fin du xviie siècle, la prose japonaise en s'inspirant des techniques du haikai, qu'il avait pratiqué assidûment dans sa jeunesse. L'ensemble de son œuvre forme une sorte de Comédie humaine de son temps et de son milieu, la bourgeoisie marchande d'Ōsa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saikaku/#i_0

SAITŌ MOKICHI (1882-1953)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 410 mots

Pour servir de titre à ses premiers recueils de poésie, Saitō Mokichi choisit un seul mot : Shakkō (Lumière rouge, 1913), Aratama (Gemme brute, 1920). Vocables très anciens et pourtant simples, faciles à saisir. Il s'en dégage une force primitive. Cette sensibilité abrupte transparaît dans chaque poème. Une couleur jai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saito-mokichi/#i_0

SEI-SHŌNAGON (965 env.-apr. 1013)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 496 mots

Dame de la cour du Japon, auteur des Notes de l'appuie-tête (Makura no sōshi), l'un des deux chefs-d'œuvre de la littérature japonaise des environs de l'an mille. Entrée au service de l'impératrice Sadako en 991, Sei-shōnagon, dont nous ne connaissons que ce surnom, quitta le palais en 1000, à la mort de sa maîtresse. Sur sa vie après cet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sei-shonagon/#i_0

SHIGA NAOYA (1883-1971)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 657 mots

Les textes de Shiga Naoya sont simples et énigmatiques. Presque tous furent présentés au public sous l'appellation de shōsetsu, qu'il est convenu de traduire par « roman ». Des romans ? Le mot ne convient (à une exception près) pour aucun d'entre eux. Contes ? nouvelles ? pas davantage ! Des récits, peut-être...À leur propos a été évoqué le terme de shi-shōsetsu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shiga/#i_0

SHIKITEI SAMBA (1775-1822)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 336 mots

La gloire littéraire de l'écrivain japonais Shikitei Samba, auteur d'un grand nombre d'ouvrages de genres divers, est fondée tout entière sur deux livres drolatiques (kokkei-bon), Au bain public (Ukiyo-buro, 1809-1813) et Chez le barbier (Ukiyo-doko, 1813). Dans ces deux établissements, la populatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shikitei/#i_0

SHIMAZAKI TŌSON (1872-1943)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 1 465 mots

Quand, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les éditions Chikumashobō publièrent une collection de textes qui fit date dans l'histoire de la littérature japonaise contemporaine, le premier volume fut consacré à Shimazaki Tōson.Ce choix ne laisse pas d'étonner. Le « naturalisme », dont cet écrivain s'était fait le porte-parole, est passé de mode depuis longtemps. Ses romans, d'où l'imaginati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shimazaki/#i_0

TANIZAKI JUN.ICHIRŌ (1886-1965)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 1 788 mots

Tanizaki Jun.ichirō fut, avec Kawabata Yasunari, l'un des premiers écrivains japonais qui aient été lus et appréciés en Occident de leur vivant. Entre 1950 et 1960, certaines de ses œuvres maîtresses avaient été traduites aux États-Unis et, quelques années plus tard, en Europe, en France en particulier où il recueillit un succès considérable.On le représent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tanizaki/#i_0

TERAYAMA SHŪJI (1935-1983)

  • Écrit par 
  • Josiane PINON
  •  • 1 136 mots

Dans le Japon de l'après-guerre et jusqu'à sa mort, Terayama Shūji fut souvent celui par lequel le scandale arriva. Enfant terrible, il chercha sans cesse, face au réel, la la provocation poétique. Il passe d'ailleurs très tôt « de l'autre côté du miroir » : son père disparaît à la fin de la guerre, sa mère, serveuse dans une base américaine, l'abandonne ; recueilli par un parent, il vivra dès lo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terayama/#i_0

TESSAI TOMIOKA (1836-1924)

  • Écrit par 
  • Marie MATHELIN
  •  • 1 127 mots

Lorsqu'en 1858 le Japon s'ouvre à l'étranger, après trois siècles d'isolement total, l'enthousiasme des amateurs et des artistes pour les arts occidentaux provoque une sorte de désintérêt pour la tradition japonaise. Ce brusque passage du Japon au rang de « pays moderne » se reflète dans un art dont l'évolution va revêtir, dès lors, des aspects variés et complexes.Dans le domaine de lapeinture, on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tomioka-tessai/#i_0

TOKUDA SHŪSEI (1871-1943)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 1 817 mots

Tokuda Shūsei commence à être connu en Occident. Mieux que nul autre, il sut fixer dans ses romans la transformation que connut la société du Japon moderne. Il ne prête guère d'importance aux « événements historiques ». Il observe les gens de peu, il s'attache au détail. Il capte la vie populaire sous toutes ses formes et restitue les bouleversements de ce demi-siècle jusque dans leurs répercussio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tokuda/#i_0

YOKOMITSU TOSHIKAZU ou RIICHI (1898-1947)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS
  •  • 491 mots

Un express fonce à travers la plaine. La foule court. Des mouvements rapides sillonnent le champ du regard. La conscience traverse tour à tour des états de stagnation et des états de crise : les marais de la fatigue, les obsessions imaginaires, les pièges de la jalousie, de l'orgueil ou de la timidité. Des gros plans alternent avec des avalanches de métaphores.Yokomitsu Toshikazu (dont le nom pers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yokomitsu-riichi/#i_0

YOKO TAWADA (1960- )

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 1 075 mots
  •  • 1 média

« Où commence l'Europe ? » (Wo Europa anfängt ?, 1991, « Où commence l'Europe », in LITTERall, no 7) Dans le Transsibérien qui la mène de Vladivostok à Moscou, Yoko Tawada pose cette question aux passagers du train quelque peu éberlués. Véritable poétique du déplacement, du franchissement des fr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yoko-tawada-1960/#i_0

YOSHIMOTO BANANA (1964- )

  • Écrit par 
  • Kathleen KUIPER
  • , Universalis
  •  • 668 mots
  •  • 1 média

Écrivain japonaise, née le 24 juillet 1964 à Tōkyō.« Banana mania » : ce n'est pas un cri de ralliement aux vertus du fruit jaune mais la façon dont la presse internationale a fait écho au succès phénoménal de l'écrivain Banana Yoshimoto, coutumière d'histoires sans emphase, se nouant autour d'intrigues ténues et de personnages insolites, qui, sans être à proprement parler évanescentes, éclosent, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yoshimoto/#i_0

ZEAMI (1363-1443)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 1 383 mots

Auteur, acteur, compositeur, Zeami est le premier en date des grands dramaturges japonais. Il donna au, dans les premières décennies du xve siècle, l'aspect qu'il a conservé à peu de choses près jusqu'à nos jours. On lui attribue près de la moitié du répertoire actuel de cette forme de théâtre ; mais plus important encore est l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zeami/#i_0


Affichage 

Oe Kenzaburō

Oe Kenzaburō

photographie

Oe Kenzaburō, Prix Nobel de littérature 1994. 

Crédits : ChinafotoPress/ Getty

Afficher

Yoshimoto Banana

Yoshimoto Banana

photographie

Douceur, humour et un talent certain pour sentir l'air du temps: Yoshimoto Banana a créé un nouveau courant de la littérature japonaise. 

Crédits : T. Fabi/ AFP/ Getty

Afficher

Oe Kenzaburō, 2006

Oe Kenzaburō, 2006

photographie

Le prix Nobel qui fut décerné à Oe Kenzaburō en 1994 a voulu consacrer celui qui, «avec une grande force poétique, crée un monde imaginaire où la vie et le mythe se condensent pour former un tableau déroutant de la délicate situation humaine actuelle». 

Crédits : China photos/ Getty

Afficher

Portrait de Kakinomoto no Hitomaro, Enku

 Portrait de Kakinomoto no Hitomaro , Enku

photographie

Enku, Portrait de Kakinomoto no Hitomaro, «Prince des poètes», période Nara, vers 1680. Bois, hauteur: 56 cm, largeur: 21,4 cm, profondeur: 15 cm. Temple Aroka-Kannonji, Nagoya, Aichi. 

Crédits : M. De Fraeye/ AKG

Afficher

Tawada Yoko, écrivain des frontières

Tawada Yoko, écrivain des frontières

photographie

L'imaginaire propre à tout écrivain se construit chez Yoko Tawada à travers un subtil dialogue entre les langues (le japonais et l'allemand) et les territoires. 

Crédits : Y. Noir/ Robert Bosch Stiftung

Afficher

Oe Kenzaburō

Oe Kenzaburō
Crédits : ChinafotoPress/ Getty

photographie

Yoshimoto Banana

Yoshimoto Banana
Crédits : T. Fabi/ AFP/ Getty

photographie

Oe Kenzaburō, 2006

Oe Kenzaburō, 2006
Crédits : China photos/ Getty

photographie

 Portrait de Kakinomoto no Hitomaro , Enku

Portrait de Kakinomoto no Hitomaro, Enku
Crédits : M. De Fraeye/ AKG

photographie

Tawada Yoko, écrivain des frontières

Tawada Yoko, écrivain des frontières
Crédits : Y. Noir/ Robert Bosch Stiftung

photographie