MISE EN ABYME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Portrait des époux Arnolfini, J. Van Eyck

Portrait des époux Arnolfini, J. Van Eyck
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Affiche de La Vache qui rit, B. Rabier

Affiche de La Vache qui rit, B. Rabier
Crédits : Benjamin Rabier

photographie


Évolution d'un procédé

L'histoire récente de cette forme fait apparaître une nette désaffection pour la réflexion « simple » au profit de la réflexion à l'infini et de la réflexion aporistique – autrement dit une préférence marquée pour les structures paradoxales et labyrinthiques – en même temps qu'elle révèle, concurremment pourrait-on dire, une pseudomorphose de la procédure désormais placée sous le signe de Roussel et de Mallarmé plutôt que de Gide.

Telle que Jean Ricardou la conçoit par exemple, la mise en abyme doit œuvrer non seulement dans l'infiniment petit (au niveau des phrases, des mots, des lettres même, d'où l'intérêt porté aux anagrammes), mais aussi dans l'infiniment grand (le récit devenant réflexif en son entier). Avec une définition si large et si laxiste, on voit mal comment le concept gidien pouvait ne pas subir une mutation ou une dissipation de sens, motivées ici par l'évolution du Nouveau Roman lui-même. À ses débuts, celui-ci se concevait essentiellement comme critique des formes romanesques traditionnelles et exploration de nouveaux modes narratifs. Or, éclairés par la logique propre de leur travail et l'avancée théorique qui s'est opérée entre 1960 et 1970, certains nouveaux romanciers ont pris conscience qu'ils ne quitteraient pas le terrain de la représentation tant qu'ils ne souscriraient pas à une pratique de l'écriture conçue comme expérience radicale du langage. Cette conviction portait à conséquence : faire sienne la notion d'écriture ainsi que celles, tout aussi fondamentales, de texte et de production, n'était-ce pas congédier, du même coup, l'ancienne mise en abyme ? Bien qu'elle fût naguère un organe de contestation et de progrès, celle-ci n'apparaissait-elle pas désormais comme la séquelle d'une pratique dépassée, puisqu'elle avait partie liée avec le centrage, la hiérarchisation et la stabilisation du récit et que, de surcroît, elle tendait à masquer l'aventure de l'écriture quand il eût fallu montrer, en acte, un travail imprévisible et, sans doute, irreprésentable ?

D'après les ré [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur ordinaire (littérature française moderne et théorie littéraire), faculté des lettres, université de Genève

Classification


Autres références

«  MISE EN ABYME  » est également traité dans :

BUTOR MICHEL (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 2 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À la frontière »  : […] L'intention de Michel Butor de faire de l'espace romanesque le lieu de résolution du conflit entre l'écriture poétique et la réflexion philosophique mettait déjà en cause la notion de genre, et valorisait les interactions. La critique et la fiction entretiennent des rapports plus étroits que ne le disent les histoires littéraires. La fiction réfléchit son système et donne à lire sa construction. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-butor/#i_93793

LES FAUX-MONNAYEURS, André Gide - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Alain CLERVAL
  •  • 1 002 mots
  •  • 1 média

André Gide (1869-1951), Prix Nobel de littérature en 1947, et en qui Malraux a vu « le contemporain capital », aura exercé une influence considérable tout au long de l'entre-deux-guerres, notamment sur la jeunesse. À partir des années 1920, Les Nourritures terrestres (1897) furent l'évangile moral, spirituel, esthétique de toute une génération qui découvrit dans l'enseignem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-faux-monnayeurs/#i_93793

GIDE ANDRÉ (1869-1951)

  • Écrit par 
  • Éric MARTY
  •  • 3 665 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le diable et le Christ »  : […] Ce qui caractérise les diverses expériences gidiennes, c'est que chacune, loin d'effacer la précédente, s'ajoute au contraire à elle, comme pour mieux compliquer les choses. Le « mariage du ciel et de l'enfer » par lequel Gide résume son union avec sa cousine Madeleine est aussi et peut-être avant tout une manière de se caractériser soi-même. Le parcours littéraire et existentiel qui le mène des a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-gide/#i_93793

POSTMODERNISME

  • Écrit par 
  • Carla CANULLO, 
  • Romain JOBEZ, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 5 158 mots

Dans le chapitre « L'emprunt et la citation »  : […] L'idée selon laquelle le postmodernisme serait prioritairement une dérive pour ainsi dire autocritique du modernisme mettant en lumière certains de ses aspects refoulés ne résiste donc pas à un examen attentif de l'éparpillement des valeurs qui caractérise l'art à partir des années 1980. Indépendamment de sa « volatilité en éther esthétique », l'art va de plus en plus se détourner de tout projet v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/postmodernisme/#i_93793

Voir aussi

Pour citer l’article

Lucien DÄLLENBACH, « MISE EN ABYME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mise-en-abyme/