LES FAUX-MONNAYEURS, André GideFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

André Gide (1869-1951), Prix Nobel de littérature en 1947, et en qui Malraux a vu « le contemporain capital », aura exercé une influence considérable tout au long de l'entre-deux-guerres, notamment sur la jeunesse. À partir des années 1920, Les Nourritures terrestres (1897) furent l'évangile moral, spirituel, esthétique de toute une génération qui découvrit dans l'enseignement de Gide un viatique, un manuel de savoir-vivre et surtout une incitation à se libérer des interdits sociaux et religieux en inventant sa propre éthique.

André Gide

André Gide

Photographie

Le romancier et philosophe français André Gide (1859-1951). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Du point de vue strictement littéraire, la plasticité de l'esprit gidien s'est reflétée dans la diversité des genres et des registres où il a déployé les facettes de son talent, passant de la poésie symboliste à la prose ironique de Paludes (1895), du théâtre au récit classique (L'Immoraliste, 1902 ; La Porte étroite, 1909 ; La Symphonie pastorale, 1919), tout en rédigeant son journal pendant plus de cinquante ans.

De toutes ses œuvres, Les Faux-Monnayeurs est le seul livre que Gide considérait comme un roman : rédigé entre 1921 et 1925, publié en 1926, il fut dédié à Roger Martin du Gard. La complexité de sa composition ainsi que la subtilité de sa construction « en abyme » (l'introduction du récit dans le récit) en font une œuvre exigeante qui interroge sans cesse le genre romanesque. Œuvre virtuose, Les Faux-Monnayeurs peuvent être lus à la fois comme un roman et comme un traité sur le roman.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LES FAUX-MONNAYEURS, André Gide  » est également traité dans :

GIDE ANDRÉ (1869-1951)

  • Écrit par 
  • Éric MARTY
  •  • 3 665 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le diable et le Christ »  : […] Ce qui caractérise les diverses expériences gidiennes, c'est que chacune, loin d'effacer la précédente, s'ajoute au contraire à elle, comme pour mieux compliquer les choses. Le « mariage du ciel et de l'enfer » par lequel Gide résume son union avec sa cousine Madeleine est aussi et peut-être avant tout une manière de se caractériser soi-même. Le parcours littéraire et existentiel qui le mène des a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-gide/#i_24985

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain CLERVAL, « LES FAUX-MONNAYEURS, André Gide - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-faux-monnayeurs/