RICARDOU JEAN (1932- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né a Cannes le 17 juin 1932, romancier et critique (ces deux activités d'écriture sont chez lui réversibles), membre du comité de rédaction de la revue Tel Quel entre 1962 et 1971, Jean Ricardou doit être avant tout considéré comme l'exégète, le théoricien et le chef de file du Nouveau Roman. Si l'on écarte ses œuvres de fiction – L'Observatoire de Cannes (1961), La Prise de Constantinople (1965), Les Lieux-dits (1969) – qui valent moins par elles-mêmes que par référence à un discours critique qui les motive, qu'elles vérifient et relancent, c'est au gré de quatre essais de première importance, impressionnants dans leur rigueur glacée et leur implacabilité conceptuelle, que se constitue son itinéraire ; itinéraire qu'il faut saisir autant dans sa progression chronologique que dans sa relation à un corpus textuel bien délimité.

Quand s'opère, entre les années 1950 et 1960, un regroupement d'écrivains divers mais rapprochés par le hasard (un éditeur commun) et la nécessité (la parenté des projets littéraires : une déconstruction plurielle du roman traditionnel avec son histoire, sa psychologie, ses personnages), Ricardou en assume d'emblée la coordination et la législation. Sa tâche est toute tracée : construire un édifice théorique apte à transformer le Nouveau Roman, au départ simple contiguïté de textes intuitivement ou empiriquement perçus comme concordants, en authentique collectivité textuelle. Ses deux premiers essais (Problèmes du Nouveau Roman en 1967 et Pour une théorie du Nouveau Roman en 1971) parent au plus pressé (la théorie doit être de combat, pour éclairer l'accueil critique et éviter les interprétations dénaturantes). Les acquis théoriques déjà existants sont synthétisés, les fictions des nouveaux romanciers commentées, des auteurs canoniques utilisés comme appuis (Poe, Borges et surtout Roussel et Valéry), les concepts fondamentaux mis en place.

Un colloque fameux organisé en 1971 à Cerisy permet à Ricardou de parachever rapidement son travail et d'assurer, dès 1973, la publication triomphaliste d'un petit ma [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  RICARDOU JEAN (1932- )  » est également traité dans :

MISE EN ABYME

  • Écrit par 
  • Lucien DÄLLENBACH
  •  • 1 803 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Évolution d'un procédé »  : […] L'histoire récente de cette forme fait apparaître une nette désaffection pour la réflexion « simple » au profit de la réflexion à l'infini et de la réflexion aporistique – autrement dit une préférence marquée pour les structures paradoxales et labyrinthiques – en même temps qu'elle révèle, concurremment pourrait-on dire, une pseudomorphose de la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mise-en-abyme/#i_80233

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 683 mots
  •  • 1 média

On groupe sous l'expression « nouveau roman » des œuvres publiées en France à partir des années 1950 et qui ont eu en commun un refus des catégories considérées jusqu'alors comme constitutives du genre romanesque, notamment l'intrigue – qui garantissait la cohérence du récit – et le personnage, en tant qu'il offrait, grâce à son nom, sa description […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-nouveau-roman/#i_80233

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « RICARDOU JEAN (1932- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-ricardou/