MĪMĀṂSĀ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus technique et le plus original à la fois des six darśanas (« points de vue ») qui constituent ensemble la tradition philosophique de l'Inde brahmanique. Prenant directement racine dans les spéculations védiques, la Mīmāṃsā apparaît comme un « méta-ritualisme » dans lequel la réflexion s'exerce d'abord sur le mécanisme des rites pour s'élever ensuite à l'intelligence de la structure de l'univers. La question fondamentale est de savoir comment il se fait qu'un simple geste humain (offrir un sacrifice) puisse porter du fruit (c'est-à-dire avoir des conséquences) dans l'au-delà. Les « Écritures » (le Veda) affirment que celui qui célèbre le culte gagnera le ciel : il faut donc qu'une force invisible, une énergie imperceptible, soit à l'œuvre dans l'acte rituel et qu'elle en transcende la trivialité.

À cette force mystérieuse la Mīmāṃsā, en accord avec les textes spéculatifs du Veda, donne le nom de brahman. Et ce sera le rôle du Vedānta (appelé pour cela Uttara-Mīmāṃsā, la « Mīmāṃsā ultime ») d'élucider la nature exacte du brahman et d'élaborer la métaphysique qui découle de cet examen. On voit par là que la Mīmāmsā occupe une place centrale dans l'histoire de la philosophie indienne, puisqu'elle apparaît comme le premier état du Vedānta, en qui toute cette histoire tend à se résorber.

Le texte le plus ancien de l'école est, comme il se doit, une chaîne (sūtra) de propositions aphoristiques qui donne, en quelque sorte, le sommaire de la doctrine. Ces Mīmāṃsā Sūtra, qui sont attribués au « prophète » (rishi) Jaimini et dont la rédaction, impossible à dater avec précision, peut se situer dans les premiers siècles de l'ère chrétienne (mais le fonds est, à coup sûr, plus ancien), sont divisés en douze chapitres (adhyāya) d'importance inégale. On ne les comprendrait guère si l'on ne disposait d'importants commentaires dont le plus ancien (et le plus fidèle) est celui de Shabara (śabara-svāmin, peut-être du ve s.), à partir duquel s'élaborent ensuite les œuvres autonomes de Prabhākara (viie s.) et de Kumārila (son contemporain). Après le viiie siècle, où s'affirme le succès sans partage du Vedānta, la Mīmāṃsā continue d'être étudiée dans les cercles brahmaniques comme un modèle d'argumentation juridique et comme une doctrine qui justifie les règles de conduite des gens de bonne caste.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  MIMAMSA  » est également traité dans :

VEDĀNTA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 2 721 mots

Dans le chapitre « Un darśana métaphysique »  : […] Le mot « vedānta » apparaît pour la première fois dans les Upaniṣad (vers le v e  s. av. J.-C.), où il désigne déjà la métaphysique dont l'étude prolonge et « achève » celle du Veda. L'acquisition du savoir théologique par le novice ( brahmacārin ) se faisait, en effet, selon un ordre rigoureux : d'abord la mémorisation des h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vedanta/#i_33505

ŚABARA (Ve s.?)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 385 mots

La tradition hindoue s'étant organisée à l'époque classique (du ~  vi e  s. au viii e  s.) en six grands « systèmes » qui sont, en fait, autant de « façons de voir » ( darśana ) la doctrine fondamentale unique qui s'exprime dans le Veda, chacun de ces darśanas enseigne un cer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sabara/#i_33505

DETTE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 10 475 mots

Dans le chapitre « Le problème du déontique et le dharma »  : […] Qu'en est-il donc du « devoir » ? La règle II, i , 43 de Pāṇini offre au grammairien Patañjali et à ses commentateurs la matière d'une discussion technique, mais qui montre, chemin faisant, que le terme r̥ṇa peut s'employer, par extension, au sens d'«  obligation », « devoir ». Voici le résumé succinct de cette discussion. La règle pāṇinéenne porte sur des composés tels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dette-anthropologie/#i_33505

HINDOU DROIT TRADITIONNEL

  • Écrit par 
  • Robert LINGAT
  •  • 4 317 mots

Dans le chapitre « L'interprétation du droit écrit (les dharmaśāstra) »  : […] Cette littérature a débuté vers le vii e ou le viii e  siècle de notre ère et s'est poursuivie jusqu'à la conquête anglaise et même quelque peu au-delà. Elle comprend trois sortes d'ouvrages : les commentaires, qui, tout en s'attachant à un texte particulier, citent un nombre parfois considérable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-traditionnel-hindou/#i_33505

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'enseignement classique : les six darśana »  : […] Les exposés indiens sur les diverses philosophies en honneur dans la contrée, tels que le Sarvadarśanasaṃgraha , « Abrégé de toutes les opinions », par Madhava, auteur du xiv e siècle, décrivent de nombreuses écoles de pensée sous le nom de darśana (« vues » ou « opinions »), mais six d'entre ces école […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-doctrines-philosophiques-et-religieuses/#i_33505

KUMĀRILA (VIIe s.?)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 405 mots

L'une des formes les plus originales que prend la tradition brahmanique dans l'Inde classique (entre le ~ vi e et le viii e ) est le darshana ( darśana , « façon de voir ») appelé Mīmāmsā, voué à l'exégèse des textes liturgiques du Veda. La Mīmāmsā s'organise autour d'un tex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kumarila/#i_33505

LOGIQUE INDIENNE

  • Écrit par 
  • Kuno LORENZ
  •  • 6 603 mots

Dans le chapitre « Le problème des universaux »  : […] Il s'avère donc que l'influence décisive qui s'exerça sur le développement du Nyāya fut celle de Dignāga, non seulement dans le domaine de la logique proprement dite à propos du concept d'implication, mais aussi dans le domaine de l' épistémologie. Car, après lui, le Nyāya fut obligé de défendre son réalisme contre le nominalisme radical de Dignāga et de son école. Dans le développement de la Mīm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique-indienne/#i_33505

SANSKRITES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 973 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les littératures d'enseignement »  : […] Tout ce que l'esprit humain a pu concevoir a eu son expression en sanskrit. Il n'est pas possible d'énumérer exhaustivement les diverses disciplines, les divers domaines, les divers genres littéraires sanskrits. On peut distinguer ce qui est technique et didactique et ce qui est belles-lettres pures. Le premier groupe est appelé génériquement śāstra (« enseignement »). Les t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-sanskrites/#i_33505

VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 13 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Genres littéraires »  : […] Il va sans dire que des Écritures sacrées de ce type ne peuvent être tenues pour l'œuvre d'auteurs humains : le Veda, aux yeux de la tradition hindoue, est a-pauruṣeya (non humain) et, puisqu'il relève du monde divin, il est, par là même, éternel ( sanatana ). L'« énergie faite de son » ( śabda-brahman ) qui le constitue se perpétu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/veda/#i_33505

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « MĪMĀṂSĀ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mimamsa/