HINDOU DROIT TRADITIONNEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le sanskrit n'a pas de mot qui corresponde exactement à notre mot «  droit » dans l'acception où l'on prend ce terme quand on parle de droit français, de droit anglais, etc. ; c'est-à-dire un mot pour désigner l'ensemble des règles qui fixent impérativement les rapports entre particuliers, règles à l'observation desquelles ils peuvent être astreints par une contrainte extérieure ou physique, pour reprendre une définition célèbre.

Dans l'Inde traditionnelle, c'est-à-dire le système suivi avant la pénétration des notions occidentales, le droit positif résulte du jeu, variable suivant les circonstances, entre trois facteurs doués chacun d'une force contraignante particulière, qui tantôt s'accordent tantôt s'excluent l'un l'autre, où l'on peut voir les différentes sources du droit, à savoir le dharma, la coutume et l'ordre du roi. C'est au jeu même de ces trois composantes du droit, plutôt qu'à son résultat, que se sont intéressés ceux qui dans l'Inde exerçaient une fonction analogue à celle de nos juristes.

Le dharma

De ces trois éléments, seul le dharma est une notion spécifiquement indienne. Le mot a des acceptions nombreuses qui dérivent toutes de la racine dhṛ, « soutenir, maintenir, entretenir », qui a donné en latin fre et fir, d'où fretus (« appuyé sur ») et firmus (« ferme, stable »). Le dharma, c'est ce qui est ferme ; c'est la loi à la fois cosmique et sociale, à laquelle tout hindou croit. De là on passe aisément au sens qu'il a particulièrement dans la langue juridique : l'ensemble des devoirs qui incombent à chacun selon sa caste et la période de sa vie, l'ensemble des règles sur lesquelles il doit conformer sa conduite s'il veut réaliser pleinement son destin. Pour l'hindou, en effet, la stabilité de la société est liée au respect d'un certain ordre moral et rituel qui s'exprime par des lois aussi inflexibles que celles qui régissent le monde physique. « Détruit, le dharma détruit ; protégé, il protège », voilà, selon Manu (VIII, 15), ce que les assesseurs du roi doivent lui rappeler quand il est enclin à violer la justice.

La connaissance des règles de dharma est donc primordiale. Seules elles font autorité, car seules elles comportent par elles-mêmes une sanction qui retentit sur le sort de l'individu. Aussi, de bonne heure, les hindous se sont attachés à l'étude du dharma. Chaque école védique avait adjoint à ses rituels, particulièrement à ses rituels domestiques, un recueil destiné à les compléter où, sous la forme aphoristique de sūtras propre à ces écoles, étaient dégagées les obligations découlant des rites. Ces dharmasūtra, en dépit de la place fort modeste qu'ils occupaient dans l'ensemble des textes élucidés par chaque école, étaient déjà riches en substance et contenaient en germe toute la littérature ultérieure sur le dharma. On y voit se dessiner la grande division tripartite des ouvrages postérieurs : la sainte coutume, c'est-à-dire les règles de vie qui s'imposent à celui qui veut assurer son salut, les pénitences qui permettent au pécheur d'expier ses fautes et d'éviter la sanction qui le frapperait dans l'au-delà, et le devoir du roi sous son double aspect de justicier et de juge. Mais cette troisième partie, qui est le domaine propre du droit, n'est vraiment développée que dans la littérature suivante, celle des dharmaśāstra. À une époque qu'il est impossible de préciser, sans doute aux environs du début de l'ère chrétienne, il se forma des écoles spécialement appliquées à l'étude du dharma et apparurent des ouvrages en vers, destinés à une grande popularité où les questions de nature juridique tiennent une place de plus en plus considérable. Le plus célèbre de ces dharmaśāstra, et probablement le plus ancien, est celui connu sous le nom de Code de Manu (Mānavadharmaśāstra ou Manusmṛti). Il a été suivi de beaucoup d'autres – on en compte près d'une centaine, dont l'authenticité est d'ailleurs parfois fort douteuse –, leur composition s'étant prolongée jusqu'à une date très tardive.

Cette littérature est attribuée, non pas comme celle des dharmasūtra à des auteurs humains, à des chefs d'école, mais à des Sages mythiques qui auraient recueilli les prescriptions du Dieu créateur lui-même. Ainsi, le Code de Manu est représenté au début de l'ouvrage comme l'enseignement donné par l'Être suprême à Manu, lui-même issu de Brahmā, et communiqué par lui à Bhṛgu, l'un des dix grands Sages créé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  HINDOU DROIT TRADITIONNEL  » est également traité dans :

DETTE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 10 475 mots

Dans le chapitre « La dette fondamentale et les dettes partielles »  : […] L'homme, en effet, dès qu'il naît, naît à l'état de dette : r̥ṇaṃ ha vai jāyate yo'sti . Le simple fait de naître charge l'homme d'un fardeau, tout comme le simple fait de naître entache le feu d'une souillure, dénote une souillure. Pour l'homme, la vie est un bien qu'il n'a pas sollicité et dont il se trouve encombré malgré lui comme d'un dépôt. Le même mouvement qui lui donne la vie l'en déposs […] Lire la suite

DHARMAŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 533 mots

La notion de dharma (« ordre », « religion », « lois ») recouvre tout ce qui constitue l'hindouisme dans sa spécificité : le rituel, la dogmatique, le droit, l'organisation sociale, etc. À ce titre, la « science [ śāstra ou shâstra ] du dharma » n'est pas autre chose qu'un exposé exhaustif de la « civilisation hindoue » en tant que telle, et c'est bien ainsi que le terme de Dharma-Shâstra est cour […] Lire la suite

DOT

  • Écrit par 
  • Annie ROUHETTE
  •  • 2 690 mots

Dans le chapitre « La dot et la perpétuation de la famille »  : […] Certaines sociétés, des plus « civilisées » comme des plus primitives, considèrent la femme comme un moyen de perpétuer la lignée du mari et témoignent à la mère un respect qu'elles refusent à l'épouse. Le mariage est pour elles une institution destinée à assurer une descendance à l'époux et la dot, comprise au sens de « prix de la fiancée », joue un rôle important dans cette conception. Sa signi […] Lire la suite

MĀNAVADHARMAŚĀSTRA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 666 mots

La tradition hindoue enseigne que l'humanité actuelle descend d'un homme qu'elle nomme Manu ; celui-ci appartient en fait à une race plus ancienne dont tous les représentants furent anéantis, sauf lui, dans un déluge. Manu, seul « juste » parmi des millions de méchants, fut averti par Dieu (Vishnu, incarné en poisson) que les eaux allaient monter et qu'il lui fallait construire un navire pour se s […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11-30 mai 1998 Inde – Pakistan. Essais nucléaires

Le gouvernement nationaliste hindou d'Atal Behari Vajpayee, au pouvoir depuis mars, avait annoncé son intention de relancer le programme nucléaire – les derniers essais indiens dataient de 1974. La communauté internationale condamne cette initiative. Le Pakistan voisin, ennemi traditionnel de l'Inde, déclare qu'il se réserve « le droit de prendre les mesures appropriées ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert LINGAT, « HINDOU DROIT TRADITIONNEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-traditionnel-hindou/