KUMĀRILA (VIIe s.?)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'une des formes les plus originales que prend la tradition brahmanique dans l'Inde classique (entre le ~ vie et le viiie) est le darshana (darśana, « façon de voir ») appelé Mīmāmsā, voué à l'exégèse des textes liturgiques du Veda. La Mīmāmsā s'organise autour d'un texte de référence en forme de sûtras (sūtra, « chaîne de propositions ») attribué à un certain Jaïmini, dont le nom désigne sans doute plus une école de théologiens qu'une personnalité. Les sûtras étant, par définition, elliptiques, un commentaire (bhāṣya) s'avéra nécessaire, le plus ancien, en l'occurrence, étant celui de Shabara (śabara, ve s. ?). L'œuvre de Kumârila (Kumārila) s'organisera, à son tour, à partir du complexe Jaïmini-Shabara, c'est-à-dire revêtira, comme si souvent en Inde, la forme d'un « commentaire de commentaire ». En fait, à ce niveau, le sous-commentaire prend volontiers l'aspect d'un traité indépendant, greffé, mais de loin, sur l'œuvre du prédécesseur. Tout porte à croire que Kumârila, que l'on surnomme Bhatta (bhaṭṭa, « le maître »), fut un brahmane de l'extrême sud de l'Inde (Kerala) et qu'il mena une vie de maître spirituel actif et renommé dans son pays : on dit qu'il a persécuté les bouddhistes et fondé des monastères brahmaniques à la manière de Shankara, qui fut presque son contemporain (śaṇkara, viiie s., également natif du Kerala). Kumârila divise en trois grandes parties, qui constituent autant de traités indépendants, sa réflexion sur l'œuvre de Jaïmini-Shabara : ce sont le Ślokavārttika (« glose en vers »), le Tantravārttika (« glose en forme de livre ») et la Tupṭīkā (nom propre). Ne se contentant plus d'expliquer comment fonctionne le sacrifice (doctrine de l'acte efficace de soi-même), Kumârila s'intéresse au salut (ou « délivrance », mukti) et surtout au problème des rapports entre l'essence (ātman/brahman) et l'existence ; polémiquant vigoureusement contre les bouddhistes, il soutient la doctrine brahmanique classique qui fait du brahman l'« assise » de toute réalité, face à ses adversaires qui professent la vacuité (śunyatā) des phénomènes. Par bien des points, il annonce Shankara, qui défendra à peu près les mêmes thèses, et contre les mêmes penseurs.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  KUMARILA ( VII e s.?)  » est également traité dans :

DETTE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 10 475 mots

Dans le chapitre « L'injonction relative au sacrifice »  : […] Les phrases qui donnent à connaître le dharma se caractérisent par le fait qu'elles ont pour noyau un verbe à l'optatif ou un adjectif d'obligation. Ces phrases constituent des injonctions ( codanā ), leur teneur est un vidhi , une « dis-position », au sens de « mise en place d'une règle ». L'exemple emblématique de ces injonctions est la phrase : « Que celui qui désire le ciel offre le sacrifice […] Lire la suite

LOGIQUE INDIENNE

  • Écrit par 
  • Kuno LORENZ
  •  • 6 603 mots

Dans le chapitre « Le syllogisme en cinq parties »  : […] Mais, dans un cas comme dans l'autre, il est essentiel qu'on puisse par inférence passer de ce qui est perçu à ce qui n'est ou ne peut pas être perçu. Ce passage est assuré par une théorie de l'inférence qui a reçu dans le Nyāya sa forme classique, celle d'un syllogisme en cinq parties (pañcāvayava vākya, littéralement : phrase à cinq parties), qui sert aussi de point de référence aux autres darśa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « KUMĀRILA (VIIe s.?) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kumarila/