Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MÉTROPOLISATION

La dimension socio-spatiale et la gouvernance de la métropolisation

La métropolisation façonne et réinterprète les espaces qui en sont les points d’appui et elle interroge la capacité des politiques publiques à en maîtriser les processus. En effet, si les métropoles deviennent des lieux de pouvoir économique et social, elles sont en retour investies par la financiarisation de l’économie, qui remanie en profondeur leur marché du logement par exemple. Lieux d’invention de nouvelles formes de gouvernance, elles sont traversées par des politiques relevant d’autres échelles. L’idée de « projet métropolitain », voire d’institutionnalisation de la métropole, se confronte à une logique spatiale particulièrement complexe.

La course aux « marqueurs » métropolitains

Cette complexité renvoie tout d’abord aux articulations d’échelles inhérentes à la course à l’attractivité.

Grands équipements et grands événements, la course à l’attractivité

Los Angeles - crédits : Chad Ehlers/ The Image Bank/ Getty Images

Los Angeles

La métropolisation est porteuse d’une certaine standardisation des politiques urbaines, avec les inévitables équipements de prestige signés par des architectes « mondiaux » : la ligne d’horizon (sky line) avec ses tours d’affaires (corporatetowers), le gigantisme des centres commerciaux (shopping malls, à l’instar des 800 000 mètres carrés du Dubaï Mall) favorisant l’émergence de pôles périphériques (edgecities). On retrouve cesmarqueurs métropolitains, à des degrés divers, aussi bien à Los Angeles, Mumbai ou Shanghai que dans des métropoles mineures. Ces grandes opérations d’urbanisme sont souvent en relation avec un événement majeur (jeux Olympiques de Barcelone en 1992, de Pékin en 2008, de Paris en 2024, Expositions universelles de Shanghai en 2010 ou de Milan en 2015…) et relèvent d’un souci de démonstration qui vise en large part à attirer des investissements financiers mondiaux, même s’il peut s’inscrire dans la continuité de phases antérieures plus tournées vers l’échelle nationale, comme l’illustre le réaménagement de l’immense place du Peuple de Shanghai (capacité d’accueil de 1,2 million de personnes). Ce gigantisme contraste avec les zones historiques, tout ou en partie patrimonialisées et revalorisées (dans le cas de Shanghai, hôtels, banques sur le Bund, ancien quartier des concessions) parfois piétonnisées (rue de Nankin).

Un processus métropolitain pluriscalaire

Ces différents marqueurs de la métropolisation participent de projets urbains plus vastes, qui s’appuient à la fois sur des opérations localisées de régénération urbaine, comme la reconversion des Docklands à Londres, et sur des programmes régionaux. À Shanghai, dix ans après la création de la ville nouvelle, l’État a orchestré le processus de métropolisation avec l’approbation du schéma directeur de Pudong en 2001, qui débouche en 2010 sur le plan de la région urbaine du bas Yangzi. À divers égards, le processus de métropolisation articule des politiques relevant de plusieurs niveaux. Ainsi, les équipements liés à la problématique de l’accessibilité interne (métro du Caire ou de Rio, ponts sur le Bosphore à Istanbul… ou, à une tout autre échelle, métro de Rennes) sont étroitement liés à ceux de l’accessibilité externe, comme les aéroports, les gares grande vitesse (LGV), tant les relations intermétropolitaines et intramétropolitaines participent de la même idée de connectivité.

La ville sans bornes ?

Au-delà, le processus de métropolisation interpelle aussi le politique dans ses facettes plus quotidiennes car si, dans une optique de « droit à la ville », la dimension réticulaire et internationale ne devrait pas prendre le pas sur la « ville à vivre », c’est loin d’être le cas dans les faits.

La recomposition des espaces de vie, un défi pour la gouvernance métropolitaine

On assiste, dans le cadre plus général des mues de l’urbanisation,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Dominique RIVIÈRE. MÉTROPOLISATION [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Fragmentation urbaine en Inde - crédits : arun sambhu mishra/ Shutterstock.com

Fragmentation urbaine en Inde

La métropolisation en France - crédits : Encyclopædia Universalis France

La métropolisation en France

Quartier de Pudong, Shanghai - crédits : Yibo Wang/ Shutterstock

Quartier de Pudong, Shanghai

Autres références

  • FRANCE - (Le territoire et les hommes) - Espace et société

    • Écrit par Magali REGHEZZA
    • 14 002 mots
    • 3 médias
    Si l’urbanisation du territoire ralentit, sa métropolisation s’accélère. Ce mot désigne à la fois le processus qui conduit à l’émergence des métropoles et le résultat de ce processus. Il s’agit d’une transformation qualitative de l’urbain que la géographe Cynthia Ghorra-Gobin interprète comme une...
  • ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

    • Écrit par Guillaume LACQUEMENT
    • 12 044 mots
    • 9 médias
    ...rapatriés des Sudètes et de Silésie. La situation géographique des grandes villes sur l'un des axes majeurs de l'Europe centrale accentue la métropolisation : Munich, agglomération dense et monocentrique, Stuttgart et Francfort, au sein d'un réseau polynucléaire, ont profité du repli des...
  • ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

    • Écrit par Manuelle FRANCK, Bernard HOURCADE, Georges MUTIN, Philippe PELLETIER, Jean-Luc RACINE
    • 24 799 mots
    • 10 médias
    ...services et d'infrastructures, notamment portuaire et aéroportuaire, une concentration créant de profondes disparités territoriales. Le processus de métropolisation s'y manifeste par la requalification des centres-villes, de plus en plus voués au tertiaire supérieur. Villages urbains et rues marchandes...
  • CANADA - Espace et société

    • Écrit par Anne GILBERT
    • 12 678 mots
    • 5 médias
    ...tertiarisation de l’économie canadienne. Une opposition se dessine entre l’axe Saint-Laurent–Grands Lacs et le reste du pays. Le fossé se creuse davantage avec la métropolisation. Le développement d’un réseau pancanadien de villes vient cependant rééquilibrer la géographie du Canada. L’influence de Montréal, de...
  • Afficher les 9 références

Voir aussi