MÉTAUXGisements métallifères

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Recherche des corps minéralisés

La recherche des corps minéralisés s'appuie sur une étude géologique mettant en valeur les guides qui pourront conduire à la découverte de minerai neuf. Des études géophysiques et géochimiques se joignent éventuellement à l'étude géologique ; elles sont nécessaires en pays couvert ou lorsque les terrains susceptibles d'être minéralisés sont recouverts d'autres terrains géologiques.

Prospection géologique

Les corps métallifères présentent à l'affleurement leur chapeau oxydé qu'il convient de reconnaître. Ils peuvent ne pas être visibles à la surface du sol. C'est à l'aide de guides géologiques que l'on soupçonne alors la présence d'une masse minéralisée. Ainsi les altérations en halos autour des minéralisations, la paléogéographie, les contacts avec les granites, les roches basiques, etc., sont autant de guides qu'il faut savoir exploiter pour découvrir du minerai.

La prospection géologique intervient à l'échelle de la mine (par exemple, retrouver un filon au-delà d'une faille), à l'échelle du district (par exemple, limiter une paléocuvette renfermant un niveau minéralisé d'origine sédimentaire), à l'échelle de la province (par exemple, chercher des masses minéralisées le long d'une paléo-ride dans une chaîne plissée ou bien une autre coupole granitique minéralisée dans une région en renfermant déjà).

Le géologue minier peut se munir, suivant les minéralisations qu'il recherche, d'une lampe à rayonnement ultraviolet (minéraux fluorescents), d'un compteur de Geiger-Müller ou d'un scintillomètre (minéraux uranifères), de réactifs chimiques appropriés (minéraux du plomb ou du zinc), etc.

La présence de la masse métallifère soupçonnée doit être confirmée par des sondages qui permettront d'avoir une idée sur sa teneur, son volume (tonnage), l'aspect du minerai qui conditionnera le traitement, la forme du gisement qui déterminera le choix d'une méthode d'exploitation.

Prospection géophysique

Rappelons simplement que la gravimétrie n'est employée que dans le cas de gros amas de minerai dense ; la prospection magnétique est utile dans le cas de minerai magnétique ou de roches éruptives basiques ; la prospection électrique ou électromagnétique peut être efficace dans divers cas ; pour de grandes étendues inconnues et difficiles d'accès, notamment en pays couvert, la prospection aéroportée permet de détecter des gisements sulfurés ; les méthodes sismiques sont peu employées, car très onéreuses.

Prospection géochimique

La géochimie, qui complète l'étude des roches, est en plein développement. En géologie minière, les études concernant les teneurs en métaux (faible teneur et traces), ainsi que les positions de ces traces (camouflées dans les silicates, entre les cristaux, etc.) et les formes minéralogiques de ces traces permettront sans doute de confirmer certaines hypothèses sur la genèse des minerais, ou bien donneront naissance à de nouvelles idées. De même les études actuelles sur les isotopes du soufre, de l'oxygène, du plomb conduiront peut-être, en multipliant les exemples et en critiquant les méthodes, à donner des indications sur les températures de formation, à distinguer les origines hydrothermales des origines biochimiques, à dater les minéralisations.

La prospection géochimique est une méthode pratique et peu coûteuse de recherche des minerais. Elle consiste à prélever des échantillons de sol, à doser les éléments métalliques recherchés et à confectionner des cartes en courbes d'isoteneur.

Sur un fond géochimique de teneur uniforme apparaissent des anomalies. Ces anomalies peuvent être « en place » ou bien correspondre à des migrations superficielles dues à la pente. Il convient donc de discuter sur le terrain la valeur des anomalies mises en évidence et de ne conserver que les anomalies susceptibles d'annoncer du minerai en place. Cette méthode de détection a été employée avec succès pour de nombreux métaux.

Il faut rappeler que les méthodes d'investigation à employer, la « maille » (c'est-à-dire l'écartement des mesures) à adopter, les résultats, les moyens conduisant à ces résultats doivent être discutés, modifiés en fonction de la géologie, de la forme des corps minéralisés recherchés, de la nature des métaux prospectés.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Formes de gisements

Formes de gisements
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Zonalité sédimentaire

Zonalité sédimentaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Magnésite

Magnésite
Crédits : A.Rizzi/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Zonalité périplutonique

Zonalité périplutonique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MÉTAUX  » est également traité dans :

MÉTAUX - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre LÉVIS
  •  • 333 mots

Le groupe des métaux rassemble environ soixante-quinze éléments de la table périodique dont il occupe toute la partie gauche. Structurellement, les métaux se définissent comme les éléments comportant moins de quatre électrons sur la couche électronique de valence. Comme ces électrons sont facilement perdus pour former l'octet stable, les métaux se caractérisent fondamentalement comme donneurs d'él […] Lire la suite

MÉTAUX - Métallogénie

  • Écrit par 
  • Guy TAMAIN
  •  • 4 298 mots

Dans une première approche et de façon résumée, on peut dire que la métallogénie est la science des gisements (ou gîtes) métallifères et de leur genèse. Le terme a été créé, au début du xxe siècle, par le géologue français Louis de Launay (1860-1938), pour qui : « La métallogénie étudie les gisements minéraux des éléments chimiques, leurs groupements […] Lire la suite

MÉTAUX - Métaux alcalins

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 3 045 mots
  •  • 4 médias

Les métaux alcalins – lithium, sodium, potassium, rubidium, césium et francium – constituent les éléments de la première colonne du tableau de classification périodique . Ils doivent leur nom à la propriété qu'ils ont de donner avec l'eau des bases fortes, ou « alcalis ». Cette famille chimique est particulièrement homogène ; les propriétés des différents métaux varient peu de l'un à l'autre, et […] Lire la suite

MÉTAUX - Métaux alcalino-terreux

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 582 mots
  •  • 2 médias

Les métaux alcalino-terreux constituent la deuxième colonne du tableau de classification périodique des éléments. On peut distinguer les alcalino-terreux vrais  – calcium, strontium, baryum, radium – et deux éléments plus légers – béryllium et magnésium –, qui présentent des particularités propres. Ce double nom d'alcalino-terreux trouve son origine dans les propriétés des oxydes, qui furent les p […] Lire la suite

MÉTAUX - Métaux de transition

  • Écrit par 
  • André CASALOT
  •  • 2 161 mots
  •  • 2 médias

Les cinquante-six éléments chimiques dits de transition actuellement connus comportent tous, soit à l'état d'élément simple, soit dans un état oxydé stable, une sous-couche électronique d ou f partiellement remplie. L'existence de niveaux profonds incomplets leur confère des propriétés voisines. À l'état de corps simples, ils se caractérisent par un haut poi […] Lire la suite

MÉTAUX - Superplasticité des métaux

  • Écrit par 
  • Georges CIZERON
  •  • 6 874 mots
  •  • 11 médias

L'une des propriétés principales de l'état métallique est l'aptitude à la déformation sous l'effet d'une contrainte . Selon la valeur de celle-ci, la déformation résultante peut être élastique , c'est-à-dire qu'elle se résorbe si la contrainte cesse d'être appliquée, ou plastique , le solide conservant dans ce cas une déformation permanente après que la sollicitation mécanique a été supprimée. On […] Lire la suite

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 613 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Solvant plus basique que l'eau : l'ammoniac liquide »  : […] La structure de l'ammoniac liquide, qui bout à — 33  0 C, rappelle beaucoup celle de l'eau, en raison de l'existence de liaisons hydrogène. Il s'ionise suivant : K e  = [NH 4 + ] [NH 2 — ] est de l'ordre de 3 × 10 —33 . La limite inférieure de l'échelle d'acidité est par rapport à l'eau : 11,8 (acides BH + ) et 7,7 (acides HA) ; la limite supérieure est très élevée, puisque l'échelle doit s'étendr […] Lire la suite

AGRÉGATS, physico-chimie

  • Écrit par 
  • Jean FARGES, 
  • Rémi JULLIEN
  •  • 1 611 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Structure électronique des agrégats métalliques »  : […] Dans un agrégat métallique suffisamment petit, les électrons de conduction ne peuvent plus sauter d'un état quantique à l'autre car la différence d'énergie entre deux états successifs (qui varie comme 1/N) devient plus grande que l'énergie thermique. Par conséquent, lorsque la valence du métal considéré est impaire, le dernier état occupé (niveau de Fermi) comprend un seul électron quand N est imp […] Lire la suite

ALLIAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GACHON
  •  • 7 352 mots
  •  • 5 médias

Les alliages représentent une illustration matérielle du vieux dicton « l'union fait la force ». L'homme a toujours cherché des matériaux plus performants à l'utilisation, plus faciles à fabriquer ou à mettre en œuvre et plus économiques. Les alliages métalliques sont particulièrement importants dans la société humaine, et ce depuis l'Âge du bronze. Les métaux de grande pureté (99,99 p. 100 en p […] Lire la suite

ALUMINIUM

  • Écrit par 
  • Robert GADEAU, 
  • Robert GUILLOT
  •  • 9 650 mots
  •  • 19 médias

Bien qu'il ne soit passé dans le domaine industriel qu'à la fin du xix e  siècle, après la découverte par Paul Louis Toussaint Héroult et Charles Martin Hall du procédé de fabrication par électrolyse, l'aluminium est devenu le premier des métaux non ferreux. Sa légèreté, son inaltérabilité pratique, sa bonne conductibilité électrique et thermique, sa facilité de décoration et la grande résistance […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-José PAVILLON, « MÉTAUX - Gisements métallifères », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-gisements-metalliferes/