HÉROULT PAUL LOUIS TOUSSAINT (1863-1914)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Paul Louis Toussaint Héroult est un métallurgiste et inventeur français connu pour avoir mis au point en 1886 un procédé de production d'aluminium par électrolyse de l'alumine. Cette technique a couramment été nommée procédé Hall-Héroult, l'Américain Charles Martin Hall l'ayant développée simultanément et indépendamment. Mais au-delà de l'extraction de l'aluminium, le nom de Héroult reste également attaché à une autre innovation majeure, le four à arc à deux électrodes et à sole non conductrice pour la fabrication de l'acier fondu, en 1900. D'un caractère affable, pragmatique et persévérant, Héroult aura consacré toute sa carrière à l'électrométallurgie (branche de la métallurgie utilisant l'électricité comme source d'énergie pour l'élaboration ou la transformation de minerais, de métaux, d'alliages...).

Paul Héroult

Photographie : Paul Héroult

Portrait du métallurgiste français Paul Héroult qui a consacré une partie de sa vie au développement industriel de son procédé de fabrication de l'aluminium par électrolyse. 

Crédits : Bettmann/ Getty Images

Afficher

Né le 10 avril 1863 à Thury-Harcourt, dans le Calvados, où son père exploitait la tannerie familiale, Paul Héroult effectue un séjour de trois ans en Grande-Bretagne pendant la guerre de 1870, d'où une maîtrise de l'anglais qui lui sera fort bénéfique. Il entre au collège Sainte-Barbe à Paris, quand son père transfère sa tannerie à Gentilly. Il se passionne alors pour l'aluminium, dès l'âge de quinze ans, à la lecture du livre d'Henri Sainte-Claire Deville, De l'aluminium, ses propriétés, sa fabrication et ses applications (1859). La méthode de ce dernier, mise en œuvre en 1854, se fonde sur la réduction d'une solution de chlorure double de sodium et d'aluminium par le sodium, mais elle reste complexe et fort onéreuse. Paul Héroult est conscient que le frein à une véritable production industrielle réside dans la difficulté d'obtenir la puissance électrique suffisante pour utiliser un procédé électrolytique. Après une année passée à l'École des mines de Paris, en 1882-1883, où il suit les cours du chimiste Henry Le Chatelier (1850-1936), il en est renvoyé et, une fois son service militaire accompli, il entreprend des essais, dans la tannerie de son père, en vue de reprendre une idée de Sainte-Claire Deville, l'électrolyse de la cryolithe, en utilisant une petite dynamo de Gramme. Il parvient, en 1886, à mettre au point son « procédé électrolytique pour la préparation de l'aluminium », selon l'intitulé du brevet qu'il dépose le 23 avril 1886, par l'électrolyse d'alumine en solution dans un bain de cryolithe fondue.

C'est quelques mois plus tard que Charles Martin Hall dépose son propre brevet pour le même procédé. Après six années de procédures entre la France et les États-Unis afin d'établir l'antériorité de l'invention, une solution amiable est trouvée : l'exploitation du brevet de Paul Héroult est limitée à l'Europe, celle de Charles Martin Hall aux États-Unis. Ce différend se conclut aussi par une nouvelle amitié entre les deux inventeurs.

Cette querelle juridique n'empêchera pas la production industrielle de l'aluminium de se développer des deux côtés de l'Atlantique. Héroult tente, dans un premier temps, de produire en Suisse du bronze d'aluminium, sur les conseils d'Alfred Rangod Pechiney, gérant de la Compagnie des produits chimiques d'Alais et de la Camargue. Mais il revient rapidement en France, installant dès 1888 une première usine de production d'aluminium à Froges (Isère), qui sera transférée en 1893 à La Praz (Savoie). Comme aux États-Unis, les usines sont implantées près d'importantes chutes d'eau afin de fournir l'électricité nécessaire à l'électrolyse. En 1866, le kilogramme d'aluminium valait 125 francs. Grâce aux brevets de Paul Héroult, il tombe à 2,50 francs en 1900, la production suivant une courbe inverse.

Au-delà des nombreux brevets déposés dans le domaine de l'électrométallurgie, Paul Héroult met au point la conduite forcée autoportante pour acheminer l'eau vers son usine de La Praz et élabore des projets d'hydroglisseur ou d'hélicoptère. Il meurt de la typhoïde sur son yacht, dans la baie d'Antibes, le 9 mai 1914, à l'âge de cinquante et un ans.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HÉROULT PAUL LOUIS TOUSSAINT (1863-1914)  » est également traité dans :

ALUMINIUM

  • Écrit par 
  • Robert GADEAU, 
  • Robert GUILLOT
  •  • 9 650 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] L'alun, déjà décrit par Pline l'Ancien, est le plus anciennement connu des composés d'aluminium. Au xviii e  siècle, Guyton de Morveau nomme « alumine » la base particulière contenue dans l'alun. En 1807, après avoir, sans succès, cherché à isoler le métal correspondant, il le baptise « alumium » ; ce terme devient ensuite « aluminum », encore employé aux États-Unis, puis l'usage impose « alumini […] Lire la suite

HALL CHARLES MARTIN (1863-1914)

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 667 mots
  •  • 1 média

Chimiste américain, Charles Martin Hall a mis au point en 1886, en même temps que le Français Paul Héroult, un procédé électrolytique (c'est-à-dire qui utilise le courant électrique pour activer les réactions chimiques) d'extraction de l'aluminium. Isolé seulement depuis 1825 par le chimiste danois Christian Œrsted, l'aluminium est obtenu à partir de l'alumine, un oxyde d'aluminium tiré de la ba […] Lire la suite

PROCÉDÉ INDUSTRIEL DE FABRICATION DE L'ALUMINIUM

  • Écrit par 
  • Nicole CHÉZEAU
  •  • 189 mots

Le Français Henri Sainte-Claire Deville (1818-1881) inventa en 1854 le premier procédé industriel de fabrication de l'aluminium. Celui-ci consiste à décomposer le chlorure double NaCl-AlCl 3 par le sodium en présence d'un fondant. L'alumine nécessaire à la préparation de ce chlorure était obtenue en traitant un minerai de bauxite par le carbonate de soude dans des fours chauffés à haute températ […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno JACOMY, « HÉROULT PAUL LOUIS TOUSSAINT - (1863-1914) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-louis-toussaint-heroult/