MÉMOIRE DE TRAVAIL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mémoire de travail, développement et vieillissement

L’empan en mémoire de travail augmente de manière spectaculaire et beaucoup plus régulière avec l’âge (de moins de 2 items aux alentours de quatre ans à 6, voire 7 ou plus, chez certains adultes) que ne le font les empans simples. Comme la mémoire de travail est par ailleurs conçue comme le cœur du système cognitif en charge de toutes les activités contrôlées, elle s’est vu accorder un rôle essentiel dans le développement cognitif. Nombreux sont les auteurs qui ont proposé que le développement de la mémoire de travail est un des moteurs essentiels du développement intellectuel. En intégrant un nombre toujours plus important d’informations, une plus grande capacité de mémoire de travail permettrait de se représenter et de comprendre des situations toujours plus complexes. Les déterminants de l’accroissement de cette capacité ont donné lieu à débat. Certains, les plus nombreux, conçoivent cet accroissement comme celui d’une capacité cognitive ou d’un pouvoir mental sous la dépendance de la maturation du système nerveux central. D’autres, au contraire, supposent que la capacité totale du système demeure stable au cours du développement, mais que l’espace pouvant être réservé au stockage de l’information augmente avec la diminution corrélative de celui requis par les traitements qui, au travers de l’expérience, s’automatisent et deviennent de moins en moins coûteux. Toujours est-il que les preuves de l’impact de la capacité de la mémoire de travail sur l’acquisition du vocabulaire, de la syntaxe, de l’arithmétique, de la lecture, de l’orthographe, ou encore sur la capacité à résoudre des problèmes et à raisonner abondent. De fait, de nombreux troubles des apprentissages et du développement s’accompagnent de déficits systématiques de la mémoire de travail. Il a été montré que, dans nombre de domaines, la relation entre mémoire de travail et performance s’observe même lorsque l’effet de l’âge est contrôlé. Ainsi, il ne fait guère de doute que le développement intellectuel est au moins en partie sous la dépendance de cel [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur ordinaire, université de Genève (Suisse)
  • : professeure en psychologie du développement, directrice du laboratoire de développement cognitif du département de psychologie, université de Fribourg (Suisse)

Classification


Autres références

«  MÉMOIRE DE TRAVAIL  » est également traité dans :

APPRENTISSAGE DE LA PRODUCTION ÉCRITE DE TEXTES

  • Écrit par 
  • Denis ALAMARGOT, 
  • Lucile CHANQUOY
  •  • 1 910 mots

Dans le chapitre « L’importance de la mémoire »  : […] La maîtrise de l’activité de rédaction de texte dépend non seulement des apprentissages scolaires mais aussi du développement du système cognitif. L’apprentissage en est doublement contraint par l’acquisition de connaissances et habiletés préalables et par le développement des fonctions mentales impliquées dans l’activité. Outre la mémoire à long terme – pour le stockage des connaissances en lien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage-de-la-production-ecrite-de-textes/#i_56421

BADDELEY ALAN DAVID (1934- )

  • Écrit par 
  • Pierre BARROUILLET
  •  • 434 mots

Alan David Baddeley est un psychologue britannique né en 1934. Ayant soutenu une thèse de doctorat en 1962 à l’université de Cambridge, il a dirigé pendant plus de vingt ans, de 1974 à 1995, l’unité de psychologie appliquée du Medical Research Council de Cambridge, avant d’occuper un poste de professeur à l’université de Bristol. Il est depuis 2003 professeur à l’université de York. Spécialiste d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alan-david-baddeley/#i_56421

DÉVELOPPEMENT DES FONCTIONS EXÉCUTIVES (psychologie)

  • Écrit par 
  • Olivier HOUDÉ
  •  • 1 268 mots

Les fonctions exécutives (F.E.) sont des capacités du cortex préfrontal, à l’avant du cerveau, et plus exactement d’un circuit pariéto-frontal, qui contrôlent l’exécution des conduites, le choix des stratégies, la prise de décision. Les trois principales F.E. sont la mémoire de travail, l’inhibition et la flexibilité ( switching en anglais). La mémoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-des-fonctions-executives/#i_56421

DYSCALCULIE DÉVELOPPEMENTALE

  • Écrit par 
  • Marie-Pascale NOËL
  •  • 1 159 mots

Dans le chapitre « Influence de facteurs cognitifs généraux »  : […] Les enfants dyscalculiques ont globalement des performances plus faibles que les enfants sans troubles d’apprentissage dans des tests mesurant la mémoire de travail et la résistance à l’interférence. La mémoire de travail nous permet de retenir un nombre limité d’informations pendant un court laps de temps alors que nous traitons ces informations. Par exemple, lorsque nous résolvons une multiplic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dyscalculie-developpementale/#i_56421

EMDR (eye movement desensitization and reprocessing)

  • Écrit par 
  • Cyril TARQUINIO
  •  • 2 812 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le cadre théorique »  : […] Nous avons retenu trois pistes théoriques susceptibles d’expliquer ce qui se passe durant la psychothérapie EMDR : – L’hypothèse du sommeil REM. Depuis la fin du xx e  siècle, les chercheurs se sont surtout intéressés aux mouvements oculaires susceptibles de constituer l’un des principes actifs de l’EMDR. Un parallèle a été fait avec ce qui se pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emdr/#i_56421

INHIBITION (psychologie)

  • Écrit par 
  • Olivier HOUDÉ
  •  • 1 320 mots
  •  • 1 média

L’inhibition est une forme de contrôle qui nous permet de résister aux habitudes ou automatismes, aux tentations, distractions ou interférences. L’idée selon laquelle l’inhibition est un processus central de l’adaptation n’est pas nouvelle dans les sciences de l’esprit et du cerveau, mais elle a connu un regain général d’intérêt en psychologie cognitive depuis les années 1990. La capacité d’inhibi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inhibition-psychologie-cognitive/#i_56421

NEUROSCIENCES COGNITIVES ET SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Philippe PEIGNEUX
  •  • 1 393 mots

Dans le chapitre « Sommeil et efficience cognitive »  : […] Les études de privation de sommeil corroborent l’expérience quotidienne en démontrant que l’on ne peut restreindre ou éliminer le sommeil sans produire des effets indésirables tant au niveau cognitif que neurophysiologique. La privation de sommeil aiguë (nuit blanche) est associée à des chutes parfois spectaculaires de la performance cognitive pendant la journée suivante. Principalement, les fonc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurosciences-cognitives-et-sommeil/#i_56421

PSYCHOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Michel DENIS
  •  • 4 733 mots

Dans le chapitre « Directions de recherche en psychologie cognitive »  : […] Les limites du présent article ne permettent pas de passer en revue la variété des modèles qui ont été proposés dans les différents secteurs de la psychologie cognitive. On rappellera au moins la controverse qui occupa longtemps les psychologues sur la question de la nature des représentations mentales. Pour les uns, en effet, les représentations conservent la trace de la modalité sensorielle à pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-cognitive/#i_56421

PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE

  • Écrit par 
  • Michel HUTEAU
  •  • 4 662 mots

Dans le chapitre « L'intelligence »  : […] Quels que soient les aspects de la conduite considérés, des plus élémentaires aux plus complexes, la variabilité est toujours présente. Pour des raisons tenant aux possibilités immédiates d'application (notamment, à l'origine, la psychologie scolaire et l'orientation professionnelle), les travaux classiques de psychologie différentielle ont surtout porté sur des conduites fortement intégrées rele […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-differentielle/#i_56421

SURCHARGE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • André TRICOT
  •  • 1 335 mots
  •  • 1 média

La surcharge cognitive correspond à un état mental où un individu est engagé dans la réalisation d’une tâche extrêmement exigeante pour lui : il ne dispose pas des ressources cognitives suffisantes à une mise en œuvre aisée de cette tâche. Par analogie avec une tâche physique, qui peut être exigeante pour un individu mais pas au point de le faire renoncer d’emblée, une tâche cognitive peut présen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surcharge-cognitive/#i_56421

TRAITEMENT SYNTAXIQUE (perception et compréhension)

  • Écrit par 
  • Joël PYNTE
  •  • 1 326 mots

Dans le chapitre « Le rôle de la mémoire de travail (MT)  »  : […] La situation se complique si l’on considère ce qui se passe avant la levée de l’ambiguïté. Il arrive fréquemment que le lecteur passe très vite sur la région ambiguë, comme s’il décidait d’en suspendre le traitement et d’attendre qu’un nouvel indice lui permette de lever l’ambiguïté. Ce phénomène est observé en particulier chez les lecteurs dont la capacité de la mémoire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traitement-syntaxique/#i_56421

TROUBLES DU LANGAGE ORAL CHEZ L'ENFANT

  • Écrit par 
  • Catherine BILLARD
  •  • 4 706 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Langage oral et apprentissages scolaires »  : […] Les déficits du langage oral sont très prédictifs de déficits ultérieurs en lecture. En 1990, une enquête portant sur vingt-quatre enfants atteints de TSLO, âgés de plus de neuf ans, montrait que quatre seulement étaient lecteurs. Depuis, les connaissances du fonctionnement cognitif guident les techniques pédagogiques et rééducatives et ont changé ce sombre pronostic. Deux fonctions cognitives la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troubles-du-langage-oral-chez-l-enfant/#i_56421

TROUBLES DYSEXÉCUTIFS

  • Écrit par 
  • Fabienne COLLETTE
  •  • 1 171 mots

Dans le chapitre « Les modèles cognitifs du fonctionnement exécutif »  : […] Deux grandes classes de modèles existent pour expliquer les troubles exécutifs : les modèles unitaires proposant l’existence d’un seul processus sous-jacent et les modèles considérant que le contrôle exécutif renvoie à des mécanismes distincts. Parmi les modèles unitaires, il est proposé que l’ensemble des troubles exécutifs présenté par un patient puisse s’interpréter par un déficit de la capaci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troubles-dysexecutifs/#i_56421

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre BARROUILLET, Valérie CAMOS, « MÉMOIRE DE TRAVAIL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire-de-travail/