Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MÉLODRAME

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Structures et langages du mélodrame

Dans le spectacle qu'offre le mélodrame, les conflits sont résorbés et comme phagocytés : il n'y a pas de véritable problème politique, moral ou social, et tout le monde adopte en définitive un système des valeurs identiques : le Traître se nomme lui-même « scélérat » et « coquin ». Aucune transgression morale ou sexuelle ; et, au cas où l'auteur aurait la tentation de mettre en scène une quelconque transgression, il serait vite rappelé à l'ordre par la censure. En réalité, le mal est toujours le fait du Traître ; c'est sa perversité qui produit les désastres à quoi s'ajoutent, parce que le spectaculaire est la règle, les catastrophes naturelles : orages, incendies, tremblements de terre, tempêtes, voire raz-de-marée ou éruptions volcaniques. Le mal dû aux égarements de la nature se combine ainsi avec celui qui naît de la perversité du méchant. Pris en tenailles, entre l'un et l'autre, le mal historique et l'injustice sociale ne trouvent pas leur place. Enfin, le mal dont le Traître est la cause se voit nécessairement désamorcé et racheté par le héros aidé de la divine Providence.

De là une constellation de personnages déterminant un réseau de forces qui dessine une structure codée immuable. Tout d'abord, le Traître est le sujet actif dont le vouloir égoïste a fait entrer le mal dans le monde, et auquel s'oppose le héros désintéressé, « anti-sujet » qui fera triompher le bien. Le Traître, presque toujours solitaire, est lié à ses victimes par une paternité ou par une pseudo-paternité d'emprunt : il est oncle, tuteur, protecteur. En général, c'est un homme, les femmes étant plutôt vouées au rôle de victime. À la fois cynique, car il ne doit pas tromper le spectateur, et hypocrite pour ses victimes, le Traître se caractérise par la puissance de ses désirs : il veut tout, non seulement la jolie et innocente héroïne, mais surtout le pouvoir, et d'abord l'argent. Le Traître est mû par une véritable prédestination au mal. Face à lui, le Héros, souvent seul, est masqué lui aussi, mais cette fois pour le bien. Dans la presque totalité des cas, il apparaît comme l'être sans désir, désintéressé et surtout chaste ; on sait qu'il s'agit là d'un trait fréquent du héros populaire qu'on retrouve dans le western, comme si l'acte héroïque auquel se mêle le désir en était dévalué. Dans l'ombre du Héros, évolue le Niais, personnage essentiel ; issu du peuple, il est aussi celui qui apporte dans un scénario presque toujours pathétique le comique et le sourire. Le Niais représente dans le canevas mélodramatique l'enfant-peuple, dont le rôle est de seconder maladroitement les efforts du Héros.

Les victimes du Traître, sauvées par le Héros, seront d'abord les jeunes gens amoureux, que distinguent la vertu, l'innocence, le malheur, l'amour chaste. Ainsi, la jeune fille est la victime désignée du sadisme du Traître : enlevée, parfois torturée, convoitée, jamais violée, elle arrive au dénouement virgo intacta. Enfin, le père est un personnage clé ; si son rôle est souvent réduit, il n'en est pas moins le principal bénéficiaire de l' action ; la tâche de ses enfants comme du Héros sera en effet de le restaurer dans ses droits. Glorifié, presque divinisé, il est le représentant de la morale et de la justice : « Un père offensé qui pardonne est la plus parfaite image de la divinité » (L'Homme aux trois visages). De même, dans Le Monastère abandonné, un père apparaît « dans l'attitude imposante d'un dieu vengeur ».

Il existe, surtout chez Pixérécourt, un canevas type du mélodrame, avec des étapes bien précises : a) avant le drame, le point de départ est constitué par un malheur passé dont le méchant a été[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-III

Classification

Pour citer cet article

Anne UBERSFELD. MÉLODRAME [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • AUTRICHE

    • Écrit par , , , , , et
    • 34 125 mots
    • 21 médias
    ...philosophes sceptiques et plus souvent cyniques. Nestroy reste sans illusions, même quand la férocité de la satire le cède à l'ironie du sage. Ses innombrables pièces (féeries, farces, vaudevilles,mélodrames) abondent en maximes, en apophtegmes, d'une vigueur et parfois d'une poésie inimitables.
  • BOULEVARD THÉÂTRE DE

    • Écrit par
    • 5 988 mots
    De nouvelles salles se sont créées, des genres apparaissent ou se modifient. À l'Ambigu, en 1795, on peut voir l'un des premiers mélodrames : Le Brigand de Calabre, de Loaisel de Tréogate. Dès 1792, on pratiquait dans ce théâtre un genre paradoxal : la pantomime parlée. Ces pantomimes étaient à...
  • DRAME - Drame romantique

    • Écrit par
    • 4 598 mots
    • 5 médias
    On a beaucoup parlé de la parenté – plus apparente que réelle – qui existe entre le mélodrame (René Charles de Pixérécourt) et le drame romantique. Le mélodrame est un drame moral de structure souvent classique, qui voit un héros redresseur de torts aidé d'un comparse populaire comique, le ...
  • GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

    • Écrit par
    • 6 313 mots
    • 5 médias
    Les conventions du genre vont être revisitées dans un cycle de mélodrames gothiques. Ces films dont Rebecca (Alfred Hitchcock, 1941), Gaslight(George Cukor, 1944), ExperimentPerilous (Jacques Tourneur, 1944) mettent en scène l’assujettissement d’une belle jeune femme à un mari plus âgé, figure paternelle...
  • Afficher les 11 références