MÉLODIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mélodie dans la musique occidentale

L'ère du plain-chant et du contrepoint modal

Ainsi, la mélodie est par essence un événement musical à l'état pur ; elle ne postule à son origine aucune association avec quelque complément sonore que ce soit. Elle nous apparaît telle dans le plain-chant médiéval, ou dans la musique traditionnelle de pays comme l'Inde, où, toutefois, elle se combine avec une pulsation rythmique confiée à des instruments de percussion et avec un son continu, destiné à maintenir dans le champ de la conscience la tonique du mode (à quoi se réfère chaque son de la mélodie pour revêtir sa pleine signification).

Cette liberté totale du dessin linéaire se trouve plus ou moins gravement perturbée dès que s'installe la pratique de faire entendre simultanément des lignes mélodiques dont chacune garde une relative indépendance, mais ne peut pas ne pas obéir à certains impératifs propres à la vie en société qui lui est imposée.

Dans les premiers temps, cet impératif est essentiellement que les lignes ainsi lancées dans l'espace et la durée se rejoignent périodiquement sur une consonance parfaite (unisson, octave, quinte ou quarte). C'est ce que nous trouvons au xiiie siècle dans les conduits de Léonin ou de Pérotin. Il est évident que la liberté des mélodies entendues simultanément y est déjà une liberté surveillée. Mais tout l'esprit de cette musique est dans l'individualité jalousement préservée des lignes dessinées qui la composent.

Déjà cependant la musique a deux axes, l'un horizontal, l'autre vertical, d'où va naître un nouvel élément constitutif du discours : l'harmonie. Dans la pré-Renaissance, chez un Josquin Des Prés, on peut considérer que l'affirmation de cet élément est un fait accompli. Mais si les rencontres harmoniques entre les parties ont déjà une plénitude qui satisfait l'oreille moderne, elles n'ont pour lui aucune fonction déterminante, elles n'imposent aucune règle au jeu contrapuntique qui les a provoquées. Rien de plus flexible que la mélodie de J [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages






Écrit par :

  • : compositeur de musique, ancien directeur de la musique et du programme national de la Radiodiffusion française

Classification


Autres références

«  MÉLODIE  » est également traité dans :

ACCOMPAGNEMENT MUSICAL

  • Écrit par 
  • PIERRE-PETIT
  •  • 1 922 mots

Dans le chapitre « Accompagnement et composition »  : […] Il était plus que normal qu'une réaction se produisît. Elle eut lieu dès la fin du xviii e  siècle, au moment où les compositeurs prirent conscience que les interprètes les trahissaient trop souvent au point de vue de l'« étagement harmonique ». Le même phénomène allait d'ailleurs se renouveler quelques dizaines d'années plus tard, lorsque Rossini, irrité des libertés que prenaient les cantatrices […] Lire la suite

AIR, musique

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 3 282 mots

Dans le langage commun, on a pris l'habitude de désigner par le mot « air » la musique destinée à être chantée. On oppose ainsi, dans la chanson, l'air aux paroles. Par extension, on en est arrivé à employer le mot « air » dans le cas de toute mélodie suffisamment connue pour être immédiatement identifiée par l'auditeur. On parle donc indifféremment de l'air de Marguerite (dans Faust de Gounod), […] Lire la suite

ARMA PAUL (1904-1987)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 390 mots

Né le 22 octobre 1904 à Budapest, mort le 28 novembre 1987 à Paris, le compositeur français d’origine hongroise Imre Weisshaus (qui adoptera le pseudonyme Paul Arma lors de son installation à Paris) apprend le piano dès l'âge de cinq ans et reçoit, de 1920 à 1924, un enseignement très complet, notamment en analyse et en écriture musicales, à l'Académie Franz-Liszt de Budapest, où Béla Bartók lui […] Lire la suite

BELLINI VINCENZO

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 2 998 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Situation de Bellini »  : […] Le terrible critique Paul Scudo, consacrant en juillet 1848 quelques pages à « Donizetti et l'école italienne depuis Rossini » à l'occasion de la mort du compositeur à Bergame, savait rendre hommage au maître de Catane, Vincenzo Bellini : celui-ci, note-t-il, échappe à l'influence de Rossini, et s'inspire directement des maîtres du xviii e  siècle. « Il procède particulièrement de Paisiello, dont […] Lire la suite

BORODINE ALEXANDRE PORFIRIEVITCH (1833-1887)

  • Écrit par 
  • Michel-Rostislav HOFMANN
  •  • 611 mots

Né à Saint-Pétersbourg, Borodine était le fils naturel du prince caucasien Louka Guédianov et d'Avdotia Antonova, fille d'un simple troupier. Le père fit déclarer l'enfant par un de ses domestiques, Porphiri Borodine, si bien que plus tard il lui fallut l'affranchir en bonne et due forme. De très bonne heure, il apprend à jouer de la flûte, puis, en autodidacte, du piano, du violoncelle et du haut […] Lire la suite

CANTABILE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 138 mots

En italien, « chantable ». Mélodie vocale ou instrumentale à l'expression « chantante ». Indication de style qui tend à mettre en relief le caractère mélodique d'une pièce. Certaines pages d'orgue, de style libre, portent ce titre (C. Franck, C. Tournemire, L. Vierne...). J.-S. Bach fait précéder de ce terme ses Inventions à trois voix. Le terme est souvent lié chez les compositeurs à une express […] Lire la suite

CAVATINE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 360 mots

Terme musical, tiré de l'italien cavatina , diminutif de cavata qui désignait au xviii e siècle un petit arioso placé à la fin d'un récitatif (ainsi chez J.-S. Bach, par exemple dans ses Cantates n os 76, 80 et 117). Dans les opéras et les oratorios du xviii e et du xix e siècle, surtout en Italie, la cavatine est un court passage confié à un soliste et qui ressemble à un air, mais dont la m […] Lire la suite

CHAMBRE MUSIQUE DE

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON, 
  • Marc VIGNAL
  •  • 5 481 mots
  •  • 1 média

Au sens moderne, « musique de chambre » est une expression générique s'appliquant à des compositions pour un petit nombre d'instruments solistes. Jusqu'à la fin du xvii e  siècle, avant l'apparition des concerts publics, le terme désigne une musique destinée à être jouée chez un particulier, fût-ce un roi, par opposition à la musique d'église et à la musique de théâtre (Louis XIV crée la charge de […] Lire la suite

CHANSON

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET, 
  • Guy ERISMANN, 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 7 139 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Goguette »  : […] C'est dans les goguettes en effet que s'était réfugié l'esprit révolutionnaire et républicain. Depuis le début du XIX e  siècle, on y entendit des chansonniers ouvriers, dont certains sont restés célèbres – comme Henri Avenel, Vinçart, Jean-Baptiste Clément, Charles Gille, Eugène Pottier, auteur de L'Internationale  –, au cours de réunions pittoresques, dont le cérémonial a souvent été décrit, not […] Lire la suite

CHOPIN FRÉDÉRIC

  • Écrit par 
  • Jean VIGUÉ
  •  • 2 697 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des « phrases au long col » »  : […] Très peu de thèmes de Chopin ont le caractère, généralement bref, ferme et arrêté, de l'idée symphonique. À moins qu'ils n'aient volontairement celui de la danse ( Polonaises , Mazurkas , Valses , etc.), ses thèmes sont de caractère vocal. Marcel Proust a bien su les définir tout en imitant leur tournure, lorsqu'il écrivait « les phrases au long col sinueux et démesuré de Chopin, si libres, si fl […] Lire la suite

COMPOSITION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 6 852 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les schèmes formels »  : […] Pour concevoir correctement les problèmes qui se posent à la composition musicale, il ne faut pas oublier que, la musique étant un art du temps, il conviendra d'organiser, à l'aide d'éléments sonores, un découpage du temps qui sera perçu comme cohérent par les auditeurs. En se référant à l'histoire de la musique, on constatera que les diverses formes musicales se constituent progressivement, par a […] Lire la suite

DARGOMYJSKI ALEXANDRE SERGUEÏEVITCH (1813-1869)

  • Écrit par 
  • Michel-Rostislav HOFMANN
  •  • 490 mots

Les musiciens russes affiliés au groupe des Cinq et leurs disciples se sont réclamés d'un « père » spirituel, Glinka, et d'un « parrain », Dargomyjski. « Un petit homme en redingote bleu ciel et gilet rouge, affligé d'une invraisemblable voix de fausset », tel apparaissait à ses contemporains Dargomyjski, fils de riches gentilshommes campagnards (le gilet rouge évoque celui que Théophile Gautier a […] Lire la suite

DOWLAND JOHN (1563-1626)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 515 mots

De ce grand luthiste et chanteur de l'époque élisabéthaine , on ignore s'il naquit en Angleterre ou en Irlande, d'où était originaire sa famille. Dès 1580, à l'âge de dix-sept ans, John Dowland se trouve à Paris dans la suite de l'ambassadeur d'Angleterre. Trois ans plus tard, il revient en Grande-Bretagne et obtient des diplômes en musique des universités d'Oxford et de Cambridge. L'échec de sa t […] Lire la suite

DUPARC HENRI (1848-1933)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 310 mots

Représentant éminent de la mélodie française d'inspiration romantique. L'édition définitive de ses œuvres comprend treize mélodies, auxquelles, à peu de choses près, se limite sa production, mais qui suffisent à rendre son nom célèbre. Elles se situent toutes entre 1868 et 1884. Né à Paris dans un milieu où la pratique des arts est à l'honneur, Henri Duparc devient, dès avant la guerre de 1870, un […] Lire la suite

DUREY LOUIS (1888-1979)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 824 mots
  •  • 1 média

Aîné du groupe des Six, Louis Durey s'est rapidement situé en marge de l'action de ses amis . Sa réserve naturelle n'avait rien de commun avec les éclats un peu tapageurs des Six à leurs débuts et, s'il a toujours conservé des liens amicaux étroits avec ses camarades, son appartenance au groupe des Six repose davantage sur le hasard que sur des raisons esthétiques. Louis Durey voit le jour le 27 m […] Lire la suite

FAURÉ GABRIEL (1845-1924)

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BELTRANDO-PATIER
  •  • 1 370 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le premier parmi les mélodistes français »  : […] Le premier recueil de mélodies paraît chez Choudens en 1879 ; il sera suivi de deux autres recueils et de cinq grands cycles s'échelonnant jusqu'en 1921. Peu distincte en ses débuts de la romance, la mélodie a une vocation de divertissement, de mise en valeur des voix féminines, d'exaltation des sentiments romantiques. Elle n'atteindra sa dignité d'œuvre à part entière qu'avec Fauré et Duparc ent […] Lire la suite

GOUNOD CHARLES (1818-1893)

  • Écrit par 
  • Roger DELAGE
  •  • 2 116 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un musicien à contre-courant »  : […] Il faut faire effort, maintenant que son œuvre est devenue familière, pour mesurer l'originalité de Gounod. La musique française semblait à son déclin. Il n'y avait d'oreilles que pour la musique italienne, et les « happy few » s'enivraient des prouesses vocales que dispensaient avec largesse les chanteurs ultramontains – virtuoses du bel canto. La mélodie régnait et n'était au vrai qu'un motif f […] Lire la suite

GRIEG EDVARD (1843-1907)

  • Écrit par 
  • Piotr KAMINSKI
  •  • 1 677 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un Norvégien de troisième génération »  : […] Celui qui devint le symbole même de l'art national norvégien n'est qu'un arrière-petit-fils d'immigré. L'Écossais Alexandre Greig s'établit à Bergen dans les années soixante du xviii e  siècle. Son petit-fils, Alexandre comme lui, mais déjà Grieg , épousa M lle  Gesine Judith Hagerup, fille d'un notable norvégien. Contrairement à une mystérieuse « tradition », Edvard – né le 15 juin 1843, quatriè […] Lire la suite

ILLUSIONS AUDITIVES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RISSET, 
  • David WESSEL
  •  • 3 854 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Polyphonie à une seule voix »  : […] Des compositeurs de l'époque baroque (Jean-Sébastien Bach en particulier) ont écrit des passages polyphoniques pour des instruments monodiques. La technique utilisée consiste à enchevêtrer deux lignes mélodiques (ou une ligne mélodique et un continuo) en faisant alterner les notes successives de chaque ligne . Si les lignes enchevêtrées sont suffisamment séparées, et si chaque ligne possède une ce […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henry BARRAUD, « MÉLODIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/melodie/