VÉTÉRINAIRE MÉDECINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Apparu dans la langue française au xvie siècle (1563), le terme « vétérinaire » est issu du latin veterinarius, de veterinum (« bête de somme »), contracté (Littré, 1878) de veheterinus (« propre à porter les fardeaux »). Il qualifie ce qui a rapport aux soins des animaux. Auparavant, on appelait hippiatre l'homme de l'art s'occupant du bétail ; d'origine grecque, ce vocable s'était substitué au mulomedicus latin.

À la croisée des chemins de la médecine humaine et de l'agriculture, la médecine vétérinaire se situe dans le cadre élargi des relations de l'homme et de l'animal. Face à un environnement de plus en plus oppressant et au-delà des besoins nutritionnels qui conduisent l'homme à dépendre du fonds protidique d'origine animale, les liens qui unissent l'homme et l'animal sont plus que jamais multiples et étroits. L'utilisation d'espèces et de lignées sélectionnées dans la recherche médicale, la préservation des rouages des équilibres naturels sont autant de cas dans lesquels le vétérinaire est appelé à jouer un rôle spécifique.

Les origines

L'homme, passant, à l'âge de la pierre polie, de l'état de chasseur à celui de cultivateur et éleveur, il est probable que c'est à cette époque que naquit l'art vétérinaire, en même temps que se développait la domestication ; il est alors difficile de faire le partage entre thérapeutique et pratiques rituelles. Le caractère sacré, voire sacerdotal, de la médecine humaine se retrouve en médecine animale dès l'Antiquité.

Le code d'Hammourabi, trouvé à Suse, définit, dès 2200 avant J.-C., les honoraires d'un « docteur » de bœufs et d'ânes. Exhumé en Égypte, lors de fouilles dans la région du Fayoum, le papyrus de Kahun est le premier document connu qui traite des maladies du bétail. F. L. Griffith, qui le découvrit, le situe en 1900 avant J.-C. Il présente un caractère religieux, en rapport, semble-t-il, avec la pratique vétérinaire dans l'Égypte ancienne, sans que puisse être prouvée l'existence de vétérinaire. Mais, de tout temps les sacrifices et l'examen des viscères d'animaux furent cont [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : directeur de l'École nationale vétérinaire de Lyon

Classification

Autres références

«  VÉTÉRINAIRE MÉDECINE  » est également traité dans :

PREMIÈRE ÉCOLE VÉTÉRINAIRE

  • Écrit par 
  • Philippe BONBLED, 
  • Jean-François CHARY
  •  • 446 mots

À l'initiative de Claude Bourgelat (1712-1779), écuyer du roi passionné d'anatomie et de pathologie équines, la première école vétérinaire du monde accueille, le 13 février 1762, ses premiers élèves à Lyon, deuxième ville du royaume de France (après Paris) devenue alors le plus grand centre européen de l'industrie et du commerce de la soie. Fondé par l'arrêt du […] Lire la suite

AUJESKY MALADIE D'

  • Écrit par 
  • Jacqueline VIRAT
  •  • 404 mots

Maladie contagieuse, inoculable, la maladie d'Aujesky est due à un virus spécifique qui affecte la plupart des animaux domestiques et quelques animaux sauvages. Sa transmission à l'homme est exceptionnelle. Elle a été décrite par Aujesky en 1902. On la trouve en Europe et en Amérique, avec des territoires préférentiels comme l'Europe de l'Est ; de rares cas ont été signalés en Afrique et en Asie. […] Lire la suite

BRUCELLOSE ou MÉLITOCOCCIE ou FIÈVRE DE MALTE

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 1 370 mots

La brucellose (fièvre de Malte, fièvre ondulante, fièvre sudoro-algique, mélitococcie) est une maladie infectieuse commune à l'homme et à différentes espèces animales (essentiellement caprins, ovins, bovins, porcins), due à des microbes du genre Brucella . […] Lire la suite

CHARBON MALADIE DU

  • Écrit par 
  • Agnès FOUET, 
  • Michèle MOCK
  •  • 1 931 mots
  •  • 1 média

Le charbon, dénommé anthrax en anglais, est une maladie essentiellement vétérinaire. Elle touche tous les mammifères, y compris l'homme, à qui elle est transmise par les animaux ou des produits dérivés contaminés. Elle est non contagieuse d'homme à homme. On distingue trois formes humaines de la maladie : la forme cutanée, caractérisée par la formation d'une escarre noire (d'où le nom de charbon) […] Lire la suite

CHAUVEAU AUGUSTE (1827-1917)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 330 mots

Vétérinaire lyonnais, Auguste Chauveau, en collaboration avec Marey, a étudié la circulation du sang et inventé divers appareils : un manomètre enregistreur à inscription horizontale, un sphygmographe, un hémodromographe. Il a étudié également la glycogenèse (il montre que le sucre est détruit dans les parenchymes) et le système nerveux (innervation de l'œsophage). Il a créé pour ses expériences s […] Lire la suite

CLAVELÉE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 337 mots

Maladie infectieuse, virulente, inoculable, contagieuse, la clavelée ou sheep-pox (poxvirose ou variole du mouton) est spéciale aux ovins et non transmissible à l'homme. Elle est due à un poxvirus spécifique (sous-genre C), ectodermotrope et de contagion directe (croûtes cutanées ou claveau), du groupe des virus vaccino-varioliques, mais différent du virus de la variole de la chèvre ( goat-pox ). […] Lire la suite

COCCIDIES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 136 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les Babesiidés »  : […] Ces parasites du bétail, connus depuis longtemps, sont aujourd'hui classés définitivement dans les Sporozoaires. Les espèces du genre Babesia ( Piroplasma ) vivent dans le sang du bétail, bœuf, mouton, chez lesquels s'effectue la schizogonie. La maladie a reçu le nom de piroplasmose. L'hôte intermédiaire est la larve de la tique (Acariens) dans le corps de laquelle ont lieu la gamogonie et la s […] Lire la suite

DOURINE

  • Écrit par 
  • Louis JOUBERT
  •  • 324 mots

Maladie infectieuse, inoculable, de contagion vénérienne, la dourine est spéciale aux équidés reproducteurs et non transmissible à l'homme. Elle est due à la multiplication d'un trypanosome spécifique (Schneider et Buffard, 1899), Trypanosoma equiperdum , non transmissible par vecteurs. Elle se caractérise par une évolution chronique en trois phases, semblables à celles de la syphilis humaine, d'a […] Lire la suite

ENCÉPHALOPATHIES SPONGIFORMES

  • Écrit par 
  • Dominique DORMONT
  •  • 6 588 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La tremblante du mouton et la chèvre »  : […] Les premières descriptions de la tremblante du mouton et de la chèvre remontent au début du xviii e  siècle. C'est une maladie d'allure endémique qui touche des animaux âgés de deux à cinq ans. La tremblante débute insidieusement par des troubles comportementaux (léthargie ou excitation) qui vont se compliquer par une incoordination motrice avec ataxie, tremblements et prurit. Selon les races de m […] Lire la suite

ÉPIZOOTIES

  • Écrit par 
  • Bernard TOMA
  •  • 4 168 mots
  •  • 6 médias

Une épizootie est une maladie affectant brutalement un grand nombre d'animaux, dans une région donnée. Elle correspond pour l'animal à ce qu'est une épidémie pour l'homme. Cette définition appelle un certain nombre de commentaires, à la fois pour préciser la terminologie analogue en pathologie humaine et pour situer les limites de la notion d'épizootie par rapport à d'autres formes épidémiologique […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Joseph FROGET, « VÉTÉRINAIRE MÉDECINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-veterinaire/