MĀYĀ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Notion particulière et difficile à cerner avec précision, dont fait grand usage la littérature philosophique de l'Inde traditionnelle et notamment celle qui relève du Vedānta. Le mot māyā est ancien puisqu'il apparaît déjà dans les hymnes du Rig-Veda, partie la plus archaïque du Veda lui-même (tout au début du ~ IIe millénaire). Il s'applique alors à des « puissances » magiques qui assistent certains dieux, à commencer par Varuna, dans leur tâche de gardiens de l'Ordre cosmique (ṛta). À cette époque déjà, le terme, lorsqu'il est employé au singulier, tend à désigner une sorte de déesse qui est la compagne de Varuna — sa shakti (śakti) — et qui représente son « pouvoir » de frapper de stupeur les ennemis du Dharma (autre nom du ṛta) afin de permettre aux « soldats du Bien » de les anéantir. À partir de là, māyā en vient à prendre le sens d'« illusion cosmique », qui apparaît dans les Upanishads, mais surtout avec la nuance d'image, d'allégorie ou de référence à une mythologie supposée connue de tous.

C'est le bouddhisme, sans doute, qui a le premier utilisé systématiquement le mot māyā pour indiquer que la prétendue réalité des phénomènes est une pure illusion, puisque les choses sont « vides d'être », étant dépourvues de tout substrat métaphysique (c'est la doctrine de la vacuité). Le brahmanisme, au contraire, tient que l'existence est vraie, puisqu'elle est une « manifestation » de l'Essence : derrière le voile phénoménal, l'homme peut connaître (grâce à l'ātman qui habite en lui et lui donne sa réalité) le Principe suprême et infini (l'Absolu, le brahman). Ainsi s'explique qu'entre les théologiens se soient élevées des discussions compliquées : le monde de l'existence peut être tenu pour illusoire dans la mesure où seul l'ātman-brahman « est » ; il y a donc une dialectique du brahma [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  MAYA  » est également traité dans :

CRÉATION - La création dans les synthèses philosophico-religieuses

  • Écrit par 
  • Stanislas BRETON
  •  • 4 051 mots

Dans le chapitre « Néant et Création ex nihilo »  : […] homme. La question du « néant » est plus délicate à saisir en certains textes de spéculation indienne (de Çankara en particulier). Le néant intervient sous la forme de Mâyâ qu'on ne saurait assimiler ni à un « espace » ni à une « matière », mais qui ne rejoint pas davantage le ex nihilo de la tradition judéo-chrétienne. Ni être ni non-être, ni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/creation-la-creation-dans-les-syntheses-philosophico-religieuses/#i_8767

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 153 mots
  •  • 63 médias

Dans le chapitre « Quelques traits propres à l'esthétique indienne »  : […] ayant pour piédestal un lotus, douchée par deux éléphants. Ce personnage n'est autre que Śrī ou Lakṣmī, la déesse de la prospérité, pour les hindous et les jaïnas, et Māyā, mère du Bienheureux, pour les bouddhistes. Point n'est besoin de souligner le caractère auspicieux conféré alors à la représentation réaliste des attributs de la féminité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_8767

PURUṢA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 308 mots

Parmi les présupposés qui règlent le cours de la réflexion philosophique indienne se trouve l'affirmation qu'à l'existence phénoménale, seule accessible à nos sens, s'oppose une essence à la fois transcendante et immanente. Ainsi dans les upaniṣad et chez les philosophes du Vedānta lit-on que le brahman (l'« absolu »), unique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/purusa/#i_8767

SAINTETÉ

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Yves CONGAR, 
  • Louis GARDET, 
  • Françoise MALLISON
  • , Universalis
  •  • 7 175 mots

Dans le chapitre « Idéal de sainteté et devoir social »  : […] chasteté, en vue de conquérir une réalité supérieure cachée derrière notre monde visible, illusoire, mirage de la māyā. Ermites forestiers ou moines errants, ils ne sont préoccupés que de leur salut individuel : obtenir, par la résorption dans le Brahman, ce bien suprême qu'est la délivrance du cycle des renaissances (saṃsāra) qui oblige […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saintete/#i_8767

SĀKTI

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 214 mots

Dans le chapitre « L'Énergie »  : […] qu'à eux – selon laquelle deux réalités existant indépendamment de Śiva, le Bindu et la Māyā, font l'upādāna, c'est-à-dire assument la manifestation des mondes, respectivement pur pour le Bindu, et impur pour la Māyā ou « illusion ». Mus par la Śākti de Śiva ou confondus avec elle dans de multiples variantes de théories, ils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sakti/#i_8767

SANKARA ou ÇAṆKARA (début VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 2 041 mots

Dans le chapitre « L'Absolu et le monde »  : […] cela ne va pas plus loin. L'univers, et tout ce qu'il contient, provient d'un jeu divin (līlā), d'une magie (māyā) qui égare l'esprit humain non averti. Cette conception n'est pas nouvelle, mais à date ancienne, māyā conservait son sens fort de magie réelle, œuvre gratuite de la divinité ; ce sont les bouddhistes et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sankara-cankara/#i_8767

SIVA ou SHIVA ET SHIVAÏSME

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 175 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les trois catégories, le pur et l'impur »  : […] précédé d'un acte, puisque l'acte qui est achevé en engendre automatiquement un autre. La māyā est la matière première du monde, dans le domaine impur exclusivement. Elle est considérée comme éternelle et absolument réelle, dans le śaivasiddhānta, à la différence des autres écoles qui, n'acceptant qu'une seule réalité, la considèrent comme une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siva-shiva-et-shivaisme/#i_8767

TANTRISME

  • Écrit par 
  • André PADOUX
  •  • 9 466 mots

Dans le chapitre « Les doctrines »  : […] sectes, l'univers sera jugé plus ou moins réel ou irréel, encore que le plus souvent la māyā y soit considérée moins comme l'origine de toute erreur, la « grande illusion », que comme la source de l'infinie diversité cosmique née de la surabondance divine. Cette créativité divine multiforme se manifeste en de vastes cosmogonies […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tantrisme/#i_8767

VARUṆA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 461 mots

L'une des divinités les plus importantes du panthéon védique. Parmi elles, Varuṇa occupe même une place prépondérante : avec son coadjuteur Mitra, il a la charge de veiller au bon ordre des choses dans l'univers ; on dit qu'il est le « gardien du rita » (norme cosmique). À ce titre, il observe les actions des hommes, aidé en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/varuna/#i_8767

VEDĀNTA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 2 721 mots

Dans le chapitre « Un darśana métaphysique »  : […] Métaphysiquement donc, l'univers (et l'homme individuel) n'a qu'une existence phénoménale, précaire, illusoire ; il n'est que māyā (« magie »). Mais ces termes prêtent à discussion, car, si l'existence du monde est fondée sur l'essence, le brahman, on ne peut lui dénier la réalité. C'est là sans doute ce qui sépare le Vedānta du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vedanta/#i_8767

ZEN

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 18 848 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une « pensée » translogique ? »  : […] a rien à attendre : ce qui arrive arrive. S'efforcer de maîtriser ce qui arrive et de maîtriser les pensées, c'est toujours tisser le filet de māyā (l'illusion), car il n'y a de lois, de règles et de fins ni dans la nature ni dans les pensées. Tout est là et il n'y a rien à prendre (saṁsāra-nirvāṇa) ; et wu nian, porte de l'éveil, « absence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zen/#i_8767

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « MĀYĀ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maya/