MĀYĀ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Notion particulière et difficile à cerner avec précision, dont fait grand usage la littérature philosophique de l'Inde traditionnelle et notamment celle qui relève du Vedānta. Le mot māyā est ancien puisqu'il apparaît déjà dans les hymnes du Rig-Veda, partie la plus archaïque du Veda lui-même (tout au début du ~ IIe millénaire). Il s'applique alors à des « puissances » magiques qui assistent certains dieux, à commencer par Varuna, dans leur tâche de gardiens de l'Ordre cosmique (ṛta). À cette époque déjà, le terme, lorsqu'il est employé au singulier, tend à désigner une sorte de déesse qui est la compagne de Varuna — sa shakti (śakti) — et qui représente son « pouvoir » de frapper de stupeur les ennemis du Dharma (autre nom du ṛta) afin de permettre aux « soldats du Bien » de les anéantir. À partir de là, māyā en vient à prendre le sens d'« illusion cosmique », qui apparaît dans les Upanishads, mais surtout avec la nuance d'image, d'allégorie ou de référence à une mythologie supposée connue de tous.

C'est le bouddhisme, sans doute, qui a le premier utilisé systématiquement le mot māyā pour indiquer que la prétendue réalité des phénomènes est une pure illusion, puisque les choses sont « vides d'être », étant dépourvues de tout substrat métaphysique (c'est la doctrine de la vacuité). Le brahmanisme, au contraire, tient que l'existence est vraie, puisqu'elle est une « manifestation » de l'Essence : derrière le voile phénoménal, l'homme peut connaître (grâce à l'ātman qui habite en lui et lui donne sa réalité) le Principe suprême et infini (l'Absolu, le brahman). Ainsi s'explique qu'entre les théologiens se soient élevées des discussions compliquées : le monde de l'existence peut être tenu pour illusoire dans la mesure où seul l'ātman-brahman « est » ; il y a donc une dialectique du brahman et de la māyā. Choisir l'un, c'est rejeter l'autre. Aussi les tenants du Vedānta le plus exigeant (celui de Shankara, par ex [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  MAYA  » est également traité dans :

CRÉATION - La création dans les synthèses philosophico-religieuses

  • Écrit par 
  • Stanislas BRETON
  •  • 4 051 mots

Dans le chapitre « Néant et Création ex nihilo »  : […] L'idée de néant se prête à des critiques relativement faciles qui dénoncent, en son emploi, un néant de pensée ou d'idée, un pseudo-problème : Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? dont l'illusion s'imposerait en vertu d'une habitude psychologique, qui nous condamne à aller du vide au plein et à méconnaître la nouveauté radicale. Si nou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/creation-la-creation-dans-les-syntheses-philosophico-religieuses/#i_8767

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 131 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Quelques traits propres à l'esthétique indienne »  : […] Sous des dehors naturalistes, l'art indien est foncièrement intellectuel. La création artistique commence par la projection à l'extérieur de soi de ce que l'on connaît des êtres et des choses. Par la concentration spirituelle, l' artiste s'égale au mystique et s'identifie au divin, ce qui lui permet de « penser » un type idéal, aux proportions et a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_8767

PURUṢA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 308 mots

Parmi les présupposés qui règlent le cours de la réflexion philosophique indienne se trouve l'affirmation qu'à l'existence phénoménale, seule accessible à nos sens, s'oppose une essence à la fois transcendante et immanente. Ainsi dans les upaniṣad et chez les philosophes du Vedānta lit-on que le brahman (l'« absolu »), unique, immuable, transcende […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/purusa/#i_8767

SAINTETÉ

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Yves CONGAR, 
  • Louis GARDET, 
  • Françoise MALLISON
  • , Universalis
  •  • 7 167 mots

Dans le chapitre « Idéal de sainteté et devoir social »  : […] Il semble qu'il y ait eu de tout temps en Inde des « renonçants » ( saṃnyāsin ), hommes (et même parfois femmes) se retirant loin de tout environnement humain, adonnés à la méditation, à l'ascèse yogique, pratiquant une rigoureuse chasteté, en vue de conquérir une réalité supérieure cachée derrière notre monde visible, illusoire, mirage de la māyā […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saintete/#i_8767

ŚĀKTI

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 212 mots

Dans le chapitre « L'Énergie »  : […] La śākti est décrite dans les textes shivaïtes comme l'énergie de l'Être suprême, Śiva, dont l'essence se confond avec l'existence pure, universelle, infinie et de nature spirituelle, distincte des existences particulières, à formes spécifiques et par là limitées. Cette entité fondamentale indifférenciée et impassible a pour contrepartie l'ensemb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sakti/#i_8767

ŚAṄKARA ou ÇAṆKARA (début VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 2 041 mots

Dans le chapitre « L'Absolu et le monde »  : […] Son attitude métaphysique est le « non-dualisme », traduction plus exacte du terme sanskrit advaita que « monisme », ce dernier terme ayant l'inconvénient d'évoquer des notions trop occidentales qui s'accordent donc mal avec l'atmosphère où se meut la pensée indienne. Il n'admet qu'un seul Principe, le Brahman absolu des Upaniṣad, défini par lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sankara-cankara/#i_8767

ŚIVA ou SHIVA ET SHIVAÏSME

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 174 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les trois catégories, le pur et l'impur »  : […] Le śaivasiddhānta classe les choses en trois catégories : pati , « maître », paśu , « bétail » (c'est-à-dire les âmes individuelles gouvernées par le maître), pāśa , « lien », qui attache les âmes individuelles aux objets du monde. Il les répartit aussi entre deux domaines : le pur et l'impur. La catégorie pati comprend : Śiva ; un ensemble d'êtres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siva-shiva-et-shivaisme/#i_8767

TANTRISME

  • Écrit par 
  • André PADOUX
  •  • 9 466 mots

Dans le chapitre « Les doctrines »  : […] Formant le noyau secret (ou la superstructure ésotérique) de l'hindouisme et informant une grande part du rituel généralement pratiqué, le tantrisme n'a pas un corps de doctrines qui lui soit entièrement propre. Ses textes sont peu philosophiques, même quand ils comportent une « section de la doctrine » comme c'est (très théoriquement) le cas pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tantrisme/#i_8767

VARUṆA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 461 mots

L'une des divinités les plus importantes du panthéon védique. Parmi elles, Varuṇa occupe même une place prépondérante : avec son coadjuteur Mitra, il a la charge de veiller au bon ordre des choses dans l'univers ; on dit qu'il est le « gardien du rita » (norme cosmique). À ce titre, il observe les actions des hommes, aidé en cela par des « espions  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/varuna/#i_8767

VEDĀNTA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 2 721 mots

Dans le chapitre « Un darśana métaphysique »  : […] Le mot « vedānta » apparaît pour la première fois dans les Upaniṣad (vers le v e  s. av. J.-C.), où il désigne déjà la métaphysique dont l'étude prolonge et « achève » celle du Veda. L'acquisition du savoir théologique par le novice ( brahmacārin ) se faisait, en effet, selon un ordre rigoureux : d'abord la mémorisation des hymnes védiques et de le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vedanta/#i_8767

ZEN

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 18 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une « pensée » translogique ? »  : […] Rapporter du chan qu'il met le discours en suspens, qu'il se prive de la négation, c'est, par artifice, attribuer au chan une attitude. C'est le trahir. Nous ne nous y sommes hasardé que contraint par l'infrangible tautologie à laquelle la logique condamne le langage. Sans le leurrer sur les vertus d'une glose non moins reprochable désormais – et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zen/#i_8767

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « MĀYĀ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maya/