HORKHEIMER MAX (1895-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rien ne laissait prévoir la carrière intellectuelle de Max Horkheimer : cofondateur (1924), puis directeur de l'Institut de recherche sociale à Francfort (1930), il fut le principal penseur de la « théorie critique » des années 1930 pour devenir finalement l'inspirateur du mouvement étudiant des années 1960. On peut, en effet, se demander comment ce fils d'un fabricant de textile, successeur tout désigné de son père, fut amené à déclarer : « La critique bourgeoise de la lutte prolétarienne est une impossibilité logique », ou encore : « Celui qui ne veut pas parler du capitalisme doit se taire à propos du fascisme. »

Alors qu'il était révolté par l'injustice sociale, c'est la lecture de Schopenhauer qui a changé la vie de Horkheimer. Passionné de philosophie, il fait des études supérieures et commence en 1926 une carrière d'enseignant, tout en se rapprochant du marxisme et du mouvement ouvrier. Nommé professeur de philosophie sociale à l'université de Francfort (1930), il devient patron, mais, cette fois, de l'Institut de recherche, puis de la Zeitschrift für Sozialforschung qu'il crée en 1932. Il organise et réalise alors la recherche interdisciplinaire entre philosophes, sociologues, esthéticiens, économistes et psychologues. En même temps, il développe les fondements de la théorie critique dans une importante série d'essais : Kritische Theorie. Eine Dokumentation, rééd. dep. 1968 (Théorie traditionnelle et théorie critique). Renouvelant la dimension critique du matérialisme, Horkheimer ne veut pas pour autant abandonner l'héritage de la philosophie idéaliste dans sa critique de la métaphysique, du positivisme et de toute forme de dogmatisme.

Révolutionnaires résistant au fascisme, Horkheimer et ses collaborateurs sont contraints, dès 1933, à partir pour l'exil. L'Institut reprend ses travaux aux États-Unis, où, directeur des Studien über Autorität und Familie (1936), Horkheimer organise de vastes recherches sur le potentiel antidémoc [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur de l'Université de Paris, chercheur, écrivain

Classification


Autres références

«  HORKHEIMER MAX (1895-1973)  » est également traité dans :

LA DIALECTIQUE DE LA RAISON, T. W. Adorno et M. Horkheimer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 910 mots
  •  • 1 média

Écrite aux États-Unis, alors que T. W. Adorno (1903-1969) et Max Horkheimer (1895-1973) ont fui le nazisme, achevée en 1944 et publiée en 1947, à Amsterdam, La Dialectique de la raison. Fragments philosophiques constitue une œuvre charnière, qui ne ren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-dialectique-de-la-raison/#i_80060

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La personnalité autoritaire »  : […] Dans la construction du paradigme de la critique de la domination qui comprend Hegel, Marx, Nietzsche, Adorno a pour particularité, à la différence de Max Horkheimer, de ne pas faire intervenir Machiavel. En effet, si l'on considère le couple domination-émancipation, Horkheimer, sous l'emprise d'une lecture réductrice de l'auteur du Prince , se voit contraint de penser la politique du côté de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodor-wiesengrund-adorno/#i_80060

FRANCFORT ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Gerhard HÖHN
  •  • 2 786 mots
  •  • 1 média

Vers la fin des années soixante, le courant de pensée connu désormais sous le nom d'école de Francfort développa une critique radicale des aspects politiques, sociaux et culturels de la société bourgeoise. Cette dénonciation des nouvelles formes de pouvoir et des séquelles du passé fasciste devait exercer une influence politique décisive sur les idéologies révolutionnaires de l'Allemagne fédérale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-francfort/#i_80060

HABERMAS JÜRGEN (1929- )

  • Écrit par 
  • Gérard RAULET
  •  • 1 793 mots

Représentant de la deuxième génération de la « Théorie critique », baptisée « École de Francfort » après le retour d'exil de ses fondateurs, Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, Habermas est sans nul doute le penseur allemand contemporain le plus en vue. Ses prises de position sont largement relayées par les médias, en Allemagne et au-delà. Il est peu de domaines, jusqu'à la bio-éthique, sur lesq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jurgen-habermas/#i_80060

HONNETH AXEL (1949- )

  • Écrit par 
  • Gérard RAULET
  •  • 1 858 mots

Axel Honneth est né le 18 juillet 1949 à Essen. Professeur à Francfort-sur-le-Main et à l’université Columbia de New York, il représente la troisième génération de la Théorie critique, baptisée « école de Francfort », après le retour d’exil de ses fondateurs, Max Horkheimer et Theodor W. Adorno. Il dirige également l’Institut de recherches sociales de Francfort, héritier de l’institut dirigé dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/axel-honneth/#i_80060

LOISIRS

  • Écrit par 
  • Philippe COULANGEON
  •  • 4 819 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Réalisation de soi ou ... aliénation ? »  : […] La marche vers la société des loisirs fait aussi l'objet d'appréciations critiques, qui, bien que puisant dans des inspirations théoriques opposées, communient dans un même rejet de la prophétie du loisir-roi. Le pessimisme qui traverse l'essai de David Riesman (1950) ou celui de Daniel Bell (1976), notamment, s'appuie sur l'idée d'une déstructuration des cadres normatifs de la vie sociale qu'indu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loisirs/#i_80060

MARCUSE HERBERT (1898-1979)

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 2 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers la « pensée négative » »  : […] Une lente maturation a préparé les œuvres qui ont caractérisé son action philosophique et politique. Il a déjà cinquante-huit ans quand il publie Éros et civilisation , son premier livre « marcusien » ; soixante-six ans, quand paraît L'Homme unidimensionnel , manifeste de sa « théorie critique ». Dans les années qui suivent la guerre de 1914-1918 et la révolution bolchevique de 1917, inscrit au pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herbert-marcuse/#i_80060

PROPAGANDE

  • Écrit par 
  • Xavier LANDRIN
  •  • 7 628 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'hybridation du répertoire démocratique »  : […] Doit-on pour autant conclure qu'il n'existe pas de continuités logiques ou historiques entre les différents répertoires propagandistes ? Qu'il soit le fait de régimes autoritaires, totalitaires ou démocratiques, le travail de propagande révèle au contraire la présence d'invariants ou de régularités, comme le rappellent de nombreuses études. Plusieurs types de phénomènes sont ainsi relevés : la pré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/propagande/#i_80060

Pour citer l’article

Gerhard HÖHN, « HORKHEIMER MAX - (1895-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-horkheimer/