BILL MAX (1908-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un artiste protéiforme

Sa sculpture, qui est obtenue à partir de concepts purement spatiaux, est le produit d'une exécution mécanique techniquement parfaite grâce aux matériaux choisis, le bronze doré et le granite qui sont polis, comme le montre Construction à partir d'un tore (1942-1944). Il reçoit d'importantes commandes qu'il conçoit à grande échelle ; ainsi la construction qu'il installe sur l'une des artères principales de Zurich à la demande d'une compagnie d'assurances, la sculpture qu'il érige pour le siège d'un fabricant d'automobiles à Stuttgart ou l'œuvre qu'il exécute devant l'immeuble d'une banque allemande à Francfort-sur-le-Main. Ces réalisations témoignent d'un véritable accomplissement de sa carrière.

Ses tableaux restent peints à la main : Max Bill les exécute au couteau à peindre et au cache, pour obtenir des surfaces lisses et homogènes et pour éliminer toute trace de facture personnelle. Ses compositions restent rigoureusement dans le plan, les formes et les couleurs se trouvant en nombre limité : des carrés et des rectangles, des arcs de cercle, des couleurs primaires et complémentaires, posées en aplats (Rythme horizontal-vertical-diagonal, 1942). Dans les années 1960, il poursuivra son œuvre d'artiste en faisant appel dans sa peinture à des formats souvent monumentaux et en recourant à des compositions souvent baroques, c'est-à-dire de moins en moins fondées sur les angles droits (Rotation de quatre quantités égales de couleurs autour de centres blancs, 1969). À la fin des années 1930, Max Bill va étendre son activité. Il participe à l'exposition Konstruktivisten en 1939 à la Kunsthalle de Bâle, puis y organise en 1944 l'exposition Konkrete Kunst. En 1950, sa première exposition rétrospective à l'étranger, au Museu de arte de São Paulo, aura un énorme retentissement dans le continent latino-américain. Il poursuit son activité éditoriale et publie des livres sur Robert Maillard et sur Wassily Kandinsky. Il donne surtout une impulsion toute particulière à son activité d'architecte, de typograph [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BILL MAX (1908-1994)  » est également traité dans :

AICHER OTL (1922-1991)

  • Écrit par 
  • Axelle FARIAT
  •  • 646 mots

Otl Aicher est une figure emblématique du design allemand qui naît au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, notamment dans le cadre de l’école d’Ulm. Né en 1922 à Ulm, Otto Aicher dit Otl, rejette la doctrine nazie. Il se lie avec la famille Scholl (Hans et Sophie Scholl vont fonder le groupe de résistance la Rose blanche). En 1941, il est envoyé sur le front russe puis en France où il déserte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otl-aicher/#i_30985

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 640 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le néo-productivisme »  : […] Le néo-productivisme, qu'il ne faut confondre ni avec le fonctionnalisme « blanc » du style international, ni avec le productivisme du mouvement constructiviste russe, est né, après la Seconde Guerre mondiale, essentiellement de l'œuvre de trois hommes : Ludwig Mies van der Rohe avec son culte ascétique du beinahe nichts , c'est-à-dire du « presque rien », R. Buckminster Ful […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-contemporaine-une-architecture-plurielle/#i_30985

CONCRET ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 2 729 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Max Bill et le foyer suisse »  : […] La mort soudaine de Van Doesburg, en 1931 à Davos, interrompt brutalement l'évolution dans laquelle il s'était engagé. Tandis que ses anciens compagnons de route s'éloignent des principes de l'art concret, l'artiste allemand Josef Albers (1888-1976), professeur au Bauhaus, réalise entre 1932 et 1935 une série de quatre-vingts gouaches à partir du motif de la clef de sol dont il remplit les boucl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-concret/#i_30985

GRAPHISME

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 7 442 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La guerre et le style suisse »  : […] Durant la Seconde Guerre mondiale, l'occupation d'une grande partie de l'Europe par les armées allemandes est accompagnée d'une intense propagande pour convaincre les populations des bienfaits du nazisme. Les mouvements de résistance vont élaborer une contre-information par voie de journaux, papillons et tracts, et engager une « guérilla des signes » : destruction et détournement des messages enn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/graphisme/#i_30985

ULM ÉCOLE D'(1953-1968)

  • Écrit par 
  • Axelle FARIAT
  •  • 928 mots

Après la Seconde Guerre mondiale, la ville d’Ulm fait partie de la zone d’occupation américaine en Allemagne. Dès le début 1945, un cercle d’intellectuels cherche un moyen de redonner espoir à une société dans un état de grand désarroi après douze années de national-socialisme. Afin de participer à la reconstruction du pays, Inge Scholl, Otl Aicher et l’écrivain Hans Werner Richter décident de fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-d-ulm/#i_30985

Voir aussi

Pour citer l’article

Serge LEMOINE, « BILL MAX - (1908-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-bill/