Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LEWITT SOL (1928-2007)

« Clarté, beauté, enjouement. Simplicité, logique, ouverture » sont les quelques mots venus à l'esprit du commissaire d'exposition Gary Garrels pour définir le travail de Sol LeWitt. Né en 1928 à Hartford dans le Connecticut, Solomon LeWitt est le fils de deux émigrés russes qui se sont installés aux États-Unis à la fin du xixe siècle. Après avoir obtenu son diplôme en arts plastiques à l'université de Syracuse (1949), il devient assistant à l'université de l'Illinois, puis effectue un premier voyage en Europe avant d'être enrôlé et de participer à la guerre de Corée. En 1953, il s'installe à New York, reprend ses études à la Cartoonists and Illustrators School et accumule les petits travaux de graphiste et d'illustrateur. Sa fréquentation du milieu de l'architecture − il fut un temps l'assistant de Ieoh Ming Pei − et sa découverte de l'œuvre « sérielle » du photographe Eadweard Muybridge joueront à terme un rôle important dans l'échafaudage de son esthétique, l'artiste étant particulièrement sensible au fait que le partage des tâches chez les architectes puisse déboucher sur une séparation entre l'élaboration de l'idée et sa concrétisation.

La trajectoire de Sol LeWitt n'en demeure pas moins lente et graduelle. En effet, il poursuit, parallèlement à ses travaux alimentaires, une carrière de peintre d'obédience expressionniste abstrait tout en copiant régulièrement des toiles de maîtres anciens. En 1960, il obtient un travail au musée d'art moderne de New York (MoMa), d'abord en tant que libraire, puis en tant que réceptionniste de nuit. Ces activités lui permettent surtout de rencontrer d'autres confrères également embauchés au musée : Dan Flavin, Robert Mangold, Robert Ryman, Scott Burton et la critique Lucy Lippard. Or ces confrères sont réfractaires à un expressionnisme abstrait qu'ils jugent exsangue et se montrent réceptifs aux nouvelles possibilités offertes, notamment en termes de réduction et de déduction, par les œuvres d'artistes aussi différents que Jasper Johns, Ellsworth Kelly ou Frank Stella qui sont montrées au MoMa dans le cadre de l'exposition Sixteen Americans (1959-1960). Convaincu, à la suite d'interminables discussions et réflexions sur le devenir de la peinture, que l'objet tableau est arrivé à un point de non-retour, LeWitt commence progressivement à ouvrir celui-ci à une troisième dimension. En s'attachant à des formules géométriques simples et permutables, il conçoit ses premières structures et pièces murales en 1962 (Wall Structures et Wall Pieces). En 1963, il réalise des structures prenant appui sur le sol (Floor Pieces), puis en 1964, des structures modulaires « ouvertes ». La même année, il démissionne du MoMa pour se concentrer sur une œuvre qu'il cherche à épurer et à radicaliser et abandonne dans cette perspective le noir, privilégié jusqu'alors au profit d'un blanc émaillé et poli débarrassé de toute facture personnelle.

À partir de 1965, Sol LeWitt met en place de nouveaux systèmes rationnels et commence à incorporer plus ostensiblement des options sérielles. Quand bien même on serait tenté d'inscrire ces œuvres dans la continuité d'un art abstrait géométrique, LeWitt semble finalement peu se soucier du résultat visible et formel. L'artiste est en effet essentiellement attaché aux différentes formules ou systèmes qui préfigurent les objets réalisés, démontrant que l'« idée » lui importe plus que sa concrétisation. Aussi n'est-il pas étonnant que le nom de LeWitt soit assimilé au phénomène de l'art conceptuel, dont il aura été – il est l'auteur des Paragraphs on Conceptual Art (1967) et des Sentences on Conceptual Art (1969) – l'un des instigateurs et principaux protagonistes.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université de Valenciennes, critique d'art, commissaire d'expositions

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DÉMATÉRIALISATION DE L'ŒUVRE D'ART

    • Écrit par Florence de MÈREDIEU
    • 1 630 mots
    ...une chaise en bois, sa photographie en noir et blanc et la définition du mot, prise à un dictionnaire et reproduite sur un cartel fixé au mur. Quant à Sol LeWitt (1928-2007), il focalise son attention sur le travail intellectuel qui préside à la conception de l'œuvre ; aussi la réalisation de celle-ci...
  • DESSIN CONTEMPORAIN

    • Écrit par Philippe PIGUET
    • 2 084 mots
    • 1 média
    ...dont les figures géométriques visent au dialogue avec l'espace qui les accueille et dont les procédures de réalisation diffèrent d'un artiste à l'autre. Sol LeWitt qui en a conçu de toutes sortes, parfois très complexes, en délègue l'exécution à des assistants en charge de l'application d'un programme préétabli...
  • ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

    • Écrit par François BRUNET, Éric de CHASSEY, Universalis, Erik VERHAGEN
    • 13 464 mots
    • 22 médias
    L'art conceptuel a pour ambition principale de « définir » l'art, selon Joseph Kosuth. Pour reprendre la formule deSol LeWitt, « c'est l'idée ou le concept qui compte le plus » dans l'élaboration de l'œuvre, les hypothétiques réalisations au sens visuel, tangible et matériel du terme étant secondaires,...
  • MINIMAL ET CONCEPTUEL ART

    • Écrit par Jacinto LAGEIRA, Catherine MILLET, Erik VERHAGEN
    • 6 325 mots
    ...minimal » fut adopté, et c'est toujours celui que l'on utilise aujourd'hui à propos du groupe de base constitué de Carl Andre, Donald Judd, Dan Flavin, Sol LeWitt, Robert Morris, ainsi que pour les œuvres de Ronald Bladen, John McCracken, Robert Mangold, Robert Ryman, Fred Sandback, Tony Smith. Les pistes...

Voir aussi