Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GRÜNEWALD MATTHIAS (1475 env.-1528)

Le retable d'Issenheim

<it>Noli Me Tangere</it>, M. Schongauer et son atelier - crédits :  Bridgeman Images

Noli Me Tangere, M. Schongauer et son atelier

Le sommet de l'œuvre de Grünewald est représenté par le célèbre retable d'Issenheim (musée Unterlinden, Colmar). Ce grand retable avait été commandé par le « précepteur » du couvent des Antonins d'Issenheim, le Sicilien Guido Guersi, pour remplacer dans l'église du couvent, récemment agrandie, un retable plus ancien de Martin Schongauer. La date exacte d'exécution n'est pas établie, mais il semble qu'elle se place entre 1512 et 1516. Le polyptyque est une illustration des activités des Antonins qui se consacraient aux soins des malades, et particulièrement des pestiférés. Le retable comporte de chaque côté deux panneaux mobiles superposés qui se referment sur un reliquaire de bois sculpté. À l'origine, il était surmonté de sculptures. Les quatre volets sont peints sur les deux faces.

La Crucifixion, Grünewald - crédits : O. Zimmermann, Musée d'Unterlinden, Colmar

La Crucifixion, Grünewald

Sur la prédelle, on voit La Lamentation, et sur les panneaux fermés, La Crucifixion et Saint Antoine et Saint Sébastien, les saints patrons du couvent dont ils soutiennent la lourde tâche : soigner et guérir les pestiférés. La Lamentation représente les fidèles et les malades délivrés de leurs souffrances par le Christ. La Crucifixionest concentrée sur le corps du Christ, légèrement déporté vers la droite du tableau ; saint Jean-Baptiste montre d'un geste devenu célèbre le corps brisé, livide, qui pend à la croix, couvert de blessures purulentes. Marie, soutenue par saint Jean l'Évangéliste, et Marie-Madeleine se tournent vers lui en l'implorant.

<it>La Résurrection</it>, M. Grünewald - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

La Résurrection, M. Grünewald

Le retable ouvert, d'un coloris splendide, révèle sur les volets L'Annonciation et La Résurrection. Le large panneau central représente la Nativité, dans le décor d'une architecture fantastique où jouent des anges musiciens ; au centre et sous l'édicule, Marie, jeune, est représentée, semble-t-il, d'après une vision de sainte Brigitte de Suède.

Déplié une seconde fois, le retable laisse apparaître la partie centrale sculptée, attribuée à Nicolas Hagenau, avec Saint Antoine, patron du couvent. Les volets de Grünewald montrent Saint Antoine et saint Paul ermite au désert et la scène de La Tentation de saint Antoine peuplée de figures démoniaques qui rappellent Jérôme Bosch.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

<it>Femme aux mains jointes</it>, M. Grünewald - crédits :  Bridgeman Images

Femme aux mains jointes, M. Grünewald

<it>Noli Me Tangere</it>, M. Schongauer et son atelier - crédits :  Bridgeman Images

Noli Me Tangere, M. Schongauer et son atelier

La Crucifixion, Grünewald - crédits : O. Zimmermann, Musée d'Unterlinden, Colmar

La Crucifixion, Grünewald

Autres références

  • MATTHIAS GRÜNEWALD (expositions)

    • Écrit par Christian HECK
    • 1 110 mots

    Dans la floraison de génies qui marque, en ce premier tiers du xvie siècle, la peinture de la Renaissance dans le monde germanique, Matthias Grünewald (1475 env.-1528) occupe une place à part. Bien que faisant partie des tout grands, aux côtés de Dürer, Baldung Grien, Holbein, Cranach, Altdorfer,...

  • JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

    • Écrit par Joseph DORÉ, Pierre GEOLTRAIN, Jean-Claude MARCADÉ
    • 21 165 mots
    • 26 médias
    ...les coups de ses bourreaux. Il en ainsi du Couronnement d'épines du Maître de la Passion de Karlsruhe ou de la Crucifixion de Hans Schäufelein. La scène de la crucifixion est rendue avec une violence extrême dans le Retable d'Issenheim de Matthias Grünewald (vers 1510). Les mains et les...
  • TITUS-CARMEL GÉRARD (1942- )

    • Écrit par Dominique VIART
    • 981 mots

    Très tôt remarqué comme dessinateur, notamment par Aragon, Alain Robbe-Grillet, Jacques Derrida ou Pascal Quignard, Gérard Titus-Carmel (né en 1942 à Paris) a engagé depuis 1970 une œuvre picturale en de longues « séries » attachées à travailler successivement les mêmes motifs. Dans la lignée d'un...

Voir aussi