BOIARDO MATTEO MARIA (1441-1494)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Amours »

De son amour, déçu et peut-être bafoué, des années 1469-1471 pour l'inconstante Antonia Caprara, naîtra entre 1471 et 1477 le recueil de ses Amours : cent quatre-vingts poésies à raison de soixante par livre, chaque livre comptant cinquante sonnets et dix pièces d'autre forme. Ces vers, où la contemplation de la femme aimée s'alourdit souvent de regret et de chagrin sans trouver l'accent d'une expérience intime qui soit impossible à confondre avec celle de tant d'autres pétrarquistes, abondent en notations descriptives, en paysages stylisés qui mordent sur l'expression psychologique jusqu'à en effacer les contours. Çà et là se manifestent des impulsions narratives qui ont engagé certains critiques à entrevoir, dans l'auteur de ces Amours, le créateur prochain du Roland amoureux.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  BOIARDO MATTEO MARIA (1441-1494)  » est également traité dans :

ANGÉLIQUE

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 319 mots

Héroïne de Boiardo, puis du Roland furieux de l'Arioste. Angélique était princesse du royaume de Cathay, aux Indes, quand Roland l'amène en France dans l'espoir de se faire aimer d'elle. Au camp de Charlemagne, Renaud de Montauban s'éprend aussitôt d'elle, et la dispute à son cousin. Charlemagne, sur le point de livrer bataille aux Sarrasins, confie Angélique au vieux duc de Bavière et la promet […] Lire la suite

ARIOSTE L' (1474-1533)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  • , Universalis
  •  • 6 206 mots

Dans le chapitre « Un poème irrégulier »  : […] Le Roland furieux peut passer pour le chef-d'œuvre littéraire du discontinu. La liberté d'invention de l'Arioste refuse les préceptes ou les axiomes des « arts poétiques » ; les critiques aristotéliciens de la seconde moitié du xvi e  siècle s'irriteront de son succès, de la faveur d'un poème dont l'irrégularité est à leurs yeux plus qu'un défaut ; ils le jugent comme un pernicieux exemple et le s […] Lire la suite

ESTE LES

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 569 mots

Issue des marquis de Toscane au x e siècle, tirant son nom du marquisat d'Este (ville proche de Padoue), la maison d'Este entre vraiment dans l'histoire avec les deux mariages d'Azzo II (mort en 1097). De sa première union avec Cunégonde, héritière des Welf, sortira la branche allemande des Welf qui compteront des ducs de Bavière, des ducs de Brunswick et les Électeurs de Hanovre qui régneront pl […] Lire la suite

ROLAND FURIEUX, L'Arioste - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pascaline NICOU
  •  • 998 mots

Dans le chapitre « Humanisme et fantastique »  : […] Le Roland furieux reprend l'action du Roland amoureux (1494), roman inachevé de Boiardo, là où celui-ci l'avait interrompue. Il s'inspire donc d'un certain nombre d'inventions narratives et stylistiques de son prédécesseur, par exemple la pluralité des tons. Mais l'Arioste confère à ses personnages une plus grande densité psychologique et écrit son poème en toscan, sous l'influence de l'humanis […] Lire la suite

SACRIPANT

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 34 mots

Personnage de Boiardo et de l'Arioste, chez qui il est brave, mais altier et insolent. Son nom, devenu adjectif, s'applique à un vaurien, à un mauvais sujet généralement querelleur. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul RENUCCI, « BOIARDO MATTEO MARIA - (1441-1494) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/matteo-maria-boiardo/