Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DURAS MARGUERITE (1914-1996)

L’illimité de l’écriture

À partir des années 1960, et pendant près de vingt ans, le théâtre et le cinéma vont occuper une place majeure dans son travail de création. En 1960 est créée sa première pièce, Les Viaducs de la Seine-et-Oise. Duras multiplie dès lors les expériences théâtrales, écrit plusieurs adaptations pour la scène et participe au travail de plateau. Deux volumes sont publiés par Gallimard : Théâtre I en 1965 et Théâtre II en 1968. Sa rencontre avec Claude Régy, qui mettra notamment en scène L’Amante anglaise (1967), L’Éden Cinéma (1977) et Le Navire Night (1979), est décisive. Après une première expérience de réalisation avec La Musica en 1966, Duras s’engage également dans la voie du cinéma, qui prend le pas sur le théâtre au tournant des années 1970, et elle enchaîne les créations. Son théâtre et son cinéma se rejoignent par bien des aspects : déconstruction des conventions de représentation, désynchronisation des images et des voix dans La Femme du Gange(1974) et India Song (1973) ou dissociation des voix et des personnages dans L’Éden Cinéma, refus de plus en plus marqué de la mise en scène au profit de l’imaginaire, car c’est « à partir du manque [qu’] on donne à voir » (Savannah Bay, c’est toi, 1984). Les dispositifs scéniques font de l’image aussi bien que de la scène une « chambre d’écho » (India Song) qui amplifie le pouvoir évocatoire et incantatoire des mots, pouvant aller jusqu’à la proposition d’une image noire avec L’Homme atlantique (1981) ou d’un « théâtre lu, pas joué » (La Vie matérielle, 1987) au Théâtre du Rond-Point en 1985 avec les Lectures Duras. En réalité, au cinéma comme au théâtre, Duras ne quitte pas l’écrit. Il s’agit toujours de « ressentir l’écriture » (Savannah Bay, c’est toi) : « Tandis que le langage a lieu, qu’y a-t-il à jouer ? » (Le Dernier des métiers, 2016). Ainsi la scène et l’écran lui permettent-ils d’expérimenter de nouvelles voies d’écriture.

Même si l’œuvre littéraire se poursuit dans les années 1960, avec Dix heures et demie du soir en été (1960), L’Après-midi de monsieur Andesmas (1962) ou encore Le Ravissement de Lol V. Stein (1964) et Le Vice-Consul (1966), le chemin semble être malgré tout celui d’une exténuation progressive du romanesque et du narratif (Détruire dit-elle en 1969, AbahnSabana David en 1970), jusqu’à quitter les terres du récit pendant près de dix ans après L’Amour (1971).

Ainsi se précise au cours des années 1960 et 1970 la singularité d’une poétique ouverte à la porosité des formes, qui se fonde tout à la fois sur la force créative de la réécriture générique, une esthétique de la reprise et de la variation et le geste du « désécrire » (Le Monde extérieur, 1993). Cedont témoigne notamment le déploiement du cycle indien qui rassemble cinq textes (Le Ravissement de Lol V. Stein, Le Vice-Consul, L’Amour, La Femme du Gange, India Song) et trois films (La Femme du Gange, 1972 ; India Song, 1975 ; Son nom de Venise dans Calcutta désert, 1976). L’écriture s’éprouve à l’endroit de l’impossible, de l’absence et du manque, telle est la ligne qui s’affirme désormais et à partir de laquelle procède le geste créateur : « parler de l’impossibilité de parler de Hiroshima » (Hiroshima mon amour), réaliser Le Navire Night à partir du « désastre du film » ou encore « raconter une histoire qui en passe par son absence » (La Vie matérielle). Cette ligne n’est pas seulement esthétique, elle définit aussi l’ontologie du personnage durassien. Instruit de la douleur, de l’invivable du monde et de l’amour, celui-ci se tient en ces lieux dans l’impossibilité d’y être : « Vous êtes ce qui n’aura pas lieu, et qui comme tel se vit » (Aurélia Steiner, 1979).

Par ailleurs, l’engagement politique de Marguerite Duras[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en littérature française, université de Lorraine, Nancy

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Marguerite Duras

Marguerite Duras

Autres références

  • LA MALADIE DE LA MORT (M. Duras)

    • Écrit par Frédéric MAURIN
    • 1 322 mots

    Créée à la Schaubühne de Berlin en 1991, dans une traduction de Peter Handke, la mise en scène de La Maladie de la mort par Robert Wilson a dû attendre sa reprise au Théâtre Vidy-Lausanne, en 1996, pour être jouée dans le texte original de Marguerite Duras. Cette seconde version du spectacle,...

  • LE RAVISSEMENT DE LOL V. STEIN (M. Duras) - Fiche de lecture

    • Écrit par Aliette ARMEL
    • 1 065 mots
    • 1 média

    Marguerite Duras écrit Le Ravissement de Lol V. Stein pendant l'été de 1963, enfermée, seule, dans son appartement de l'hôtel des Roches noires à Trouville. Elle a mis un temps à distance sa relation passionnée avec Gérard Jarlot, celui qu'elle surnommera l'Homme menti...

  • UN BARRAGE CONTRE LE PACIFIQUE, Marguerite Duras - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 700 mots

    Un barrage contre le Pacifique est, après Les Impudents (1943)et La Vie tranquille (1944), le troisième roman de Marguerite Duras (1914-1996). Publié en juin 1950, le livre fait sensation et reçoit un accueil globalement favorable de la critique qui le compare volontiers aux romans américains à...

  • ÉROTISME

    • Écrit par Frédérique DEVAUX, René MILHAU, Jean-Jacques PAUVERT, Mario PRAZ, Jean SÉMOLUÉ
    • 19 774 mots
    • 7 médias
    « Tu me tues, tu me fais du bien. » Les huit monosyllabes de ce leitmotiv harcelant d'Hiroshima mon amour, agressivement contradictoires, deviennent, dans la mémoire, chant profond, recomposent idéalement, au bénéfice de la simplicité, un film surchargé d'intentions. Par-delà la rhétorique des...
  • FÉMINISME - Le féminisme des années 1970 dans l'édition et la littérature

    • Écrit par Brigitte LEGARS
    • 6 178 mots
    • 6 médias
    ...la même fréquence chez des auteurs qui n'ont pas de rapports directs avec le mouvement ou, du moins, avec sa théorie et ses axes de revendication. Pour Marguerite Duras, l'écriture est ainsi le moyen d'un retour aux images de l'enfance en Indochine et d'une réflexion sur un passé colonial...
  • HIROSHIMA MON AMOUR, film de Alain Resnais

    • Écrit par Michel MARIE
    • 997 mots
    • 1 média

    Lorsque Alain Resnais est pressenti pour réaliser un film sur le thème de la bombe atomique d'Hiroshima et des dangers du nucléaire, il est déjà un auteur de courts-métrages jouissant d'une notoriété internationale incontestable, en particulier grâce à Nuit et Brouillard (1955)....

  • L'ESPÈCE HUMAINE, Robert Antelme - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 600 mots

    Arrêté comme résistant par la Gestapo en juin 1944, Robert Antelme (1917-1990) est successivement interné à la prison de Fresnes, au camp de concentration de Buchenwald, dans le camp de travail (Kommando) de Bad Gandersheim, et enfin transféré à Dachau. C’est là que, fin avril 1945, à la libération...

  • Afficher les 11 références

Voir aussi