ANTELME ROBERT (1917-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Robert Antelme entre en 1943 dans la Résistance. Il est membre du groupe M.N.P.D.G., que dirige François Mitterrand. Arrêté par la Gestapo, emprisonné à Fresnes, il est déporté en juin 1944 et reste près d'un an prisonnier des camps nazis (Buchenwald, Dachau). À partir de cette « expérience », un mot à entendre dans le sens plein qu'ont pu lui donner Bataille et Blanchot, Robert Antelme écrivit L'Espèce humaine. Ce livre, le seul d'Antelme, n'est pas un témoignage, encore moins un récit, sur les camps de concentration mais un livre des camps, un livre dont on peut croire qu'il a commencé d'être écrit là-bas, pour lutter chaque jour, de manière muette et tenace, contre des hommes, les S.S., qui auraient voulu nier l'humanité de ces autres hommes qu'étaient les prisonniers. Vaine volonté : les S.S. pouvaient rayer les noms, effacer les visages, réduire à l'animalité, tuer, mais ils ne pouvaient pas changer l'être humain en autre chose. « Il n'y a pas d'ambiguïté, écrit Antelme, nous restons des hommes, nous ne finirons qu'en hommes. C'est parce que nous sommes des hommes comme eux que les S.S. seront en définitive impuissants devant nous. » Mais être homme, ici, cela ne veut dire que continuer de vivre, dans la brûlure de la faim, des blessures, d'une peur atroce et nue : vivre, vivre seulement, c'est alors tout le sacré. Maurice Blanchot, dans les pages qu'il consacre à L'Espèce humaine dans L'Entretien infini, parle de « l'égoïsme sans ego » de ces hommes acharnés à survivre, attachés à la vie mais comme de manière impersonnelle. Le prisonnier des camps, toujours près de sombrer dans la folie et dans la haine, totalement incapable de répondre à ses bourreaux, ne trouve refuge que dans le sentiment d'appartenance à l'espèce, un sentiment que rien ne peut annuler. Autrui devient le seul garant de mon existence et par ce lien d'humanité fragile « l'homme reste l'indestructible ».

En avril 1945, grâce à l'aide du secrétaire d'État aux Réfugiés et Déportés, François Mitterrand, Robert Antelme est arraché du mouroir pour typhiques de Dachau. Marguerite Duras, alors son épouse, a raconté ce « sauvetage » dans La Douleur. Dès son retour à Paris, cet homme entre la vie et la mort – il pèse trente-cinq kilos, sa chair est translucide – va parler, continûment, de jour comme de nuit. Parler pour tenter de dire l'inimaginable qui, alors, était déjà réel. « Nous voulions parler, être entendus enfin. Et cependant, à peine commencions-nous à raconter, que nous suffoquions », écrit Antelme.

Autour de lui, ses amis, qui écoutent, effrayés, fascinés. « Le lieu d'où il nous parle, il nous y a précipités, et nous n'en sommes jamais revenus. Il nous avait par son retour déportés avec lui et, de là, nous nous sommes trouvés judaïsés à jamais », confiera Dionys Mascolo. Ce groupe d'amis comprend, outre Antelme et Duras, Mascolo, Edgar Morin, Elio et Ginetta Vittorini, Claude Roy. Ensemble, ils vivront « un communisme de la vie et de l'esprit entre amis », pour reprendre les mots de Hölderlin. En 1946, Antelme et Duras fondent les éditions de la Cité universelle, qui publient L'An zéro de l'Allemagne d'Edgar Morin et des Œuvres de Saint-Just, puis, en 1947, L'Espèce humaine, qui sera repris par Gallimard en 1957 grâce, notamment, à l'intervention d'Albert Camus. En 1946, Antelme s'est inscrit au Parti communiste qu'il quittera, aussitôt connue l'existence de camps en Union soviétique. En 1955, il est le co-fondateur du Comité d'action contre la poursuite de la guerre en Afrique du Nord, et publie en 1958, dans la revue antigaulliste Le 14 Juillet dirigée par ses amis Schuster et Mascolo, un texte virulent contre la guerre d'Algérie et l'indifférence qu'elle provoque, notamment chez les communistes : « Reconnaître autrui est le souverain bien, et non un pis-aller », y affirme-t-il. Il signera le « Manifeste des 121 ».

Immobilisé à partir de 1983 par un accident cérébro-vasculaire, atteint de cet « oubli à mesure » qui touche le passé proche mais laisse intacte la mémoire ancienne, Robert Antelme reste l'auteur d'un livre unique, après la lecture duquel on serait presque tenté – élevé par l'exigence qui s'y formule – de ne plus rien vouloir lire d'autre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANTELME ROBERT (1917-1990)  » est également traité dans :

DURAS MARGUERITE (1914-1996)

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 2 097 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du roman aux zones limites »  : […] Marguerite Donnadieu est née le 4 avril 1914 à Gia Dinh, agglomération au nord de Saigon, dans une famille de petits fonctionnaires français. Le pseudonyme de Duras lui vient d'une commune du sud-ouest de la France, lieu d'origine de la famille paternelle. Son père meurt en 1918, et sa mère, institutrice, reste seule avec Marguerite et ses deux frères plus âgés : le « grand frère » – l'ennemi, le […] Lire la suite

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 495 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'impensable objet de pensée : l'essai et l'impresceptible »  : […] Etre « le témoin du témoin » signifie, au-delà même de la parole des rescapés, la réverbération à l'infini de l'anéantissement. Être « le témoin du témoin » proclame qu'il y a imprescriptibilité de la mémoire et de son dire, tout comme il y a imprescriptibilité du crime. Qu'est-il advenu à l'homme, dans cet effondrement de l'humain ? Rien d'étonnant à ce que Primo Levi et Robert Antelme s'interrog […] Lire la suite

Pour citer l’article

François POIRIÉ, « ANTELME ROBERT - (1917-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-antelme/