PROUST MARCEL (1871-1922)

Une phrase sans fin

La fascination qu'exerce l'œuvre de Proust – ou, parfois, les réactions de rejet qu'elle provoque – commence à la phrase, à ce contact direct avec la chair de la littérature qui est le style. Notons-le d'abord : l'originalité du style proustien ne vient pas de la richesse et de l'étendue lexicales. Proust n'invente de mots que pour transcrire ironiquement le langage parlé, et ne recherche pas les vocables rares. Parmi les termes les plus employés, l'ordinateur relève « jour », « femme », « croire », « vouloir », « vie », « jamais », « temps », « moment », « homme », « ami », « aimer », « mère » ; cet ordre contient déjà, dans sa simplicité, les grands thèmes du roman. L'analyse informatique de la phrase confirme le sentiment des lecteurs : en moyenne trente mots par phrase, ou trois lignes par phrase de l'édition de la Pléiade, soit deux fois plus que les autres écrivains. Les phrases sont plus longues au début et à la fin de l'œuvre, plus courtes au milieu ; une phrase de « Combray » comporte 518 mots. Enfin, les phrases sont d'autant plus longues par rapport à cette moyenne qu'il y a un tiers de phrases brèves. On note d'autre part l'abondance des tirets et des parenthèses, qui signalent l'originalité de la phrase proustienne : ce sont des éléments qui introduisent une distance entre ce qui est raconté et le narrateur, et qui divisent la réalité décrite. Ce qui permet à la phrase proustienne d'être longue, plus encore que celle de Chateaubriand, par exemple, c'est sa construction : elle ordonne, subordonne, rapproche ou sépare, corrige. Elle contient une tension entre deux mouvements : le premier est celui de l'observateur serein qui reconstruit le monde par un langage clair ; le second est dans le morcellement, la fièvre du chercheur, qui énumère les qualités, accumule les hypothèses. La phrase, la période, le paragraphe ont d'autre part un rythme qui communique son ébranlement au texte tout entier : les propositions dans la phrase, la phrase dans le[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur de littérature française à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  PROUST MARCEL (1871-1922)  » est également traité dans :

À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU, Marcel Proust - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 1 187 mots
  •  • 1 média

Histoire d'une vocation littéraire, À la recherche du temps perdu fut ébauché en 1908 par Marcel Proust (1871-1922), concurremment à un essai dirigé contre la méthode critique de Sainte-Beuve, coupable aux yeux de l'écrivain d'avoir jugé ses contemporains d'après leur comportement en société, en négligeant leur « moi profond ». […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/a-la-recherche-du-temps-perdu/#i_8730

CONTRE SAINTE-BEUVE, Marcel Proust - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 253 mots

Contre Sainte-Beuve est un recueil de fragments écrits dans les années 1908-1909 par Marcel Proust (1871-1922). Depuis au moins quatre ans, ce dernier a en tête un ouvrage où il démontrerait l'inanité de la méthode du grand critique du xixe siècle, tout en exposant ses propres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contre-sainte-beuve/#i_8730

PROUST EST UNE FICTION (F. Bon) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 993 mots

Tandis que se multiplient les commémorations du centenaire de la parution de Du côté de chez Swann, François Bon publie un livre au titre délicieusement ambigu, Proust est une fiction (Seuil, 2013). D’une façon lointainement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proust-est-une-fiction/#i_8730

BECKETT SAMUEL

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 4 806 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'emploi du temps »  : […] Parmi les influences qui ont pu s'exercer sur Beckett, celle de Proust – auquel il consacre un essai en anglais dès 1931 – n'est sans doute pas la moins forte. Certes, Joyce pourra un temps subjuguer son cadet, qui fut son ami et son secrétaire, et continuer à long terme de hanter son esprit (notamment lorsqu'il s'agit pour Beckett de mettre en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-beckett/#i_8730

BEYER MARCEL (1965-    )

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 988 mots

Dans le chapitre « Sous le signe de Proust »  : […] Plusieurs influences littéraires habitent l'écriture de Beyer. Proust d'abord, cité à plusieurs reprises dans Kaltenburg, dont certaines pages ne sont pas sans évoquer la Recherche. La quête formelle d'une écriture romanesque d'après la catastrophe, comme chez les auteurs français du « nouveau roman », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-beyer/#i_8730

BIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 2 603 mots

Dans le chapitre « L'illusoire totalité »  : […] ». Ce qu'elle a fait longtemps, et qui lui a valu toutes sortes de critiques justifiées. Proust dit à bon droit, « contre Sainte-Beuve », que le moi social d'un artiste n'est pas significatif de son moi créateur ; l'érudition à perte de vue ne signifie pas que le récit saisit ce qu'il y a de signifiant chez l'individu, et, à l'inverse, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biographie/#i_8730

CHOPIN FRÉDÉRIC

  • Écrit par 
  • Jean VIGUÉ
  •  • 2 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des « phrases au long col » »  : […] Mazurkas, Valses, etc.), ses thèmes sont de caractère vocal. Marcel Proust a bien su les définir tout en imitant leur tournure, lorsqu'il écrivait « les phrases au long col sinueux et démesuré de Chopin, si libres, si flexibles, si tactiles, qui commencent par chercher et essayer leur place en dehors et bien loin de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-chopin/#i_8730

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 911 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La critique créatrice »  : […] là, on explique la série, mais jamais l'individualité, le fait spécial qu'on est celui-là. » Proust amplifiera cette objection de principe en insistant sur la différence essentielle qui sépare le moi créateur du moi social : à ses yeux, l'artiste n'a rien à voir avec l'homme ; l'intuition créatrice, fondée sur la mémoire et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_8730

HAHN REYNALDO (1875-1947)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 343 mots

Né au Venezuela, mais arrivé à Paris à l'âge de trois ans et naturalisé français, Reynaldo Hahn, l'un des élèves favoris de Massenet, offre la quintessence de ce qu'on a coutume d'appeler « l'esprit français », avec ce que cela implique de culture, de finesse, mais aussi de légèreté. Des nombreuses opérettes qu'il a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reynaldo-hahn/#i_8730

HUDSON STEPHEN (1868 env.-1944)

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 257 mots

Le romancier anglais Stephen Hudson (pseudonyme de Sydney Schiff) est victime de la discrétion dont il a entouré sa vie. La date de sa naissance n'a été révélée qu'en 1962, dans la longue note et l'essai critique de T. E. Boll accompagnant la réimpression, par les soins de sa seconde femme, sa grande inspiratrice, Violet Schiff, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-hudson/#i_8730

LITTÉRATURE - La littérature comparée

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 11 124 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un procédé heuristique »  : […] Ce qui était comparaison pure chez les poètes de la Renaissance devient métaphore chez Proust. La métaphore des « jeunes filles en fleurs » trouve sa justification dans une comparaison première, – et aussi, mais au second degré, dans une comparaison implicite avec les Filles-Fleurs qui, dans le drame […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-la-litterature-comparee/#i_8730

MÉTAPHORE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 6 356 mots

Dans le chapitre « Pratique et poétique de la métaphore »  : […] Personne sans doute n'a mieux que Proust senti et fait sentir à quel point la métaphore est tout autre chose qu'une figure de rhétorique ; elle est un moyen d'approcher et de retenir la sensation du réel, c'est-à-dire l'événement fugitif au cours duquel nous avons eu un instant le sentiment d'être vraiment au cœur des choses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphore/#i_8730

MODE - Le phénomène et son évolution

  • Écrit par 
  • Valérie GUILLAUME
  •  • 11 189 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La littérature »  : […] Marcel Proust évoque longuement les vêtements féminins, « appareil délicat et spiritualisé d'une civilisation », au travers des tenues d'Odette de Crécy ou de la duchesse de Guermantes en des termes aussi recherchés que ceux de Mallarmé qui rédige à lui seul, de 1874 à 1876, sous les pseudonymes de Marguerite de Ponty, Miss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-le-phenomene-et-son-evolution/#i_8730

MOREAU GUSTAVE (1826-1898)

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis MATHIEU
  •  • 2 077 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le mystique »  : […] et symbolistes comme José Maria de Heredia ou Théodore de Banville paraphrasèrent ses œuvres dans leurs poésies. Il fut l'artiste préféré des snobs et des raffinés, comme Marcel Proust qui le célébra dans des articles de jeunesse et se souvint de ses tableaux quand il décrivit l'œuvre du peintre Elstir dans À la recherche du temps perdu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-moreau/#i_8730

PAINTER GEORGE (1914-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 182 mots

britannique. Fils d'un instituteur et d'une artiste, George Painter fait la découverte décisive de l'œuvre de Marcel Proust à l'âge de quatorze ans. Il poursuit ses études à la King Edward School, puis au Trinity College de Cambridge, avant d'enseigner le latin à l'université de Liverpool. En 1938, il intègre le département des imprimés au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-painter/#i_8730

PASTICHE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 614 mots
  •  • 1 média

La pratique du pastiche, genre imitatif relevant de l'activité artistique « au second degré » (G. Genette), remonte aussi loin que la création d'œuvres originales, bien que le mot lui-même n'apparaisse dans le vocabulaire de la peinture qu'au xviie siècle. Considéré comme genre « mineur », car il est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pastiche-genre-litteraire/#i_8730

PLAGIAT

  • Écrit par 
  • Hélène MAUREL-INDART
  •  • 5 722 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Plagiat, parodie, pastiche »  : […] littératures, excepté de la première, qui d’ailleurs est inconnue. » Plus sérieusement, Proust avait pleinement conscience que l’influence et même l’emprise de certains écrivains sur son œuvre pouvaient le conduire au plagiat. Il préconisait, pour s’en prémunir, la pratique consciente du pastiche, afin de « se purger du vice naturel d’idolâtrie et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plagiat/#i_8730

PORTRAIT, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 003 mots
  •  • 1 média

Montaigne demandait pourquoi il n'était pas loisible « à un chacun de se peindre de la plume » comme tel personnage dont il cite l'exemple « se peignait d'un crayon ». Le développement du portrait littéraire (dont les Essais sont justement l'une des premières manifestations systématiques) est en effet lié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portrait-genre-litteraire/#i_8730

ROMAN - Le personnage de roman

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 222 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les aspects du personnage »  : […] hétérogènes, en ces deux niveaux incompatibles est divisé l'univers romanesque de Proust, de Joyce, de Faulkner. Ces romanciers n'accordent la qualité de personne qu'à une conscience privilégiée qui – le plus souvent pour sa perte – se refuse à jouer le jeu social. Mais encore faut-il que ces personnes (dont le Narrateur du Temps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-personnage-de-roman/#i_8730

ROMAN - De Balzac au nouveau roman

  • Écrit par 
  • Michel RAIMOND
  •  • 5 089 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Proust et la métamorphose du roman »  : […] C'est avec À la recherche du temps perdu que s'opère la métamorphose du genre. Proust en avait pleine conscience : dans une de ses lettres, il déclarait rechercher un éditeur susceptible de faire accepter des lecteurs « un livre qui, à vrai dire, ne ressemble pas du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-balzac-au-nouveau-roman/#i_8730

Pour citer l’article

Jean-Yves TADIÉ, « PROUST MARCEL - (1871-1922) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-proust/