PROUST MARCEL (1871-1922)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une phrase sans fin

La fascination qu'exerce l'œuvre de Proust – ou, parfois, les réactions de rejet qu'elle provoque – commence à la phrase, à ce contact direct avec la chair de la littérature qui est le style. Notons-le d'abord : l'originalité du style proustien ne vient pas de la richesse et de l'étendue lexicales. Proust n'invente de mots que pour transcrire ironiquement le langage parlé, et ne recherche pas les vocables rares. Parmi les termes les plus employés, l'ordinateur relève « jour », « femme », « croire », « vouloir », « vie », « jamais », « temps », « moment », « homme », « ami », « aimer », « mère » ; cet ordre contient déjà, dans sa simplicité, les grands thèmes du roman. L'analyse informatique de la phrase confirme le sentiment des lecteurs : en moyenne trente mots par phrase, ou trois lignes par phrase de l'édition de la Pléiade, soit deux fois plus que les autres écrivains. Les phrases sont plus longues au début et à la fin de l'œuvre, plus courtes au milieu ; une phrase de « Combray » comporte 518 mots. Enfin, les phrases sont d'autant plus longues par rapport à cette moyenne qu'il y a un tiers de phrases brèves. On note d'autre part l'abondance des tirets et des parenthèses, qui signalent l'originalité de la phrase proustienne : ce sont des éléments qui introduisent une distance entre ce qui est raconté et le narrateur, et qui divisent la réalité décrite. Ce qui permet à la phrase proustienne d'être longue, plus encore que celle de Chateaubriand, par exemple, c'est sa construction : elle ordonne, subordonne, rapproche ou sépare, corrige. Elle contient une tension entre deux mouvements : le premier est celui de l'observateur serein qui reconstruit le monde par un langage clair ; le second est dans le morcellement, la fièvre du chercheur, qui énumère les qualités, accumule les hypothèses. La phrase, la période, le paragraphe ont d'autre part un rythme qui communique son ébranlement au texte tout entier : les propositions dans la phrase, la phrase dans le paragraphe, les mots dans la phrase dessinent des figures sonores qui les rendent reconnaissa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur de littérature française à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  PROUST MARCEL (1871-1922)  » est également traité dans :

À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU, Marcel Proust - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 1 187 mots
  •  • 1 média

Histoire d'une vocation littéraire, À la recherche du temps perdu fut ébauché en 1908 par Marcel Proust (1871-1922), concurremment à un essai dirigé contre la méthode critique de Sainte-Beuve, coupable aux yeux de l'écrivain d'avoir jugé ses contemporains d'après leur comportement en société, en négligeant leur « moi profond ». À la recherche du temps perdu […] Lire la suite

CONTRE SAINTE-BEUVE, Marcel Proust - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 253 mots

Contre Sainte-Beuve est un recueil de fragments écrits dans les années 1908-1909 par Marcel Proust (1871-1922). Depuis au moins quatre ans, ce dernier a en tête un ouvrage où il démontrerait l'inanité de la méthode du grand critique du xixe sièc […] Lire la suite

PROUST EST UNE FICTION (F. Bon) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 993 mots

Tandis que se multiplient les commémorations du centenaire de la parution de Du côté dechez Swann, François Bon publie un livre au titre délicieusement ambigu, Proust est une fiction (Seuil, 2013). D’une façon lointainement oulipienne, […] Lire la suite

PROUST, PRIX GONCOURT (T. Laget) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 098 mots
  •  • 1 média

L’œuvre de Proust pense la littérature en soi, sans le lien qu’elle établit communément avec la « réalité ». Or cette relation avec le présent et avec la guerre tout juste achevée n’a jamais été aussi violemment discutée que le 10 décembre 1919, lorsque Marcel Proust reçoit le prix Goncourt pour À l’ombre des jeunes f […] Lire la suite

BECKETT SAMUEL

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 4 806 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'emploi du temps »  : […] Parmi les influences qui ont pu s'exercer sur Beckett, celle de Proust – auquel il consacre un essai en anglais dès 1931 – n'est sans doute pas la moins forte. Certes, Joyce pourra un temps subjuguer son cadet, qui fut son ami et son secrétaire, et continuer à long terme de hanter son esprit (notamment lorsqu'il s'agit pour Beckett de mettre en scène la relation de l'homme au langage). Mais, avec […] Lire la suite

BEYER MARCEL (1965- )

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 988 mots

Dans le chapitre « Sous le signe de Proust »  : […] Plusieurs influences littéraires habitent l'écriture de Beyer. Proust d'abord, cité à plusieurs reprises dans Kaltenburg , dont certaines pages ne sont pas sans évoquer la Recherche . La quête formelle d'une écriture romanesque d'après la catastrophe, comme chez les auteurs français du « nouveau roman », accompagne et nourrit la réflexion sur la forme que conduit Beyer. Mais ce sont les poètes aut […] Lire la suite

BIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 2 603 mots

Dans le chapitre « L'illusoire totalité »  : […] Le biographique englobe aussi bien des notices de dictionnaire, des articles journalistiques (les nécrologies des personnalités, voire les petites annonces matrimoniales, etc.), des discours juridiques (la présentation de la vie de l'accusé par le président de tribunal) que des livres entiers. Ce polymorphisme impose d'examiner tout l'espace du genre, tant ses usages ordinaires que ses spécificati […] Lire la suite

CHOPIN FRÉDÉRIC

  • Écrit par 
  • Jean VIGUÉ
  •  • 2 697 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des « phrases au long col » »  : […] Très peu de thèmes de Chopin ont le caractère, généralement bref, ferme et arrêté, de l'idée symphonique. À moins qu'ils n'aient volontairement celui de la danse ( Polonaises , Mazurkas , Valses , etc.), ses thèmes sont de caractère vocal. Marcel Proust a bien su les définir tout en imitant leur tournure, lorsqu'il écrivait « les phrases au long col sinueux et démesuré de Chopin, si libres, si fl […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La critique créatrice »  : […] Comme la philologie, la critique créatrice est apparue avec le romantisme. L'apologie de l'intuition et de l'empathie, déjà présente chez Herder, était alors dirigée contre le rationalisme classique, non pas contre la critique historique. Il s'agissait de contempler chaque œuvre dans son unicité. Goethe réclamait une « critique des beautés », productive et non destructive. Baudelaire insiste sur […] Lire la suite

DIALOGUE, notion de

  • Écrit par 
  • Christophe TRIAU
  •  • 1 271 mots

Dans le chapitre « Du conflit à l'horizon de vérité »  : […] Il est significatif qu'un des premiers modèles de dialogue soit celui du dialogue philosophique, dans la lignée de ceux où Platon met en scène Socrate : mise à l'épreuve de l'autre et processus d'accouchement, sa conflictualité ne vaut qu'en tant qu'examen et remise en question des certitudes. Le modèle rhétorique de la parole persuasive, et l'action conflictuelle qu'elle constitue de fait en tan […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Yves TADIÉ, « PROUST MARCEL - (1871-1922) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-proust/