AYMÉ MARCEL (1902-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'auteur dramatique

En 1947, Douking fit représenter, au théâtre du Vieux-Colombier, Lucienne et le Boucher, une pièce écrite au début des années trente. Trois ans plus tard, Clérambard connaissait un durable succès. Dès lors, Marcel Aymé se consacra presque entièrement au théâtre. On retrouve, dans son œuvre dramatique, la plupart de ses personnages habituels (mais pas les paysans), grossis et simplifiés par la mécanique théâtrale. La verve de Marcel Aymé s'y déploie avec plus de rudesse, et même de fureur : Les Quatre Vérités (où l'on voit une famille bourgeoise aux prises avec le sérum de vérité) et surtout La Tête des autres (portrait-charge des magistrats de cour d'assises) sont des caricatures impitoyables.

Malgré son aversion pour les idées générales, à deux reprises, Marcel Aymé a formulé quelques opinions personnelles (et subversives) sur différents thèmes à la mode. En 1938, dans Silhouette du scandale, il prenait la défense du scandale comme « détonateur ». De quoi ? Eh bien, de la vérité sur le mensonge, du naturel sur les conventions sociales... Onze ans plus tard, dans Le Confort intellectuel, il s'attaque aux intellectualismes mondains, donnant ainsi quelques points de vue sur la littérature, les arts et la politique. Ces points de vue, aiguisés, lucides et à contre-courant de la mode, ont largement contribué à ruiner Marcel Aymé dans l'esprit des intellectuels d'avant-garde.

Tout cela n'a plus aucune importance, bien entendu : l'avant-garde de 1949 a disparu depuis longtemps, tandis que l'œuvre de Marcel Aymé demeure. Elle demeurera certainement, pour les générations à venir, comme une des plus représentatives du xxe siècle. Le petit monde de Marcel Aymé, rural ou citadin, révèle, avec une rare acuité, l'homme moyen de notre époque, avec ses chagrins et ses espérances, sa misère et son obstination, sa bonne humeur, son mauvais caractère et son immense pouvoir d'émerveillement.

Voilà comment un écrivain qui s'est seulement appliqué à raconter des histoires est devenu l'un des premiers témoins de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AYMÉ MARCEL (1902-1967)  » est également traité dans :

URANUS, Marcel Aymé - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 046 mots

Si Marcel Aymé (1902-1967) doit surtout sa popularité à des récits où le merveilleux fait intrusion dans le quotidien, ou bien à des peintures truculentes de la vie paysanne, il fut aussi le chroniqueur lucide et acerbe de son temps. Travelingue (1941) retrace l'avènement du Front populaire ; Le Chemin des écoliers […] Lire la suite

CONTES DE FÉES

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 397 mots

Récits de voie orale, souvent antérieurs à la civilisation latine ou grecque et se retrouvant sous forme d'adaptations dans la littérature écrite. L'expression contes de fées est plus spécialement réservée aux récits qui comportent l'intervention d'êtres surnaturels du sexe féminin, doués de pouvoirs merveilleux, bons ou mauvais. Les fées tiendraient leur nom des Parques, divinités de second ordre […] Lire la suite

LE MONDE SELON TOPOR (exposition)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 1 175 mots

Dans le chapitre « Un théâtre de la cruauté »  : […] D’emblée, le visiteur est accueilli par un texte de Topor qui éclaire les lignes de force de son inspiration : « […] Je veux que mon existence/ Soit une suprême offense/ Aux vautours qui s'impatientent/ Depuis les années quarante/ En illustrant sans complexe/ Le sang la merde et le sexe » (« Biographie », Pense-bêtes , 1992). Le sang, la merde, le sexe : autant d’éléments vitaux qui furent brutale […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques BENS, « AYMÉ MARCEL - (1902-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-ayme/