AYMÉ MARCEL (1902-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un réalisme fantastique

Sur cette Terre, dont les êtres humains ont fait un séjour pas bien gai, il reste un moyen de ne pas sombrer dans la plus extrême mélancolie : c'est le rêve. Alors, dans les forêts franc-comtoises et dans les rues de Paris, les événements merveilleux surgissent sans prévenir.

Ce qu'il y a de plus fascinant dans ce surnaturel, c'est qu'il se produit sans point d'exclamation. Marcel Aymé l'introduit, d'une plume sage et familière, dans un univers quotidien qui s'en étonne à peine. Il y provoque quelques remous, quelques perturbations matérielles, mais pas de catastrophe planétaire, pas même une révolution. Il s'y marie simplement avec la réalité qui nous est familière pour donner quelque chose de nouveau, que l'on pourrait définir comme un réalisme fantastique, où il n'est pas toujours très commode de faire la part du réel et de l'imaginaire.

La nature de son inspiration a permis à Marcel Aymé de rester un écrivain en marge. Il a délibérément tourné le dos, sa vie durant, à la littérature sociale : celle qui témoigne, qui dénonce, qui enseigne, qui exhorte, qui moralise. Pourtant, on sait bien qu'il n'y a pas de conte sans morale. Oui, mais la morale d'un conte ne résume pas les idées générales de son auteur ; elle se borne à extraire une conclusion immédiate, simple et le plus souvent pratique, des péripéties de ce conte-là. On peut concevoir des fables dont les morales seraient contradictoires, et Marcel Aymé, qui préférait les histoires aux leçons qu'on en tire, ne s'en est pas privé.

Un bon exemple de cette application de morales élémentaires nous est fourni par Les Contes du chat perché. En 1934, Marcel Aymé écrivit quelques histoires de bêtes, pour amuser ses petites-filles, disait-il, mais aussi pour sa propre délectation. Ces contes ont pour héroïnes deux fillettes, Delphine et Marinette, dont les parents sont fermiers dans un pays qui ressemble assez à la Franche-Comté. Ils metten [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  AYMÉ MARCEL (1902-1967)  » est également traité dans :

URANUS, Marcel Aymé - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 046 mots

Si Marcel Aymé (1902-1967) doit surtout sa popularité à des récits où le merveilleux fait intrusion dans le quotidien, ou bien à des peintures truculentes de la vie paysanne, il fut aussi le chroniqueur lucide et acerbe de son temps. Travelingue (1941) retrace l'avènement du Front populaire ; Le Chemin des écoliers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uranus/#i_47172

CONTES DE FÉES

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 397 mots

Récits de voie orale, souvent antérieurs à la civilisation latine ou grecque et se retrouvant sous forme d'adaptations dans la littérature écrite. L'expression contes de fées est plus spécialement réservée aux récits qui comportent l'intervention d'êtres surnaturels du sexe féminin, doués de pouvoirs merveilleux, bons ou mauvais. Les fées tiendraient leur nom des Parques, divinités de second ordre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-de-fees/#i_47172

LE MONDE SELON TOPOR (exposition)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 1 175 mots

Dans le chapitre « Un théâtre de la cruauté »  : […] D’emblée, le visiteur est accueilli par un texte de Topor qui éclaire les lignes de force de son inspiration : « […] Je veux que mon existence/ Soit une suprême offense/ Aux vautours qui s'impatientent/ Depuis les années quarante/ En illustrant sans complexe/ Le sang la merde et le sexe » (« Biographie », Pense-bêtes , 1992). Le sang, la merde, le sexe : autant d’éléments vit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-monde-selon-topor/#i_47172

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques BENS, « AYMÉ MARCEL - (1902-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-ayme/