MARC AURÈLE (121-180)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La conscience morale

Marc Aurèle a fait l'unanimité des historiens antiques : « Il fut supérieur à tous les empereurs par la pureté de sa vie », lit-on par exemple dans l'Historia Augusta. Mais il a été un signe de contradiction pour les historiens modernes. Pour les uns, son œuvre administrative et législative reflète parfaitement sa philosophie et cherche notamment à protéger les enfants, les femmes, les esclaves. Pour les autres, au contraire, il n'a été qu'un empereur médiocre, affaibli par sa mauvaise santé ; et sa philosophie a été pour lui un refuge devant la triste réalité.

Au sujet de ce débat, il faut remarquer avant tout que bien des diagnostics du « cas Marc Aurèle » s'appuient sur un contresens total concernant le genre littéraire des Pensées. On a voulu reconnaître dans certaines déclarations pessimistes de l'ouvrage le symptôme d'une faiblesse psychique, alors qu'elles ne sont que des exercices spirituels, en quelque sorte stéréotypés, répétés par beaucoup d'auteurs stoïciens, mais que Marc Aurèle a su pratiquer en leur donnant un relief particulier. On peut tout aussi bien, d'ailleurs, parler d'optimisme, lorsqu'on voit Marc Aurèle s'exhorter (X, i, 1) à la fois à vivre dans une continuelle « disposition d'amour et de tendresse » et reconnaître une admirable beauté dans tous les aspects de la nature (III, 2).

On reproche souvent à Marc Aurèle des manques de clairvoyance qui eurent des conséquences fâcheuses : il a laissé persécuter les chrétiens ; il a été aveugle aux misères économiques des populations rurales. Mais il n'avait pas, pour juger sainement, le recul que nous avons. Il est toujours difficile de se dégager d'un univers de pensée dans lequel on baigne. Une chose, en tout cas, est indiscutable et elle suffit pour faire de Marc Aurèle une des grandes personnalités de l'histoire : pendant tout son règne, il a fait preuve d'un extraordinaire sens du devoir, d'une remarquable pureté de conscience. Tous les juristes et les historiens de l'Antiquité, notamment, sont unanimes à louer le soin scrupuleux qu'il a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Buste de Marc Aurèle

Buste de Marc Aurèle
Crédits : A. De Gregorio/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Buste de Marc Aurèle

Buste de Marc Aurèle
Crédits : Kamira/ Shutterstock

photographie

Marc Aurèle et ses légions

Marc Aurèle et ses légions
Crédits : A. de Luca/ Corbis

photographie

Colonne de Marc-Aurèle, Rome

Colonne de Marc-Aurèle, Rome
Crédits : Stefanel/ Shutterstock

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MARC AURÈLE (121-180)  » est également traité dans :

ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 16 981 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Athènes romaine »  : […] À partir de 168 (défaite de Persée à Pydna), l'hégémonie de Rome se substitue en Grèce à celle de la Macédoine. Athènes n'a d'abord qu'à s'en louer. En 166, les Romains lui restituent quelques clérouquies et lui donnent Délos, d'où un essor nouveau du Pirée, renforcé encore par la lamentable destruction de Corinthe (146). Les vicissitudes politiques du i er  siècle font à nouveau péricliter Athène […] Lire la suite

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Dans le chapitre « Bonheur, espoir et vertu »  : […] Une telle expérience – précisément parce qu'elle est absolument simple – suppose un bouleversement de notre rapport au temps. Si le désir est manque, presque toujours, c'est qu'il est temporel : le désir est manque à chaque fois qu'il se fait espérance. Arrêtons-nous là, un instant. On ne peut, on l'a vu, concéder à Platon que tout désir soit manque. C'est au contraire le propre de toute action – […] Lire la suite

COMMODE LUCIUS et plus tard MARCUS AELIUS ANTONINUS (161-192) empereur romain (180-192)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 851 mots

Dernier souverain de la dynastie des Antonins, Commode a été l'objet de vives critiques de la part des historiens. Il est vrai que son règne contraste avec ceux de ses prédécesseurs sur le trône impérial de Rome par le nombre de crimes odieux dont il a été entaché. Mais il convient également de faire la part de la calomnie. Commode, qui perd son frère jumeau, Antonin Geminus, reçoit une éducation […] Lire la suite

D'APRÈS L'ANTIQUE (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert DUPIN
  •  • 1 077 mots

Le Louvre, avec les collections de ses sept départements, est à même de produire de grandes expositions thématiques et pluridisciplinaires. D'après l'Antique , qui s'est tenue du 20 octobre 2000 au 15 janvier 2001, a constitué une belle illustration de ce privilège. Il s'agissait pour les départements concernés – antiquités grecques, étrusques et romaines, peintures et sculptures – de montrer à tr […] Lire la suite

ÉPICTÈTE (50 env.-env. 130)

  • Écrit par 
  • Ilsetraut HADOT
  •  • 1 973 mots

Dans le chapitre « L'influence d'Épictète »  : […] Dans l'Antiquité, Épictète a exercé une influence sur Marc Aurèle, puis sur le néoplatonisme tardif. On peut dire que la clef des Pensées de Marc Aurèle réside dans la théorie des trois « lieux » philosophiques que l'on trouve chez Épictète : chaque sentence rédigée par l'empereur-philosophe est, en effet, un exercice qui se rapporte à un, deux ou trois de ces lieux (cf. P. Hadot). Vers la fin de […] Lire la suite

MONUMENT

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN, 
  • Alice THOMINE
  •  • 1 987 mots

Dans le chapitre « Les monuments de l'Antiquité »  : […] À l'intersection de l'art public et de la mémoire politique, le monument semble avoir toujours existé. Il se confond avec l'architecture funéraire de l'Égypte antique, ou avec l'architecture publique propre à la cité grecque. Cette double dimension traverse les écrits des historiens de l'Antiquité, Thucydide ou Pausanias, lequel, dans sa Périégèse de la Grèce (seconde moitié du ii e  siècle apr. […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Antonin le Pieux et Marc Aurèle »  : […] Antonin (138-161) était un grand propriétaire du Latium, très riche, aussi pacifique qu'Hadrien, aussi sédentaire qu'il avait été voyageur, trop lié aux intérêts des latifondiaires italiens et provinciaux pour s'occuper du sort des classes inférieures. Profondément honnête, attaché à tous ses devoirs (ce qui lui valut le surnom de Pius ) comme à ceux qui le servaient (un préfet du prétoire resta v […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'art romain

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 14 633 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « L'architecture »  : […] Le grand élan créateur apparu sous Néron continue sous les Flaviens ; mais on ne risque plus les audacieuses fantaisies du prince acteur ; le lac de la Domus Aurea est comblé et on bâtit dessus le gigantesque amphithéâtre, où le bon empereur Titus, « délices du genre humain », fit égorger, pour l'inauguration, neuf mille bêtes et quelques milliers de gladiateurs. « On ne saurait marchander l'adm […] Lire la suite

STOÏCISME

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Urs EGLI
  •  • 7 430 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le stoïcisme moyen et le stoïcisme impérial »  : […] Après Chrysippe, l'école fut successivement dirigée par Zénon de Tarse, puis par Diogène de Babylone (qui fut en 155, avec l'académicien Carnéade et le péripatéticien Critolaos, envoyé par Athènes en ambassade à Rome ; la philosophie grecque fit alors son entrée dans le monde latin), enfin par Antipater de Tarse. Ces philosophes eurent notamment à défendre le stoïcisme contre la polémique acérée […] Lire la suite

VERUS LUCIUS AURELIUS CEIONIUS COMMODUS (130-169)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 563 mots

Co-empereur de Rome avec Marc Aurèle entre 161 et 169, Lucius Verus ne ressemble guère à l'auteur des Pensées , ni par le caractère, ni par la destinée. À sa naissance, son père Lucius Ceionius Verus est préteur et familier de la cour impériale. Un historien français, Jérôme Carcopino, prétend qu'il était le « bâtard d'Hadrien » qui le nomme César en 136. Mais la mort d'Hadrien en 138 repose le pr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « MARC AURÈLE (121-180) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-aurele/