LAUGIER MARC-ANTOINE (1713-1769)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sans fausser les perspectives, mais en simplifiant, on peut dire que le siècle des Lumières a connu deux grands théoriciens de l'architecture, en France : le père Laugier et Jacques-François Blondel. Tandis que ce dernier poursuivait, non sans nuances, la tradition classique du Grand Siècle, fondée sur un vitruvianisme rationalisé, Laugier ouvrait la voie aux innovations, définissant certains traits typiques du néo-classicisme et annonçant les écrits tardifs de Boullée ou de Ledoux.

Né à Manosque en 1713, destiné à l'état ecclésiastique, Laugier entra au noviciat des jésuites d'Avignon avant de fréquenter successivement les collèges de Lyon, de Besançon, de Marseille et le petit séminaire d'Alès. La Compagnie n'excluait pas, de son enseignement général de très haut niveau, l'architecture civile et militaire. L'étude de cette matière, ses nombreux déplacements qui lui permirent d'observer les chantiers de reconstruction de certains collèges ou le renouveau de l'architecture urbaine, joints à sa connaissance des ruines et des édifices romains de Provence, amenèrent Laugier à méditer très tôt sur l'architecture. C'est néanmoins comme prédicateur qu'il commence une carrière brillante dès son arrivée à Paris en 1747 : ses sermons de carême à Saint-Sulpice, puis à Fontainebleau devant le roi, le rendent célèbre. Laugier, qui entretient des rapports étroits avec les milieux philosophiques, artistiques et littéraires de la capitale, est bientôt mêlé à la lutte du Parlement contre la cour et les jésuites. Ses sermons par trop polémiques dérogeaient à la bienséance de rigueur ; c'est de Lyon, où il est prié de se retirer, qu'il demandera lui-même à quitter la Compagnie (1756). Excellent représentant de ces « gens de lettres éclairés » du xviiie siècle qui surent imposer leur droit à la compétence dans des matières où ils n'étaient pas praticiens, mais où ils s'illustraient par la souplesse du raisonnement, l'audace des idées et une gr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Sorbonne, directeur du centre Ledoux

Classification


Autres références

«  LAUGIER MARC-ANTOINE (1713-1769)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La vocation pédagogique et édilitaire de l'architecture (1750-1867) »  : […] En un siècle, de la fin de l'Ancien Régime au second Empire, la profession d'architecte est agitée par une crise fondamentale, particulièrement sensible dans une déontologie si diversement et si difficilement formulée et pratiquée dans les siècles passés. Cette crise est la conséquence de la civilisation industrielle naissante et du formidable essor économique et démographique qui l'accompagne. El […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_8179

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « L'architecture touchée par les Lumières »  : […] « On dit en général du goût que c'est un certain je-ne-sais-quoi-qui-plaît », déclare l'architecte Germain Boffrand dans son Livre d'architecture en 1745, en ajoutant que « cette idée est bien vague ». Aussi imprécise soit-elle, la référence des architectes des Lumières au goût n'en témoigne pas moins de leur souci de mieux répondre à la demande sociale des élites, quitte à faire quelques entors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-et-societe/#i_8179

BLONDEL JACQUES-FRANÇOIS (1705-1774)

  • Écrit par 
  • Michel GALLET
  •  • 3 043 mots

Dans le chapitre « Affrontement des théories »  : […] Autour de Blondel, dans l'Europe des Lumières, une réflexion critique s'instaurait sur l'essence de l'architecture, la validité des structures traditionnelles, l'emploi raisonné des matériaux. L'esprit philosophique essayait d'abstraire les lois de la composition, dans l'espoir de fonder la beauté sur la raison. Dès le début du siècle, l'abbé de Cordemoy avait osé mettre en cause quelques princip […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-francois-blondel/#i_8179

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 398 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Raison, histoire et modernité : la crise du système classique des ordres »  : […] Le système classique des ordres repose sur une fiction, la coïncidence des ordres et du beau naturel ; au xviii e  siècle, cette fiction est passée au crible de la raison, tandis que l'archéologie et l'histoire démontrent le caractère transitoire de ces formes. Déjà, au xvii e  siècle, certains théoriciens classiques, comme François Blondel, convaincus que la beauté des ordres tient aux proportion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-architecture/#i_8179

RATIONALISTE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis AVRIL
  •  • 4 313 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux origines de l'idée »  : […] Dans son discours de réception à l'Académie française, Fénelon (1651-1715) employait, pour traiter des beautés du discours, une métaphore architecturale annonciatrice des commandements de l'architecture rationaliste : « Il ne faut admettre dans un édifice aucune partie destinée au seul ornement, mais visant toujours aux belles proportions, on doit tourner en ornement toutes les parties nécessaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-rationaliste/#i_8179

Pour citer l’article

Daniel RABREAU, « LAUGIER MARC-ANTOINE - (1713-1769) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-antoine-laugier/