PLAGES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Vagues

Vagues
Crédits : Martin Barraud/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Jets de rive des vagues

Jets de rive des vagues
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pente et granulométrie

Pente et granulométrie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Île-Grande : composantes de la grève

Île-Grande : composantes de la grève
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


À la frontière des terres et des mers, les plages représentent un milieu original, caractérisé à la fois par l'instabilité de son équilibre et par l'attrait qu'il exerce sur l'homme d'aujourd'hui.

Une plage est le versant externe d'une accumulation littorale de sédiments libres (cf. accumulations (géologie) - Accumulations marines ; on pourra également se reporter, pour l'aspect écologique, aux articles littoral maritime, milieu tellurique). Seuls les matériaux que ne lie aucune force d'adsorption, et qui sont instantanément disponibles pour une remise en mouvement, peuvent donc constituer des plages, et celles-ci apparaissent comme des dépôts temporaires d'éléments minéraux en transit entre les terres et les mers, ou le long de leur frontière. Les limites entre lesquelles les particules sédimentaires libres d'une même accumulation vont et viennent sous l'influence de l'agitation de l'eau sont les seules limites de la plage, qui s'étend donc depuis les points les plus hauts qu'atteignent les vagues les plus vigoureuses jusqu'à la profondeur à laquelle les oscillations des plus fortes houles peuvent ramener des particules qu'elles y auraient entraînées.

Les particularités géomorphologiques des plages tiennent essentiellement à l'alternance entre les actions subaériennes et les actions marines ; aussi cet article traitera-t-il d'abord et principalement des régions où cette alternance est le mieux marquée, c'est-à-dire en bordure des mers à marée, le long desquelles les divers phénomènes qui interfèrent sont le plus aisément analysables.

Comme tous les versants, une plage tend vers un profil d'équilibre, c'est-à-dire un profil le long duquel les agents de transport qui exercent leur action à la surface sont impuissants à déplacer les particules. La grande différence avec les versants subaériens façonnés par ruissellement (érosion dite « normale »), c'est qu'ici s'exercent successivement, on pourrait presque dire simultanément, des forces qui tendent à entraîner les sédiments vers le bas et des forces qui tendent à leur faire remonter la pente. Si l'on ajoute à cela que [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PLAGES  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 908 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Plages adossées »  : […] Les accumulations adossées à un rivage de terre ferme ne peuvent pas sensiblement reculer, ou du moins ce mouvement est très ralenti. Aussi sont-elles assurées d'une plus longue vie que les accumulations, que rien ne soutient par derrière. La disposition du rivage à l'arrière de ces plages dicte en partie leur plan. Aussi distingue-t-on différentes plages : –  Les plages encastrées dans une anse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accumulations-geologie-accumulations-marines/#i_23985

CÔTES, géomorphologie et géographie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 6 694 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'avant-côte »  : […] L'avant-côte, au sens strict, désigne la bande où se déposent les sédiments littoraux : devant une plage de sable, c'est la région sur laquelle s'étendent, vers le bas, les mouvements migratoires alternatifs qui caractérisent la dynamique des plages de sable (selon l'état de la mer, les mêmes particules vont et viennent entre le haut de plage et le bas de l'avant-côte) ; devant une côte rocheuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cotes-geomorphologie/#i_23985

ÉROSION DU LITTORAL

  • Écrit par 
  • Ywenn DE LA TORRE, 
  • Éric PALVADEAU
  •  • 3 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un phénomène global »  : […] Les processus et les formes de l’érosion côtière décrits précédemment conduisent donc à une perte de terrain au profit de la mer. Les plages s’amincissent, les dunes et les falaises reculent, les marais maritimes sont plus souvent ennoyés. Ce phénomène trouvant son origine dans le changement climatique et l’élévation du niveau de la mer, il est constaté sur l’ensemble des littoraux de la planète. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erosion-du-littoral/#i_23985

LITTORAL MARITIME

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 2 225 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Subdivision du système phytal »  : […] L'action plus ou moins intense de l'éclairement d'origine solaire, d'une part, et de l'humectation, d'autre part, permet, par l'influence que ces deux facteurs ambiants exercent sur la distribution d'un certain nombre d'espèces, d'établir au sein du système phytal une subdivision verticale en étages. L'atténuation graduelle de l'éclairement quand la profondeur croît tend à localiser dans des horiz […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/littoral-maritime/#i_23985

MARÉES NOIRES

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 7 597 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La lutte à terre »  : […] Les déplacements des nappes d'émulsion en surface sont provoqués par les courants marins, qui entraînent les nappes dans leur direction et à leur vitesse propre, et par les vents, qui poussent les nappes dans leur direction, mais avec une vitesse de 3 p. 100 seulement de leur vitesse propre. Courants et vents combinent donc leur action et les nappes se déplacent selon la résultante de ces deux fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marees-noires/#i_23985

TELLURIQUE MILIEU

  • Écrit par 
  • Roger DAJOZ
  •  • 4 881 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les trois principaux domaines »  : […] Domaine des plages littorales. C'est dans le domaine des plages littorales que s'effectue le passage du milieu marin au milieu continental : il y a un raccordement progressif de la nappe phréatique terrestre à la nappe d'infiltration marine. La zone de mélange est d'autant plus près du rivage que le débit de la nappe phréatique est plus grand ; elle s'en rapproche après les pluies et s'en éloigne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-tellurique/#i_23985

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre PINOT, « PLAGES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/plages/