PLAGES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la frontière des terres et des mers, les plages représentent un milieu original, caractérisé à la fois par l'instabilité de son équilibre et par l'attrait qu'il exerce sur l'homme d'aujourd'hui.

Une plage est le versant externe d'une accumulation littorale de sédiments libres (cf. accumulations (géologie) - Accumulations marines ; on pourra également se reporter, pour l'aspect écologique, aux articles littoral maritime, milieu tellurique). Seuls les matériaux que ne lie aucune force d'adsorption, et qui sont instantanément disponibles pour une remise en mouvement, peuvent donc constituer des plages, et celles-ci apparaissent comme des dépôts temporaires d'éléments minéraux en transit entre les terres et les mers, ou le long de leur frontière. Les limites entre lesquelles les particules sédimentaires libres d'une même accumulation vont et viennent sous l'influence de l'agitation de l'eau sont les seules limites de la plage, qui s'étend donc depuis les points les plus hauts qu'atteignent les vagues les plus vigoureuses jusqu'à la profondeur à laquelle les oscillations des plus fortes houles peuvent ramener des particules qu'elles y auraient entraînées.

Les particularités géomorphologiques des plages tiennent essentiellement à l'alternance entre les actions subaériennes et les actions marines ; aussi cet article traitera-t-il d'abord et principalement des régions où cette alternance est le mieux marquée, c'est-à-dire en bordure des mers à marée, le long desquelles les divers phénomènes qui interfèrent sont le plus aisément analysables.

Comme tous les versants, une plage tend vers un profil d'équilibre, c'est-à-dire un profil le long duquel les agents de transport qui exercent leur action à la surface sont impuissants à déplacer les particules. La grande différence avec les versants subaériens façonnés par ruissellement (érosion dite « normale »), c'est qu'ici s'exercent successivement, on pourrait presque dire simultanément, des forces qui tendent à entraîner les sédiments vers le bas et des forces qui tendent à leur faire remonter la pente. Si l'on ajoute à cela que les éléments meubles sont de tailles telles qu'aucune force d'adsorption ne les lie et que la plupart du temps aucune végétation ne les fixe, on concevra qu'un tel équilibre, vers lequel pourtant l'évolution est très rapide, soit très difficile à atteindre et impossible à maintenir durablement.

Aussi est-il plus commode d'envisager d'abord la pente d'équilibre susceptible d'exister à chaque niveau et de chercher ensuite comment les diverses pentes élémentaires s'agencent entre elles pour constituer un profil plus ou moins cohérent, dont on verra qu'il est généralement fait de la coexistence des lambeaux de plusieurs profils d'équilibre, entre lesquels des structures accessoires servent de raccords.

Façonnement de la pente d'équilibre

L'énergie des houles fournit successivement la force qui tend à faire monter le sédiment le long du versant, puis celle qui tend à le faire redescendre. Ces deux forces s'appliquent de façon différente et, de ce fait, sont rarement égales. Selon la taille des matériaux présents en surface, la pente qu'engendre l'action d'une même houle diffère. Les trois principaux facteurs à considérer sont donc la vigueur de la houle à la montée, sa vigueur à la descente et la taille des particules.

L'énergie des houles

L'énergie qui est libérée par les houles à proximité du trait de côte résulte du déferlement ; elle est fonction de la hauteur de la vague, de la vitesse acquise par les particules de la crête de la vague et de la masse de l'eau impliquée dans le déferlement. Cette énergie est consacrée à l'élévation en altitude, le long du versant, d'une partie de cette eau et, accessoirement, d'une partie des sédiments jonchant le versant : c'est le « jet de rive ». L'eau ainsi élevée accumule une énergie potentielle qui est ensuite utilisée pour la redescente, le long du versant ou en percolation, de toute l'eau qui l'a gravi et d'une partie des sédiments superficiels : c'est la « nappe de retour ». L'énergie totale est la même à la montée et à la descente, mais les modalités du déplacement de la masse d'eau sont différentes, de sorte que la taille et la masse des sédiments transportés accessoirement peuvent différer sensiblement entre la montée et la descente. C'est ce qui provoque les déséquilibres du bilan des transports sédimentaires, donc les modifications du profil. Selon que le déferlement se fait à proximité immédiate du trait de côte ins [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Vagues

Vagues
Crédits : Martin Barraud/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Jets de rive des vagues

Jets de rive des vagues
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pente et granulométrie

Pente et granulométrie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Île-Grande : composantes de la grève

Île-Grande : composantes de la grève
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PLAGES  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 920 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Plages adossées »  : […] Les accumulations adossées à un rivage de terre ferme ne peuvent pas sensiblement reculer, ou du moins ce mouvement est très ralenti. Aussi sont-elles assurées d'une plus longue vie que les accumulations, que rien ne soutient par derrière. La disposition du rivage à l'arrière de ces plages dicte en partie leur plan. Aussi distingue-t-on différentes plages : –  Les plages encastrées dans une anse […] Lire la suite

CÔTES, géomorphologie et géographie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 6 699 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'avant-côte »  : […] L'avant-côte, au sens strict, désigne la bande où se déposent les sédiments littoraux : devant une plage de sable, c'est la région sur laquelle s'étendent, vers le bas, les mouvements migratoires alternatifs qui caractérisent la dynamique des plages de sable (selon l'état de la mer, les mêmes particules vont et viennent entre le haut de plage et le bas de l'avant-côte) ; devant une côte rocheuse […] Lire la suite

ÉROSION DU LITTORAL

  • Écrit par 
  • Ywenn DE LA TORRE, 
  • Éric PALVADEAU
  •  • 3 908 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un phénomène global »  : […] Les processus et les formes de l’érosion côtière décrits précédemment conduisent donc à une perte de terrain au profit de la mer. Les plages s’amincissent, les dunes et les falaises reculent, les marais maritimes sont plus souvent ennoyés. Ce phénomène trouvant son origine dans le changement climatique et l’élévation du niveau de la mer, il est constaté sur l’ensemble des littoraux de la planète. […] Lire la suite

LITTORAL MARITIME

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 2 226 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Subdivision du système phytal »  : […] L'action plus ou moins intense de l'éclairement d'origine solaire, d'une part, et de l'humectation, d'autre part, permet, par l'influence que ces deux facteurs ambiants exercent sur la distribution d'un certain nombre d'espèces, d'établir au sein du système phytal une subdivision verticale en étages. L'atténuation graduelle de l'éclairement quand la profondeur croît tend à localiser dans des horiz […] Lire la suite

MARÉES NOIRES

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 7 600 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La lutte à terre »  : […] Les déplacements des nappes d'émulsion en surface sont provoqués par les courants marins, qui entraînent les nappes dans leur direction et à leur vitesse propre, et par les vents, qui poussent les nappes dans leur direction, mais avec une vitesse de 3 p. 100 seulement de leur vitesse propre. Courants et vents combinent donc leur action et les nappes se déplacent selon la résultante de ces deux fo […] Lire la suite

TELLURIQUE MILIEU

  • Écrit par 
  • Roger DAJOZ
  •  • 4 886 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les trois principaux domaines »  : […] Domaine des plages littorales. C'est dans le domaine des plages littorales que s'effectue le passage du milieu marin au milieu continental : il y a un raccordement progressif de la nappe phréatique terrestre à la nappe d'infiltration marine. La zone de mélange est d'autant plus près du rivage que le débit de la nappe phréatique est plus grand ; elle s'en rapproche après les pluies et s'en éloigne […] Lire la suite

TOURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 14 746 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les plaisirs du rivage »  : […] Le succès durable des littoraux tient dans le renouvellement et la diversification des pratiques qui s’y sont déployées. Le « désir du rivage », pour reprendre la formule de l’historien Alain Corbin (1988), qui s’empare de l’Occident au xviii e  siècle, repose sur la contemplation du spectacle nautique, sur la jouissance de la respiration de la mer, sur le sentiment d’échapper à l’atmosphère vicié […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

16 mai - 21 juin 2022 France. Autorisation controversée du burkini à Grenoble.

En août 2016, le Conseil d’État avait censuré plusieurs arrêtés municipaux qui interdisaient le port du burkini sur les plages. Le 23, le préfet de l’Isère dépose un « déféré laïcité » devant le tribunal administratif contre la délibération du conseil municipal « dont l’objectif manifeste est de céder [à des] revendications communautaristes à visées religieuses » en violation de la loi de 1905 et de celle d’août 2021 « confortant le respect des principes de la République ». […] Lire la suite

24 novembre - 17 décembre 2021 France – Royaume-Uni. Mort d'au moins vingt-sept migrants dans la Manche.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson estime que « les opérations menées par [les Français] sur les plages, soutenues par les 54 millions de livres sterling [64 millions d’euros] d’argent britannique, n’ont pas été suffisantes ». De son côté, le président français Emmanuel Macron déclare attendre des Britanniques « qu’ils coopèrent pleinement et qu’ils s’abstiennent d’instrumentaliser une situation dramatique à des fins politiques ». […] Lire la suite

4-28 mai 2020 Royaume-Uni. Présentation du dispositif de déconfinement.

Les parcs, les terrains de sport et les plages seront rouverts. Les salariés qui ne peuvent travailler depuis leur domicile seront invités à regagner leur poste. Le 1er juin, ce sera au tour des magasins non alimentaires, des crèches et des écoles primaires de rouvrir. « Au plus tôt en juillet », les restaurants disposant de terrasses, les cinémas et une partie du secteur de l’hôtellerie reprendront leurs activités dans le respect des règles de distanciation physique. […] Lire la suite

4-18 mai 2020 Italie. Mise en œuvre du déconfinement.

Les attestations de déplacement ne sont plus nécessaires, les commerces, les restaurants, les musées et les plages rouvrent, les rassemblements à l’intérieur sont de nouveau autorisés, dans le respect des consignes de sécurité. Les salles de sport et les piscines doivent rouvrir le 25 et les cinémas et théâtres le 15 juin. À la fin du mois, la Covid-19 aura causé plus de trente-trois mille quatre cents morts dans le pays. […] Lire la suite

13-28 avril 2020 Espagne. Présentation du plan de déconfinement.

Les écoles ne rouvriront pas avant septembre et les plages ne seront pas accessibles avant le courant du mois de juin. Le bilan humain de la Covid-19 s’élèvera à plus de vingt-quatre mille cinq cents morts à la fin du mois. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre PINOT, « PLAGES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/plages/