MANGROVES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Mangrove

Mangrove
Crédits : E. Daniels/ Shutterstock

photographie

Rameaux formés par une racine-échasse

Rameaux formés par une racine-échasse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Pédologie

La mangrove dans son ensemble est liée à la zone haute de l'estran. Chaque espèce de palétuvier se répartit préférentiellement sur une bande de terrain de part et d'autre d'une courbe de niveau bien déterminée. L'altitude de la courbe définit la fréquence, la durée et la profondeur des immersions par les marées. Ces paramètres régissent, à leur tour, la saturation du sol en eau, la salinité de l'eau interstitielle, le potentiel redox, etc.

La mangrove colonise des sols très divers : rocheux, caillouteux, vaseux, pourvu que l'agitation de l'eau ne soit pas excessive. Dans les estuaires et les deltas, elle s'installe sur les bancs sableux ou vaseux et les consolide contre l'érosion (cette observation n'est pas absolument générale). Surtout, elle crée en son centre une zone de calme, où les vagues sont complètement « étouffées ». Une sédimentation de particules beaucoup plus fines est alors possible, par laquelle le niveau du sol pourra s'élever au niveau des plus hautes mers. Cet ensemble de sédiments très fins et de végétaux devient très résistant à l'érosion.

Dans les sols des mangroves bien développées, la réduction bactérienne du sulfate de l'eau de mer crée des conditions fortement réductrices. Le milieu s'enrichit en H2S, FeS, FeS2 (sous l'aspect de pyrite mûriforme). L'émersion et le dessèchement ultérieurs d'un tel sol provoquent l'oxydation de ces sulfates et l'acidité peut devenir très importante, ce qui rend délicate l'implantation de polders malgré la richesse potentielle d'une partie de ces sols. Dans les mangroves installées de longue date, le sol occupé successivement par plusieurs générations de palétuviers devient une sorte de tourbe très peu fertile.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MANGROVES  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 908 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  Accumulations vaseuses littorales »  : […] Bien différentes des plages et des cordons sont les accumulations vaseuses : elles se caractérisent par la présence, dans le sédiment, d'une fraction fine suffisamment abondante pour assurer la cohésion de l'ensemble, de sorte que les particules ne peuvent répondre individuellement aux sollicitations des houles ou des courants, aussi longtemps que le sédiment n'a pas été dissocié. Ces particules […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accumulations-geologie-accumulations-marines/#i_25890

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « La forêt dense humide »  : […] Elle couvre les régions équatoriales où la pluviosité est à la fois forte (plus de 1 200 mm par an) et bien répartie (moins de trois mois secs, c'est-à-dire recevant moins de 100 mm de pluies). Des facteurs orographiques ou édaphiques peuvent localement en étendre ou en limiter l'extension. La forêt dense humide, dite aussi ombrophile, ou sempervirente (on évite aujourd'hui l'expression « forê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-structure-et-milieu-geographie-generale/#i_25890

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 833 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les formations végétales »  : […] Le sous-continent indien et l'Asie du Sud-Est présentent les habituelles formations spécifiques des pays tropicaux : forêt dense sempervirente, hygrophile, mésophile ou décidue (tropophile), forêt claire, brousse à épineux, mangrove littorale, forêts d'altitude. Forêts sempervirentes et forêts claires sont plus importantes en Asie du Sud-Est, plus humide ; forêts denses décidues et forêts d'épine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-structure-et-milieu-geographie-physique/#i_25890

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 216 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Influences édaphiques »  : […] L' action du sol s'exerce à l'échelon local, parfois régional et joue un grand rôle dans la productivité forestière : la vitesse de croissance, la résistance aux maladies, la présence même d'une espèce donnée, sous un climat donné, en dépendent (tabl. 2 et 3 ). La teneur en eau est un facteur important ; il existe généralement une végétation particulièr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-la-foret-un-milieu-naturel-riche-et-diversifie/#i_25890

MARAIS & VASIÈRES

  • Écrit par 
  • Fernand VERGER
  •  • 3 091 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les vasières littorales »  : […] Les vasières constituent le milieu de formation des marais maritimes sur les rivages des mers à marée. Elles sont faites de dépôts fins, argileux, plus ou moins calcaires. Tantôt l'essentiel des sédiments provient des fleuves comme dans la baie de Chesapeake, aux États-Unis, tantôt la majeure partie est fournie par les fonds marins proches comme c'est vraisemblablement le cas pour la mer des Wadd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marais-et-vasieres/#i_25890

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges MANGENOT, Henri TERMIER, Geneviève TERMIER, Frédéric BALTZER, « MANGROVES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mangroves/