MALAISIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielMalaisie (MY)
Chef de l'ÉtatTengku Abdullah Shah (depuis le 31 janvier 2019)
Chef du gouvernementIsmail Sabri Yaakob (depuis le 21 août 2021)
CapitaleKuala Lumpur 2
Note : La ville accueille le premier palais royal et les deux chambres législatives.
Centre administratifPutrajaya 3
Note : La ville accueille le second palais royal, les bureaux du gouvernement et la Cour suprême
Langue officiellemalais
Unité monétaireringgit (MYR)
Population32 779 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)330 241

Histoire

Un relais entre deux mers

Les fouilles ont révélé divers outillages paléolithiques (près de la rivière Perak), mésolithiques et néolithiques, que l'on pense avoir été laissés par des vagues successives de populations venues du Nord. Les derniers arrivés auraient apporté, vers le début de l'ère chrétienne, les quelques tambours de bronze qui prouvent l'existence de contacts avec la civilisation dite de « Dongson ».

De rares inscriptions en sanskrit, plusieurs petits bronzes, dont certains d'une belle facture, et surtout le temple hindouiste (chandi) récemment exhumé à Bukit Batu Pahat, dans l'État de Kedah (xie s. ?) sont les témoignages, assez pauvres, si on les compare à ceux qu'ont livrés le Cambodge et Java, d'une « indianisation » dont il est difficile de préciser les phases et les modalités. Enfin, les textes chinois, étudiés à nouveau par P. Weathley, constituent une source essentielle ; grâce à eux, on connaît, à partir du iiie siècle, le nom de plusieurs petits États, très vraisemblablement situés en péninsule, tels ceux de Tun-sun, Chi-tu (« terre rouge ») ou encore Lang-jia-su (Lankasuka). Il existait donc déjà des contacts non seulement avec l'Inde, mais encore avec la Chine.

Ces indices, étalés sur plus de dix siècles, ont donné lieu à de multiples interprétations. On a pensé que les Indiens, ainsi que les marchands des pays voisins (Fu-nan), étaient attirés par l'or de la région. Serait-ce l'origine du nom de « Chersonèse d'or » donné à la péninsule dans la Géographie de Ptolémée ? La double inscription dite de Ligor (actuellement Nakhon Si Thammarat, en territoire siamois) a permis d'inférer que l'empire sumatranais de Śrī Wijaya avait exercé son autorité sur tout ou partie de l'isthme. Par contre, certains problèmes fondamentaux, comme celui de l'origine de la riziculture irriguée, restent toujours sans réponse. Est-elle venue de Java ou bien fut-elle importée par le nord ?

Malacca, emporium de l'Asie (xve s.)

Stimulé à la fois par la politique des premiers empereurs Ming et par la création d'un État musulman dans le golfe de Cambaye (1411), le grand commerce maritime allait connaître de nouveaux développements. Ce fut, semble-t-il, un prince de Palembang qui, voulant fuir l'autorité du royaume de Modjopahit à Java, chercha sur la côte sud de la péninsule un havre pour s'établir et choisit d'abord Tumasik, proche du site de la future ville de Singapour, puis Muar, et enfin Malaka (Malacca).

La ville, fondée vers le début du xve siècle, devint bientôt un important carrefour cosmopolite et joua le rôle qu'avait eu Pasai (nord de Sumatra) au siècle précédent. Les premiers souverains de Malacca cherchèrent l'appui de la Chine, pour se dégager de la suzeraineté du Siam, et la venue des grandes flottes de l'eunuque Zheng He aidèrent au succès du nouveau port. Dès 1419, le prince se convertissait à l'islam et le sultanat atteignait son apogée sous Mansur Shah (1459-1477) et sous Ala ud-Din Riayat Shah (1477-1488).

La ville et ses activités sont assez bien connues par le récit du Portugais Tomé Pires (Suma oriental, rédigé vers 1520). C'était avant tout un centre de commerce dont l'animation se concentrait à l'embouchure de la rivière qu'enjambait un grand pont de bois portant des boutiques. Chaque nationalité occupait un quartier particulier, sous la responsabilité d'un shahbandar, ou « chef de port », généralement élu. Les deux principaux quartiers étaient Upeh, au nord, et Ilir, « en aval » de la rivière, où les Javanais, notamment, entreposaient le riz qu'ils importaient. Certains gros marchands de Coromandel possédaient, outre leur maison de ville, des villas de plaisance avec jardins et grand nombre d'esclaves. Il se développa à cette époque une culture raffinée qu'évoquera par la suite plus d'une œuvre littéraire, tels Sejarah melayu (Annales malaises) et Hikayat Hang Tuah (Le Roman de Hang Tuah) au xviiie siècle.

En 1511, date traditionnellement considérée comme charnière, Malacca passe aux mains des Portugais d'Albuquerque ; François Xavier prêchera dans l'église Saint-Paul, édifiée sur le site probable de l'ancien palais des sultans. Ce changement n'eut cependant pas, pour le commerce malais, les conséquences catastrophiques que l'on imagine parfois. Enfermés derrière les murs de leur forteresse (a Famosa), les nouveaux venus durent rester sur la défensive, et le commerce musulman émigra vers d'autres rades, en particulier celle d'Atjeh, au nord de Sumatra. Quant au dernier sultan de Malaka, il alla s'établir à Johor, au sud de la péninsule, où il créa une nouvelle cour, non moins magnifique.

L'essor des sultanats (xvie-xviiie s.)

Les populations malaises de Sumatra, qui, peut-être dès l'époque de Śrī Wijaya (viiie s.) et à coup sûr au xve siècle, avaient passé le détroit par petits groupes pour venir s'installer en péninsule, continuent d'affluer, toujours plus nombreuses. Une de ces migrations est relativement bien connue, celle des Minangkabau qui, partis du centre de l'île, suivirent les vallées du Siak et du Batang Hari, traversèrent le détroit et se fixèrent au nord de Malaka, dans la région de Negri Sembilan, « les neuf pays ». Une étude ethnologique de P. E. de Josselin de Jong a permis de retrouver chez eux certains traits caractéristiques de la société minangkabau : matriarcat, élection d'un chef suprême par ses pairs (yang dipertuan besar). Le terme même de malayu, qui a donné le mot « malais », semble avoir été à l'origine le nom de la région de Djambi, un des ports de Sumatra d'où les émigrants s'embarquaient.

C'est ainsi qu'apparurent, à partir du xvie siècle, plusieurs sultanats dont la religion était, comme à Sumatra et à Malaka, l'islam, mais dont certaines traditions remontaient à un lointain passé « indianisé ». Sur la côte occidentale se formèrent, outre Johor et Negri Sembilan, les États de Perak et de Kedah ; sur la côte orientale, Pahang, puis Terengganu et Kelantan. Leurs ressources essentielles venaient de champs défrichés et pris sur la forêt naguère vierge ; mais ils exploitaient aussi certains produits d'exportation, comme l'étain, à Perak, ou le poivre, à Kedah.

Les rivalités, économiques ou dynastiques, étaient fréquentes entre ces multiples États. La lutte s'engagea d'une part entre Atjeh et Johor, d'autre part entre Atjeh et les Portugais. Il y eut de nombreuses expéditions atjihaises, toutes sans succès, contre Malaka, la dernière datant de 1629. Vers le milieu du xviie siècle, les conditions changent : Atjeh perd de son agressivité, Malaka passe aux mains des Hollandais (1641). Pourtant, les Européens ne contrôlent guère mieux le commerce du détroit qui, tout au long du xviiie siècle, sera l'enjeu d'une [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 26 pages

Médias de l’article

Malaisie : carte physique

Malaisie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Malaisie : drapeau

Malaisie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Kuala Terengganu

Kuala Terengganu
Crédits : N. Cirani/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Parc de Gunung Mulu (Malaisie)

Parc de Gunung Mulu (Malaisie)
Crédits : Glen Allison/ Getty Images

photographie

Afficher les 15 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès lettres (histoire), historien, professeur (relations internationales)
  • : maitre de conférences à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  MALAISIE  » est également traité dans :

MALAISIE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ASEAN (Association of South East Asian Nations) ou ANSEA (Association des nations du Sud-Est asiatique)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 225 mots

Organisation internationale fondée en août 1967 par l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande pour remplacer l'Association de l'Asie du Sud-Est (A.S.A.), l'Association des nations du Sud-Est asiatique vise à coordonner l'action de gouvernements hostiles à la remise en cause du statu quo politique en Asie du Sud-Est. Ses principaux objectifs comprennent : l'élimination d […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le « pseudo-socle de la Sonde » »  : […] L'ensemble de la péninsule indochinoise, y compris le Tenasserim et le plateau Shan, ainsi que Bornéo et la plate-forme sous-marine de la Sonde, appartiennent à une zone consolidée. Nous avons proposé de l'appeler « pseudo-socle ». En effet, les terrains cristallins, consolidés avant le Précambrien, n'occupent ici qu'une place peu importante : il s'agit du massif du Ngoc Anh (sud du Vietnam), for […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'enjeu des grandes voies de communications internationales »  : […] L'intégration économique, et donc spatiale, des pays asiatiques entre eux rend cruciale la question des voies de communications internationales. Outre les aéroports internationaux construits dans les grandes métropoles et dont le trafic est en augmentation constante, trois espaces sont éminemment stratégiques : les détroits de Malacca et d'Insulinde, le Moyen-Orient, le centre sino-indien et tibét […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Diversité des organisations territoriales »  : […] L'opposition plaine-montagne est un des principes structurants des territoires et des sociétés de l'Asie du Sud-Est continentale, par-delà les différences entre aire d'influence culturelle chinoise et indienne de part et d'autre de la cordillère annamitique, ou entre États-nations. Les plaines alluviales et, pour le Vietnam, littorales sont les plus densément peuplées, par les populations ethnique […] Lire la suite

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - La formation des États indianisés

  • Écrit par 
  • Janice STARGARDT
  •  • 4 710 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le commerce ancien »  : […] Avant 1968, on disposait de très peu de données archéologiques spécifiques sur le commerce ancien dans la région. Les efforts considérables de Malleret pour établir une documentation complète concernant les pièces de monnaie, l'orfèvrerie et les perles provenant d' Oc-èo et de son voisinage et pour esquisser leur répartition au Sud-Est asiatique ont fourni un premier aperçu de l'existence d'un vas […] Lire la suite

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - Préhistoire et protohistoire

  • Écrit par 
  • Helmut LOOFS-WISSOWA
  •  • 3 590 mots
  •  • 2 médias

Nous assistons actuellement à une véritable révolution de la recherche préhistorique et protohistorique en Asie du Sud-Est. Les connaissances accumulées pendant plus d'un demi-siècle par le travail patient d'une poignée de chercheurs européens ou américains sont remises en question pour être remplacées par de nouvelles hypothèses élaborées surtout par une nouvelle génération d'archéologues sud-est […] Lire la suite

AUSTRONÉSIENS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul LATOUCHE
  •  • 915 mots

Pris dans un sens strict, les Austronésiens forment un groupe ethnolinguistique considérable dispersé de Madagascar aux îles Hawaii et recouvrant la totalité de l'Indonésie, de la Malaisie et des Philippines, la quasi-totalité de la Mélanésie et de Formose, et enfin la Micronésie et la Polynésie. Entité essentiellement linguistique, cet ensemble exclut les populations autochtones de l'Australie et […] Lire la suite

BORNÉO ÎLE DE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 133 mots
  •  • 4 médias

Une des plus grandes îles du monde, Bornéo est située à l’est de la péninsule malaise, dans les grandes îles de la Sonde. Elle est baignée par la mer de Chine méridionale au nord-ouest et, en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre, par la mer de Sulu, la mer de Célèbes, le détroit de Macassar et la mer de Java. Kalimantan, qui couvre les trois quarts de l’île, appartient à l’Indonésie […] Lire la suite

BRUNEI

  • Écrit par 
  • Françoise CAYRAC-BLANCHARD, 
  • Universalis
  •  • 3 064 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Montée du nationalisme et rébellion de 1962 »  : […] L'accession à l'indépendance des pays voisins ne pouvait laisser Brunei indifférent. Le sultan Omar Ali Saifuddin III, monté sur le trône en 1950, prend les devants en annonçant en 1953 un projet de constitution et en organisant des conseils de district, nommés il est vrai. Mais en janvier 1956 se crée un grand parti nationaliste, le Parti du peuple de Brunei (P.P.B.), sous l'égide de A. M. Azahar […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

16-20 août 2021 Malaisie. Retour au pouvoir de l'Organisation nationale unifiée des Malais.

Le 16, le Premier ministre Muhyiddin Yassin annonce sa démission. Il avait été nommé en mars 2020 à la suite de l’éclatement de la coalition conduite par son prédécesseur Mahathir Mohamad. Muhyiddin Yassin, qui avait repoussé la tenue des élections en imposant un état d’urgence justifié par l’épidémie de Covid-19, avait perdu le soutien de l’Organisation […] Lire la suite

15 novembre 2020 Asie. Signature d'un accord de libre-échange entre quinze États d'Asie et du Pacifique.

Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam). L’Inde en est absente. Ces pays représentent environ 30 p. 100 du PIB mondial. En janvier 2017, le président américain Donald Trump avait retiré son pays du projet de Partenariat transpacifique (TPP) initié par son prédécesseur Barack Obama, qui visait à établir une zone de libre-échange entre  […] Lire la suite

28 juillet 2020 Malaisie. Condamnation de l'ancien Premier ministre Najib Razak.

La Haute Cour de Kuala Lumpur condamne l’ancien Premier ministre Najib Razak à douze ans de prison pour corruption, blanchiment d’argent et abus de pouvoir, ainsi qu’à une amende de 210 millions de ringgit (42 millions d’euros). Celui-ci est impliqué dans le détournement de 42 millions de ringgit (8,4 millions d’euros) d’une filiale du fonds souverain […] Lire la suite

24 février - 1er mars 2020 Malaisie. Démission du Premier ministre Mahathir Mohamad.

Malaisie. Cette décision résulte de l’éclatement de la coalition au pouvoir, dû au projet de certains de ses membres de renverser le gouvernement et d’en former un nouveau, avec l’appui de l’Organisation nationale unifiée des Malais (UMNO), principale formation de l’opposition. L’opération vise à empêcher l’ancien vice-Premier ministre Anwar Ibrahim […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DEVILLERS, Nathalie FAU, Denys LOMBARD, « MALAISIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/malaisie/