Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MALAISIE ET INDONÉSIE, langues et littératures

L'évolution à la fois linguistique et historique fait qu'il est impossible de distinguer, avant le xxe siècle, entre une littérature de Malaisie et une littérature d'Indonésie. La séparation politique, conséquence du fait colonial, n'est intervenue que tardivement, et ses effets culturels, d'ailleurs limités, n'ont guère pu jouer avant la seconde moitié du xixe siècle. Pour les périodes plus anciennes, il faut donc distinguer deux grandes littératures, correspondant chacune à une aire géographique et à une langue déterminées : d'une part, la littérature javanaise, qui fleurit dans les cours successives de l'île de Java ; elle n'apparaît guère pour nous avant le xiie siècle et atteint trois sommets, au xive, au xvie, puis au xviiie siècle ; d'autre part, la littérature malaise, qui se développe surtout dans les cours islamisées du nord de Sumatra et de la péninsule malaise (et de là gagne les autres ports de l'Archipel) ; apparue sans doute dès le xve siècle, avec le premier grand mouvement d'islamisation, elle atteint son apogée au xviie siècle, mais se poursuit jusqu'au xixe siècle.

Reprenant ensuite, pour le xxe siècle, les divisions politiques, on évoquera d'abord la littérature indonésienne, qui fleurit surtout à Batavia (aujourd'hui Jakarta), dans une langue, l'indonésien, qui n'est en fait que l'état récent de ce qu'on appelait auparavant le malais, puis, brièvement, la littérature qui s'est développée parallèlement à Singapour et à Kuala Lumpur.

Les langues

Le groupe « nousantarien »

Quoique très différentes entre elles, les langues parlées dans ce qu'il est convenu d'appeler « le monde malais » (archipel insulindien, péninsule malaise et Philippines) présentent assez d'analogies, au point de vue de la structure et du vocabulaire, pour que les linguistes en aient fait un seul groupe au sein de la grande famille austronésienne ; ce groupe, parfois qualifié d'« indonésien », peut l'être aussi de « nousantarien » (de nusantara, « archipel », en malais) ; le malgache de Madagascar en fait également partie. Polysyllabiques et monotonales, les langues nousantariennes se distinguent nettement des langues à tons d'Indochine (tibéto-birman, parlers thaï), ainsi que des parlers môn-khmers ; certains parlers nousantariens sont encore vivants chez quelques populations résiduelles du continent (radé, jörai, cham). À l'est, la frontière est assez nette avec les parlers mélanésiens (généralement considérés comme austronésiens, au même titre que les parlers nousantariens et polynésiens) ; ceux-ci occupent d'ailleurs une partie du territoire de la République d'Indonésie : nord de l'île de Halmahera et Irian (Nouvelle-Guinée).

En Indonésie même, la situation linguistique paraît à première vue très complexe (cf. carte des langues in Atlas van Tropisch Nederland, Batavia-Amsterdam, 1938), et certains auteurs sont allés jusqu'à parler de « trois cents langues différentes » ; il ne s'agit en réalité que d'une vingtaine de langues principales, dont il existe bien sûr d'assez nombreuses variétés dialectales.

À Sumatra, on trouve : dans l'extrême Nord en pays Acéh, l'acihais, qui témoigne d'une certaine tendance au monosyllabisme et qu'on a voulu (H. K. J. Cowan) rapprocher du cham, parlé en Indochine ; plus au sud, autour du lac Toba, le groupe batak, qui se subdivise en quatre parlers principaux ; dans l'Ouest (arrière-pays de Padang), le minangkabau  ; dans le Sud, les parlers lampunget rejang  ; sur les côtes, et, plus particulièrement, dans l'est de l'île, le malais, très voisin de celui de la péninsule malaise (migrations nombreuses à travers le détroit).

À Java, on trouve :[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer cet article

Denys LOMBARD. MALAISIE ET INDONÉSIE, langues et littératures [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANANTA TOER PRAMOEDYA (1925-2006)

    • Écrit par Etienne NAVEAU
    • 847 mots

    Romancier, essayiste et biographe, auteur d'une œuvre largement diffusée et traduite, Pramoedya Ananta Toer (dit Pram) est sans conteste la figure la plus marquante de la littérature indonésienne du xxe siècle. Né en 1925 à Blora, ville située sur la côte nord de Java, Pram prit part...

  • BOUGI ou BUGI

    • Écrit par Yvan BARBÉ
    • 460 mots

    Population numériquement la plus importante de la péninsule septentrionale de Célèbes (Sulawesi) en Indonésie, les Bougi étaient environ 3,5 millions dans les années 1990. Cette ethnie fut, avec les Makassar, parmi les premières populations malaises à se convertir au bouddhisme et à faire leurs...

  • ÉPOPÉE

    • Écrit par Emmanuèle BAUMGARTNER, Maria COUROUCLI, Jocelyne FERNANDEZ, Pierre-Sylvain FILLIOZAT, Altan GOKALP, Roberte Nicole HAMAYON, François MACÉ, Nicole REVEL, Christiane SEYDOU
    • 11 781 mots
    • 7 médias
    ...Kampuchéa. Au xe siècle, on connaît une version en kawi d'un des livres de cette épopée : Bishmaparvan. Il y a d'autres versions attestées au Siam et en vieuxmalais ainsi qu'en Birmanie et au Tibet. De nombreuses compositions littéraires et des épisodes entiers en sont dérivés.
  • INDONÉSIE - Histoire

    • Écrit par Denys LOMBARD
    • 10 658 mots
    • 7 médias
    ...Dans ces ports nouvellement créés, où confluaient les nationalités les plus diverses, la nécessité d'une langue d'échanges se fit bientôt sentir ; le malais put de ce fait acquérir la place prépondérante qui est la sienne à présent. Dans les creusets linguistiques que formaient tous ces carrefours commerciaux,...
  • Afficher les 7 références

Voir aussi