MALAISIE ET INDONÉSIE, langues et littératures

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La littérature moderne en péninsule malaise

Le « renouveau » est ici assez ancien ; il date des efforts de Abdullah bin Abdul Kadir, surnommé munci (c'est-à-dire « le maître de langue »), un Malais de descendance à la fois arabe et indienne, qui fut le secrétaire de T. S. Raffles, le fondateur de Singapour (il mourut en 1854, en accomplissant le pèlerinage de La Mekke) ; il chercha à « illustrer » la langue malaise, en éditant une version du Sejarah Melayu, en établissant une traduction du Pañchatantra tamoul, et surtout en rédigeant ses Mémoires (Hikayat Abdullah) qui fourmillent de détails savoureux sur ses maîtres britanniques, ainsi que des récits de voyage à Kelantan (Pelayaran Abdullah) et à La Mekke.

Dès les dernières décennies du xixe siècle, on assiste à l'essor d'une presse en malais (en caractères arabes) sous l'impulsion de plusieurs personnalités musulmanes, dont le célèbre Syed Sheikh bin Ahmad al-Hadi (1867-1934). Comme en Indonésie, l'occupation japonaise accélère la prise de conscience (Congrès des journalistes sumatranais et malais, en 1942, et diffusion des poèmes de Masuri S. N., qui chante la Grande Asie orientale). Après 1945, Singapour va être pour un temps le centre des activités littéraires ; c'est là que se regroupe la « génération des écrivains de 1950 » (Asas 50), sous la direction de Abdul Samad Ismail. Kuala Lumpur ne jouera un rôle important qu'après l'indépendance (1957). Au point de vue des œuvres, il faut signaler le développement de la poésie, de la nouvelle (cerpen), et surtout le succès du roman (novel) ; parmi les principaux auteurs : Haji Zainal Abidin bin Ahmad (qui signe « Za'aba »), A. Lutfi Hamzah, Hassan Ali, A. Samad Said, dont le roman fleuve Salina (495 p.) dépeint la misère dans un quartier de Singapour, Shahnon Ahmad dont les romans peignent la vie des paysans malais. À signaler que tous les auteurs malaysiens n'écrivent pas en malais et que plusieurs s'expriment en anglais, en tamoul ou en chinois.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  MALAISIE ET INDONÉSIE, langues et littératures  » est également traité dans :

ANANTA TOER PRAMOEDYA (1925-2006)

  • Écrit par 
  • Etienne NAVEAU
  •  • 850 mots

Romancier, essayiste et biographe, auteur d'une œuvre largement diffusée et traduite, Pramoedya Ananta Toer (dit Pram) est sans conteste la figure la plus marquante de la littérature indonésienne du xx e  siècle. Né en 1925 à Blora, ville située sur la côte nord de Java, Pram prit part à la lutte pour l'indépendance de son pays et fut incarcéré p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pramoedya-ananta-toer/#i_9512

BOUGI ou BUGI

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 461 mots

Population numériquement la plus importante de la péninsule septentrionale de Célèbes (Sulawesi) en Indonésie, les Bougi étaient environ 3,5 millions dans les années 1990. Cette ethnie fut, avec les Makassar, parmi les premières populations malaises à se convertir au bouddhisme et à faire leurs les coutumes de l'Inde ; toutes deux empruntèrent en particulier une organisation nettement stratifiée — […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bougi-bugi/#i_9512

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les influences chinoise et indienne »  : […] Plusieurs familles linguistiques s'imbriquent de la manière la plus complexe sur le continent. La péninsule est le lieu où les familles tibéto-birmane, karen, sino-tibétaine, miao-yao, thaï-kadaï, austro-asiatique et austronésienne se jouxtent dans l'espace et le temps, tandis que la situation est plus homogène dans les archipels, avec la famille austronésienne. Sur les populations animistes dite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epopee/#i_9512

INDONÉSIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Denys LOMBARD
  •  • 10 678 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Marchands des ports, cosmopolitisme »  : […] D'un type très différent et pour ainsi dire opposé, les États marchands qui se sont constitués au xvi e et au xvii e  siècle sur les rives de l'archipel sont des comptoirs tournés vers l'extérieur, presque sans arrière-pays, des villes pratiquement nouvelles, qui poussent sur des sites naguère in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indonesie-histoire/#i_9512

KARTINI RADÉN ADJENG (1879-1904)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 394 mots

Héroïne nationale javanaise, Radén Adjeng Katini naît le 21 avril 1879 à Majong (Java, auj. Indonésie) et meurt le 17 septembre 1904 à Rembang (Java). Fille d'un aristocrate javanais, gouverneur du district de Japara pour l'administration coloniale néerlandaise, Radén Adjeng Kartini a la rare opportunité de fréquenter une école néerlandaise. Elle y fait connaissance avec les idées occidentales to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raden-adjeng-kartini/#i_9512

OCÉANIE - Les langues

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RIVIERRE
  •  • 2 542 mots

Les langues d'Océanie ne sont pour l'essentiel que la subdivision orientale de l'ensemble linguistique le plus étendu à la surface du globe : l' austronésien (AN). L'austronésien-nord est représenté par Taiwan, l'austronésien-ouest regroupe le malais, les langues des Philippines, de Madagascar et la plupart des langues d'Indonésie. L'originalité la plus évidente de la famille océanienne est son e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-les-langues/#i_9512

PHILIPPINES

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • William GUÉRAICHE, 
  • Lucila V. HOSILLOS, 
  • Jean-Louis VESLOT
  • , Universalis
  •  • 21 391 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Formes primitives »  : […] Les premières manifestations de la littérature philippine sont des réactions émotionnelles très élémentaires à des expériences individuelles et collectives. Vers rituels, poèmes lyriques, drames, épopées doivent leur vigueur toute primitive à leur forme fruste, leurs effets lyriques à la spontanéité et à la simplicité de l'expression, et leur réalisme à une relation intime avec le milieu, les phé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippines/#i_9512

Voir aussi

Pour citer l’article

Denys LOMBARD, « MALAISIE ET INDONÉSIE, langues et littératures », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/malaisie-et-indonesie-langues-et-litteratures/