MALAISIE ET INDONÉSIE, langues et littératures

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La littérature javanaise

L'état le plus ancien de la langue javanaise est connu par des textes épigraphiques, notés sur pierre ou sur plaques de cuivre, dans des variétés d'écritures dérivées de modèles indiens ; il s'agit surtout de textes législatifs (chartes de donation), datant du ixe au xve siècle. Les textes littéraires nous ont été conservés par des manuscrits notés sur lontar (feuilles de palmier à sucre), dans des écritures dérivées des écritures épigraphiques (plus rarement dans une écriture adaptée de l'arabe, dite pégon) ; mais les manuscrits dont on dispose actuellement ne sont guère antérieurs au xviiie siècle et, comme les textes ne sont datés qu'exceptionnellement, la chronologie est assez difficile à établir ; on s'accorde néanmoins pour distinguer quatre époques principales.

Époque ancienne (Xe-XVe s.)

À part quelques textes rédigés à l'époque des premiers royaumes de Java central (version en vers du Rāmāyaṇa, xe s. ?), le gros de la production date des époques de Kaḍiri, de Singasari et de Mojopahit ; l'influence des modèles indiens, surtout nette au début, s'atténue à partir de la fin du xive siècle (résurgence du fonds autochtone). Beaucoup d'œuvres sont en vers (on les appelle kakawin) et rédigées selon des principes prosodiques indiens (succession calculée de longues et de brèves) ; la langue javanaise proprement dite ne tient pas compte de la longueur des voyelles, mais elle se charge alors de très nombreux emprunts sanskrits (on donne le nom de kawi à cette variété un peu spéciale de javanais poétique).

Parmi les principaux kakawin (probablement destinés à être récités à haute voix), il faut signaler l'Arjunawiwāha, ou Mariage d'Arjuna (par Mpu Kanwa, poète à la cour de Erlangga, xie s.), le Bhāratayuddha (inspiré du Mahābhārata, daté de 1157), le Bhoma Kāwya, le Hariwaṃśa, le Brahmāṇḍa Purāṇa. Le plus célèbre est sans doute le Nāgarakěrtāgama, dont un manuscrit unique fut retrouvé à Lombok à la fin du xixe siècle ; rédigé par le poète Prapañca en 1365, le texte se présente comme un panégyrique du souvera [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  MALAISIE ET INDONÉSIE, langues et littératures  » est également traité dans :

ANANTA TOER PRAMOEDYA (1925-2006)

  • Écrit par 
  • Etienne NAVEAU
  •  • 850 mots

Romancier, essayiste et biographe, auteur d'une œuvre largement diffusée et traduite, Pramoedya Ananta Toer (dit Pram) est sans conteste la figure la plus marquante de la littérature indonésienne du xx e  siècle. Né en 1925 à Blora, ville située sur la côte nord de Java, Pram prit part à la lutte pour l'indépendance de son pays et fut incarcéré pendant près de trois années par les autorités colon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pramoedya-ananta-toer/#i_9512

BOUGI ou BUGI

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 461 mots

Population numériquement la plus importante de la péninsule septentrionale de Célèbes (Sulawesi) en Indonésie, les Bougi étaient environ 3,5 millions dans les années 1990. Cette ethnie fut, avec les Makassar, parmi les premières populations malaises à se convertir au bouddhisme et à faire leurs les coutumes de l'Inde ; toutes deux empruntèrent en particulier une organisation nettement stratifiée — […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bougi-bugi/#i_9512

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les influences chinoise et indienne »  : […] Plusieurs familles linguistiques s'imbriquent de la manière la plus complexe sur le continent. La péninsule est le lieu où les familles tibéto-birmane, karen, sino-tibétaine, miao-yao, thaï-kadaï, austro-asiatique et austronésienne se jouxtent dans l'espace et le temps, tandis que la situation est plus homogène dans les archipels, avec la famille austronésienne. Sur les populations animistes dite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epopee/#i_9512

INDONÉSIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Denys LOMBARD
  •  • 10 678 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Marchands des ports, cosmopolitisme »  : […] D'un type très différent et pour ainsi dire opposé, les États marchands qui se sont constitués au xvi e et au xvii e  siècle sur les rives de l'archipel sont des comptoirs tournés vers l'extérieur, presque sans arrière-pays, des villes pratiquement nouvelles, qui poussent sur des sites naguère inconnus. La vague d'urbanisation qui caractérise ces deux siècles est à rapprocher du mouvement qui, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indonesie-histoire/#i_9512

KARTINI RADÉN ADJENG (1879-1904)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 394 mots

Héroïne nationale javanaise, Radén Adjeng Katini naît le 21 avril 1879 à Majong (Java, auj. Indonésie) et meurt le 17 septembre 1904 à Rembang (Java). Fille d'un aristocrate javanais, gouverneur du district de Japara pour l'administration coloniale néerlandaise, Radén Adjeng Kartini a la rare opportunité de fréquenter une école néerlandaise. Elle y fait connaissance avec les idées occidentales to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raden-adjeng-kartini/#i_9512

OCÉANIE - Les langues

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RIVIERRE
  •  • 2 542 mots

Les langues d'Océanie ne sont pour l'essentiel que la subdivision orientale de l'ensemble linguistique le plus étendu à la surface du globe : l' austronésien (AN). L'austronésien-nord est représenté par Taiwan, l'austronésien-ouest regroupe le malais, les langues des Philippines, de Madagascar et la plupart des langues d'Indonésie. L'originalité la plus évidente de la famille océanienne est son e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-les-langues/#i_9512

PHILIPPINES

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • William GUÉRAICHE, 
  • Lucila V. HOSILLOS, 
  • Jean-Louis VESLOT
  • , Universalis
  •  • 21 391 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Formes primitives »  : […] Les premières manifestations de la littérature philippine sont des réactions émotionnelles très élémentaires à des expériences individuelles et collectives. Vers rituels, poèmes lyriques, drames, épopées doivent leur vigueur toute primitive à leur forme fruste, leurs effets lyriques à la spontanéité et à la simplicité de l'expression, et leur réalisme à une relation intime avec le milieu, les phé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippines/#i_9512

Voir aussi

Pour citer l’article

Denys LOMBARD, « MALAISIE ET INDONÉSIE, langues et littératures », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/malaisie-et-indonesie-langues-et-litteratures/