MALAISIE ET INDONÉSIE, langues et littératures

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La littérature indonésienne

S'il n'y a aucune solution de continuité entre le malais et l'indonésien, il y a rupture – et rupture consciente de la part des auteurs – entre l'ancienne « littérature malaise » et la nouvelle « littérature indonésienne ». La société indo-néerlandaise des années 1920 était évidemment très différente de celle des sultanats du xviie siècle, et les fougueux étudiants de Batavia – bientôt « indonésiens » – entendaient rompre d'avec les formes littéraires traditionnelles (hikayat, syair, etc.). Ils se tournent tout naturellement vers l'Occident dont les échos affaiblis leur parviennent par l'intermédiaire des traductions néerlandaises.

Quatre faits sont à signaler à l'origine de cette spectaculaire renaissance : l'essor d'une presse en malais dès les dernières décennies du xixe siècle ; le développement, à partir de 1880 environ, d'une abondante littérature sino-malaise (romans, pièces de théâtre, rédigés en malais par des Chinois d'outre-mer) ; la création en 1908, par les autorités coloniales, d'une maison d'édition (Balai Pustaka) chargée de faire connaître, par des traductions, la littérature de la métropole et de publier les œuvres originales des premiers auteurs « indigènes » ; la publication, en 1911, des Lettres d'une jeune Javanaise de famille noble (originaire de Japara), Radén Ajeng Kartini. Rédigées en néerlandais et adressées à une correspondante des Pays-Bas, ces lettres reflètent les aspirations et les déceptions de l'auteur, victime de l'ancienne coutume qui cloîtrait les filles de la noblesse dès qu'elles atteignaient l'âge de douze ans. Toute une génération se reconnut dans Kartini, qui devait devenir comme une des pionnières de la lutte pour l'émancipation féminine.

On s'accorde pour distinguer cinq grandes périodes dans le développement de la littérature indonésienne.

L'éveil (1920 env.-1933)

La première phrase s'inscrit sous le signe de l'« occidentalisation ». Les auteurs sont surtout des Sumatranais (pour qui le malais-indonésien est la langue maternelle), issus de l'aristocratie ; [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  MALAISIE ET INDONÉSIE, langues et littératures  » est également traité dans :

ANANTA TOER PRAMOEDYA (1925-2006)

  • Écrit par 
  • Etienne NAVEAU
  •  • 850 mots

Romancier, essayiste et biographe, auteur d'une œuvre largement diffusée et traduite, Pramoedya Ananta Toer (dit Pram) est sans conteste la figure la plus marquante de la littérature indonésienne du xx e  siècle. Né en 1925 à Blora, ville située sur la côte nord de Java, Pram prit part à la lutte pour l'indépendance de son pays et fut incarcéré p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pramoedya-ananta-toer/#i_9512

BOUGI ou BUGI

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 461 mots

Population numériquement la plus importante de la péninsule septentrionale de Célèbes (Sulawesi) en Indonésie, les Bougi étaient environ 3,5 millions dans les années 1990. Cette ethnie fut, avec les Makassar, parmi les premières populations malaises à se convertir au bouddhisme et à faire leurs les coutumes de l'Inde ; toutes deux empruntèrent en particulier une organisation nettement stratifiée — […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bougi-bugi/#i_9512

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les influences chinoise et indienne »  : […] Plusieurs familles linguistiques s'imbriquent de la manière la plus complexe sur le continent. La péninsule est le lieu où les familles tibéto-birmane, karen, sino-tibétaine, miao-yao, thaï-kadaï, austro-asiatique et austronésienne se jouxtent dans l'espace et le temps, tandis que la situation est plus homogène dans les archipels, avec la famille austronésienne. Sur les populations animistes dite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epopee/#i_9512

INDONÉSIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Denys LOMBARD
  •  • 10 678 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Marchands des ports, cosmopolitisme »  : […] D'un type très différent et pour ainsi dire opposé, les États marchands qui se sont constitués au xvi e et au xvii e  siècle sur les rives de l'archipel sont des comptoirs tournés vers l'extérieur, presque sans arrière-pays, des villes pratiquement nouvelles, qui poussent sur des sites naguère in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indonesie-histoire/#i_9512

KARTINI RADÉN ADJENG (1879-1904)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 394 mots

Héroïne nationale javanaise, Radén Adjeng Katini naît le 21 avril 1879 à Majong (Java, auj. Indonésie) et meurt le 17 septembre 1904 à Rembang (Java). Fille d'un aristocrate javanais, gouverneur du district de Japara pour l'administration coloniale néerlandaise, Radén Adjeng Kartini a la rare opportunité de fréquenter une école néerlandaise. Elle y fait connaissance avec les idées occidentales to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raden-adjeng-kartini/#i_9512

OCÉANIE - Les langues

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RIVIERRE
  •  • 2 542 mots

Les langues d'Océanie ne sont pour l'essentiel que la subdivision orientale de l'ensemble linguistique le plus étendu à la surface du globe : l' austronésien (AN). L'austronésien-nord est représenté par Taiwan, l'austronésien-ouest regroupe le malais, les langues des Philippines, de Madagascar et la plupart des langues d'Indonésie. L'originalité la plus évidente de la famille océanienne est son e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-les-langues/#i_9512

PHILIPPINES

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • William GUÉRAICHE, 
  • Lucila V. HOSILLOS, 
  • Jean-Louis VESLOT
  • , Universalis
  •  • 21 391 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Formes primitives »  : […] Les premières manifestations de la littérature philippine sont des réactions émotionnelles très élémentaires à des expériences individuelles et collectives. Vers rituels, poèmes lyriques, drames, épopées doivent leur vigueur toute primitive à leur forme fruste, leurs effets lyriques à la spontanéité et à la simplicité de l'expression, et leur réalisme à une relation intime avec le milieu, les phé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippines/#i_9512

Voir aussi

Pour citer l’article

Denys LOMBARD, « MALAISIE ET INDONÉSIE, langues et littératures », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/malaisie-et-indonesie-langues-et-litteratures/