Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MALADIE, anthropologie

Il en est aujourd'hui de l' anthropologie « médicale » comme il en a été naguère de l'anthropologie « politique » ou de l'anthropologie « économique » : elle tente de se faire reconnaître comme une partie constituante de l'anthropologie sociale en général, tout en marquant la spécificité de son domaine, de ses points de vue et de ses méthodes. On peut donc imaginer qu'elle risque de connaître un avenir du même ordre, c'est-à-dire porteur du même paradoxe : une fois définis et constitués, les différents domaines de l'anthropologie laissent percevoir le caractère indécis de leurs frontières, et l'on peut sans doute avancer que c'est à partir du problème de la définition de leurs frontières (quand bien même il apparaît comme un faux problème, un problème dont l'objet est illusoire) que s'élabore et se met en forme la problématique propre à chacun de ces domaines ; le caractère non spécifiquement économique de la rationalité économique, la dimension religieuse du politique figurent ainsi au nombre des conclusions d'auteurs comme Maurice Godelier ou Georges Balandier, et ces conclusions peuvent servir de points de départ à la définition de nouveaux objets intellectuels qui ne correspondent pas au découpage institué par la division du travail anthropologique.

Les divisions de l'anthropologie médicale

L'anthropologie dite médicale est, quant à elle, d'autant plus sûrement promise à un avenir de sur- et de sous-définition que son homogénéité est très relative (en témoigne la diversité des démarches classées sous cette étiquette) et sa spécificité douteuse (en témoignent les nombreuses implications politiques ou religieuses de ses données). Confirment cette incertitude de départ l'existence d'une littérature descriptive abondante, l'absence d'essais de synthèse théorique et, plus encore, le fait que l'organisation de la discipline et de ses données se fait, à l'instar de celle de l'anthropologie politique à ses débuts, sur une base typologique.

Les classements typologiques s'effectuent, en effet, en tous sens et, pour l'essentiel, s'appliquent à la fois à l'ensemble des secteurs qui composeraient la sous-discipline « anthropologie médicale » et aux divisions internes de ces secteurs eux-mêmes. D'une vision d'ensemble de la littérature et des manifestations institutionnelles auxquelles a donné lieu l'anthropologie médicale, principalement aux États-Unis, on peut en effet conclure tout d'abord à la remarquable diversité, sinon à l'incontestable hétérogénéité d'analyses qui n'ont en commun que leur objet empirique d'occasion, à condition de définir celui-ci de façon très lâche. Un article de Serge Genest (1978) a eu le mérite, à la suite de A. C. Colson et K. E. Selby (1974), de bien mettre en évidence le côté en quelque sorte administratif et stratégique du regroupement ainsi opéré entre des recherches aux finalités différentes : l'épidémiologie, l'étude des soins en institution (health care delivery systems), les recherches sur les problèmes de santé et l'ethnomédecine constitueraient les quatre grandes divisions de l'anthropologie médicale. L 'épidémiologie se préoccupe essentiellement d'établir des corrélations entre l'environnement social ou naturel et les maladies endémiques ou épidémiques ; elle peut être conçue dans un sens très sociologique et chercher explicitement à mettre en relation coutumes ou modes d'habitat et maladies spécifiques ; elle n'est pas non plus sans finalités pratiques, puisque les modifications de divers ordres consécutives aux déplacements de population, par exemple, risquent d'entraîner l'effacement, l'apparition ou la réapparition de maladies. Genest, s'appuyant sur les travaux de H. Fabrega (1972), rappelle[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : président de l'École des hautes études en sciences sociales

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ABORIGÈNES AUSTRALIENS

    • Écrit par Barbara GLOWCZEWSKI
    • 7 150 mots
    • 5 médias
    ...chamans. Le pouvoir chamanique est inné ou acquis au cours de la vie, mais, dans les deux cas, il faut s'entraîner pour développer tout son potentiel. Il permettrait de voir à travers le corps la cause de la maladie et d'extraire celle-ci en la suçant hors du corps sous la forme d'un caillot de sang,...
  • AMÉRINDIENS - Amérique du Nord

    • Écrit par Marie-Pierre BOUSQUET, Universalis, Roger RENAUD
    • 10 380 mots
    • 6 médias
    ...facteur de diffusion de l'influence européenne fut le grand désastre démographique. Les navires européens qui apportaient les marchandises apportèrent aussi variole, rougeole, grippe, typhoïde, tuberculose, choléra, pestes... Avant 1650, la population indigène diminua parfois de 90 p. 100 dans les régions...
  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par Élisabeth COPET-ROUGIER, Christian GHASARIAN
    • 16 158 mots
    • 1 média
    ...préoccupe des classifications et des connaissances, des pharmacopées indigènes, des thérapeutiques, des corps de représentations, empirique et symbolique. Elle permet de repenser les notions de maladie et de santé, de comprendre, une fois admise la compénétration du social et du fait biomédical, les relations...
  • ANTHROPOLOGIE ANARCHISTE

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 4 849 mots
    • 3 médias
    ...éleveur en sus de ses fonctions universitaires, il décrit le processus de formation d’une nouvelle socialisation, la domustelle qu’il la nomme, qui réunit sous un même toit humains et animaux domestiques, mais aussi animaux dits commensaux (rats et leurs puces, cafards, etc.) et porteurs demaladies.
  • Afficher les 19 références

Voir aussi