MAISONS-LAFFITTE

Bâtie dans un site exceptionnel à l'ouest de Paris, entre une boucle de la Seine et la forêt de Saint-Germain-en-Laye, la ville de Maisons-Laffitte (Yvelines) porte inscrits dans son nom double les deux gestes fondateurs de son identité : la construction du château de Maisons (1641-1668) par François Mansart pour René de Longueil, sur la route du château royal de Saint-Germain, et le lotissement du parc (1834-1844) par le banquier Jacques Laffitte, acquéreur de Maisons en 1818, sur la ligne de chemin de fer de Paris à Saint-Germain. Le premier offre une exceptionnelle leçon d'architecture, accomplissement de la nouvelle culture architecturale établie par Pierre Lescot et Philibert Delorme et aboutissement de la transformation du château français en maison de plaisance au centre d'une nature restructurée ; le second constitue la première « cité-jardin » française, laboratoire d'une société industrielle en mouvement qui cherche à la campagne un ressourcement libérateur.

Quelques rares documents permettent de suivre la métamorphose du domaine de Maisons, depuis le modeste manoir, bâti à la fin du xvie siècle en bord de Seine, à proximité d'un petit village de mariniers et de maraîchers, jusqu'à la superbe « maison », « l'une des merveilles de notre architecture française » selon Jacques-François Blondel, qui domine de ses terrasses, de ses balcons et de son belvédère trois jardins, cour et avant-cour, petit parc et grand parc, percés d'avenues rectilignes jusqu'à l'horizon. D'autres archives décrivent pour le xixe siècle la transformation en banlieue paysagère de ce terroir (érigé en marquisat en 1658 et racheté en 1777 par le comte d'Artois, frère du roi Louis XVI et futur Charles X).

Au tournant du xixe siècle, contrairement aux intentions de l'initiateur de la conversion du domaine aristocratique en colonie moderne, le lotissement, qui avait fait disparaître l'avant-cour, aurait emporté aussi le château sans une campagne de presse qui conduisit l'État à sauver ce joyau de l'architecture du Grand Siècle (trop tard hélas pour préserver son écrin de jar [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : chercheur à l'Inventaire général d'Île-de-France
  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MAISONS-LAFFITTE  » est également traité dans :

CIVILE CLASSIQUE FRANÇAISE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER
  •  • 1 119 mots
  •  • 1 média

S'il fallait choisir, parmi les architectes, celui qui, durant la première moitié du xviie siècle, a le mieux incarné ce que nous nommons le classicisme français, nous choisirions sans doute François Mansart, et, parmi ses créations, outre une aile du château […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-civile-classique-francaise/#i_27873

MANSART FRANÇOIS (1598-1666)

  • Écrit par 
  • William Peter Jackson SMITH
  •  • 2 785 mots

Dans le chapitre « Les grandes réalisations »  : […] René de Longueil, qui commanda le château de Maisons en 1642, se révéla le client le plus satisfaisant pour Mansart, car sa fortune augmenta prodigieusement tandis que les travaux étaient en cours, et ses premières exigences, en termes d'aménagement, n'étaient pas très grandes. Pour une fois, Mansart eut la possibilité de se livrer jusqu'au bout à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-mansart/#i_27873

Voir aussi

Pour citer l’article

Sophie CUEILLE, Claude MIGNOT, « MAISONS-LAFFITTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maisons-laffitte/