LAFFITTE JACQUES (1767-1844)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un charpentier de Bayonne, Jacques Laffitte entre, en 1788, comme comptable à la banque Perrégaux de Paris ; il se fait rapidement remarquer pour ses capacités et son travail et devient l'associé de son patron en 1800, puis son successeur en 1804. Régent en 1809, puis gouverneur de la Banque de France en 1814, il est élu député de la Seine en 1816 ; il soutient le Parti libéral tout en participant à la plupart des grandes opérations financières du temps et rivalise de faste avec Rothschild. C'est ainsi que Laffitte, en 1818, prête cinq millions à Paris pour enrayer une crise financière, et qu'il appuie, en 1824, le ministre Villèle dans la conversion des rentes de 5 p. 100 en 3 p. 100. Il joue un rôle décisif dans la crise de juillet 1830, et pousse sur le trône Louis-Philippe d'Orléans, président de la Chambre des députés. Il devient président du Conseil en novembre 1830 ; avec lui, c'est le parti du Mouvement qui arrive au pouvoir. Exécuteur testamentaire de Napoléon, ayant marié sa fille au fils aîné de Ney, Laffitte est de ceux pour lesquels les Trois Glorieuses sont dirigées tout autant contre les traités de 1815 que contre la branche aînée des Bourbons ; ses initiatives à l'occasion des affaires belges mènent le nouveau régime au bord de la rupture avec l'Angleterre. Sur le plan intérieur, la faiblesse et la vanité de Laffitte favorisent le désordre et l'anarchie. Aussi doit-il abandonner le pouvoir en mars 1831, ayant bien malgré lui frayé la voie à la politique réactionnaire de Casimir Périer. Il se retrouve déconsidéré et ruiné. Il laissera des Mémoires.

—  Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LAFFITTE JACQUES (1767-1844)  » est également traité dans :

BOURGEOISIE FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Régine PERNOUD
  • , Universalis
  •  • 7 675 mots

Dans le chapitre « La banque »  : […] La Banque de France est créée le 13 février 1800, c'est-à-dire trois mois après le coup d'État de Brumaire (9 nov. 1799). Des banquiers dont l'activité était déjà importante sous l'Ancien Régime : Mallet, Perrégaux, Lecouteulx de Canteleu, se trouvaient pourvus d'un instrument financier officiel dans l'État avec la création de cette Banque de France dont Lecouteulx devenait le président. À la ban […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourgeoisie-francaise/#i_20280

JUILLET MONARCHIE DE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 8 485 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les partis dynastiques »  : […] Les partis dynastiques regroupent ceux qui ont appuyé le nouveau souverain ; ils sont très vite divisés sur l'interprétation de la révolution de Juillet et sur le choix des méthodes de gouvernement. Le Parti du mouvement (mouvement vers la démocratie) voit dans la révolution de Juillet un point de départ pour de nouvelles réformes annoncées dans l'article 69 de la Charte révisée ; il souhaite une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie-de-juillet/#i_20280

MAISONS-LAFFITTE

  • Écrit par 
  • Sophie CUEILLE, 
  • Claude MIGNOT
  •  • 2 984 mots

Dans le chapitre « Le lotissement de Jacques Laffitte »  : […] Le banquier Jacques Laffitte acquiert le château de Maisons en 1818, pour se retirer loin des miasmes et du bruit de Paris. En 1834, un revirement de fortune le conduit à sacrifier une grande partie du parc, 300 hectares, pour se lancer dans la spéculation immobilière. C'est un homme d'affaires avisé qui a déjà investi dans plusieurs opérations parisiennes. Ses qualités de financier, son goût pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maisons-laffitte/#i_20280

Pour citer l’article

Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY, « LAFFITTE JACQUES - (1767-1844) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-laffitte/