MAHĀYĀNA ou GRAND VÉHICULE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'appellation bouddhiste de Mahāyāna, traduite communément par « Grand Véhicule », est un terme polémique du bouddhisme. Avec son pendant péjoratif, le Hīnayāna (« Petit Véhicule »), le Mahāyāna forme un couple conceptuel qui, à l'instar de la distinction chrétienne entre Ancien et Nouveau Testament, reflète une vision progressiste de l'histoire religieuse et implique une hiérarchie, admise par les seuls tenants du second terme. On peut y voir la radicalisation d'un concept plus ancien, celui des « trois véhicules » ou modes de progression dans la voie bouddhique, qui distinguait le véhicule des « auditeurs » (́srāvaka en sanscrit), celui des « éveillés solitaires » (pratyekabuddha) et celui des « êtres d'éveil » (bodhisattva). La pratique du véhicule des auditeurs était couronnée par l'état d'arhat ou « méritant » ; le véhicule des Éveillés (bouddhas) solitaires n'était suivi que par ceux qui, nés dans un âge où le message bouddhique n'avait pas été propagé, découvraient par leurs propres moyens la loi de la production causale et de l'acte (karman) et parvenaient à s'en affranchir. Le troisième véhicule, celui des êtres d'Éveil ou bodhisattva, était infiniment plus restreint puisqu'il était réservé à celui qui parvient, après d'innombrables renaissances, à apparaître au monde pour réaliser l'éveil complet de Bouddha et prêcher en tant que tel la loi bouddhique (dharma). Les tenants du Grand Véhicule vont à la fois déprécier les deux premiers groupes, celui des Auditeurs essentiellement, car les Éveillés solitaires sont par définition un groupe largement théorique en notre monde, et donner une dimension inattendue au troisième, qui devient le Mahāyāna proprement dit.

On s'accorde généralement à penser que ce mouvement novateur de remise en question de la vision bouddhique ancienne s'est constitué à partir du premier siècle avant J.-C. ; l'essentiel du corpus d'écritures canoniques (citons les sūtra dits « de la Grande Vertu de Sagesse », le « Sūtra du Lotus », le « Sūtra d'Amitābha », l'« Enseignement de Vimalakīrti ») le repré [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études, section des sciences religieuses

Classification


Autres références

«  MAHAYANA ou GRAND VÉHICULE  » est également traité dans :

AJAṆṬĀ

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 2 267 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Description et historique »  : […] Numérotées à partir de l'est par les archéologues, les cavernes s'alignent au flanc de la gorge et s'y déploient en éventail. On distingue des sanctuaires [ caitya ] (n os  9, 10, 19, 26 et 29) et des salles de réunion ( vihāra ). Les premiers ont un plan absidal ; leur nef, voûtée en berceau, est portée par les piliers qui la séparent des bas-côtés. Au fond du vaisseau – et en avant du déambulato […] Lire la suite

AMIDA

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 862 mots

Dans le chapitre « L'expansion de l'amidisme »  : […] Amida était connu depuis longtemps en Inde, en Chine, au Tibet et même au Japon, depuis l'époque de Nara, où le célèbre voyageur Ennin avait rapporté de Chine la pratique de la méditation sur le nom d'Amida ; mais les impasses dans lesquelles finissaient par s'enliser la spéculation philosophique, les troubles tant physiques que moraux et le pessimisme né des guerres incessantes durant cette pér […] Lire la suite

ASANGA (entre IVe et VIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 275 mots

Parmi les maîtres les plus célèbres du bouddhisme de tendance mahāyāna, les deux frères Asanga et Vasubandhu, originaires du nord-ouest de l'Inde (région de Pashāwar), occupent une place importante. Asanga, l'aîné, est tenu pour le fondateur de l'école vijnānavāda, selon laquelle la réalité absolue n'est « rien d'autre que pensée » ( vijnāna  : « discernement » ; ou citta  : « chose perçue »). Seu […] Lire la suite

AVALOKITEŚVARA

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN
  •  • 681 mots
  •  • 1 média

C'est l'une des plus belles figures mythiques du Grand Véhicule bouddhique. Il personnifie la miséricorde, la compassion ; il protège voyageurs, malades et mourants ; il est « passeur » ( tāra ) des âmes après la mort. Très populaire dans tout le monde bouddhique, son culte s'est étendu géographiquement du Baïkal à Ceylan, et du Caucase au Japon et en Indonésie. Au cours des xii e  et xiii e  sièc […] Lire la suite

AVATAMSAKA-SŪTRA

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 513 mots

Texte mahāyāna qui a connu une grande vogue en Chine. D'après la légende, l'Avatamsaka Sūtra (le Sūtra de l'Ornementation fleurie de Buddha, en chinois : Huayanjing ) aurait été prononcé par le Buddha aussitôt après son Éveil, mais si profondes étaient ces paroles qu'aucun des auditeurs ne pouvait en comprendre le sens. Il semble que ce texte n'ait été l'objet d'aucun enseignement spécial ni qu'il […] Lire la suite

BODHI ou ÉVEIL, bouddhisme

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 368 mots

Terme essentiel au bouddhisme, traduit assez souvent et à tort par « illumination », bodhi signifie « éveil ». Il existe plusieurs sortes de bodhi, la plus parfaite étant celle des buddha, des Éveillés. Pour les shrâvaka et les pratyekabuddha, la bodhi se limite à faire cette constatation : « J'ai détruit la Douleur ; je n'aurai plus à la détruire ; c'est l'arrivée au salut. » Chez les buddha, la […] Lire la suite

BODHISATTVA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 503 mots
  •  • 4 médias

Le terme sanskrit bodhisattva désigne des êtres ( sattva ), humains ou divins, qui ont atteint l'état d'éveil ( bodhi ). Ils devraient donc porter logiquement le nom de buddha (« éveillé ») et être à jamais libérés des contingences existentielles. Le bouddhisme cependant, spécialement sous sa forme du « Grand Chemin » (Mahāyāna), enseigne que certains buddhas suspendent, par compassion pour leurs […] Lire la suite

BOUDDHA ÉTAT DE

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 566 mots
  •  • 1 média

Désignant celui qui s'est éveillé, mais aussi celui qui a éveillé les autres, le terme « bouddha » ( buddha ) s'applique à l'homme qui a atteint le suprême et parfait Éveil complet (anuttarasamyaksambodhi), le samyaksambuddha. Personne n'est plus avancé que lui. Il dépasse le pratyekabuddha ou « buddha pour soi », qui atteint la bodhi et le nirvāṇa, mais sans en faire profiter les autres et sans p […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 126 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « À Java »  : […] À Java, à partir du viii e  siècle, sous la dynastie bouddhiste des Çailendra, ont été édifiés des monuments qui comptent parmi les plus importants du bouddhisme. Une inscription, datée de 778 et gravée en caractères de l'Inde du Nord (alors que les écritures de l'Asie du Sud-Est se rattachent à celles de l'Inde méridionale), nous apprend qu'un roi de la dynastie des Çailendra fit ériger un sanctu […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Dans le chapitre « Le Mahāyāna »  : […] L'hypothèse qui prétendait trouver l'origine du « Grand Véhicule » chez les Sarvāstivādin, dans le nord-ouest de l'Inde, doit être abandonnée. Comme l'a bien montré notamment Edward Conze, les premières manifestations du Mahāyāna sont apparues, à la fin du i er  siècle avant J.-C., parmi les sectes issues des Mahāsāṃghika, plus précisément sans doute chez les Pūrvaśaila et les Aparaśaila établis e […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le chemin de l'arrêt de la douleur »  : […] Le chemin qui conduit à l'arrêt de la douleur est une technique de comportement et d'entraînement psychique. Il aboutit à l'Extinction par quatre voies successives correspondant à quatre stades dans la marche au but, celui du converti, du religieux qui ne renaîtra plus qu'une fois, du religieux qui ne renaîtra plus, du saint qui touche à l'Extinction. De plus, il ouvre une carrière encore supérieu […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme tibétain

  • Écrit par 
  • Anne-Marie BLONDEAU
  •  • 5 631 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Écoles et doctrines »  : […] Comme dans le bouddhisme indien, plusieurs écoles se constituèrent au Tibet, mais leur différenciation dépend plutôt de facteurs historiques que de distinctions doctrinales, qui ne s'affirmèrent que peu à peu : au départ, il ne s'agissait que de disciples groupés autour d'un maître, qui recevaient puis transmettaient à leur tour les enseignements et pratiques que leur maître avait lui-même directe […] Lire la suite

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations du Buddha

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 2 845 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La multiplication des Buddha »  : […] Le bouddhisme ancien attribue au Buddha historique sept ou vingt-quatre prédécesseurs ; leurs biographies sont des calques rigoureux de la sienne à un ou deux détails près, dont l'essence de l'arbre sous lequel chacun d'eux a connu l'Éveil . C'est la représentation de cet arbre qui est utilisée, si nécessaire, comme signe d'identification de leurs images ; celles-ci, rares (sauf dans le cas de Dīp […] Lire la suite

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations des Bodhisattva

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 1 504 mots
  •  • 2 médias

Les Bodhisattva sont des « êtres ( sattva ) [sur le chemin] de l'Éveil ( Bodhi ) », c'est-à-dire des futurs Buddha ou des êtres qui, sur le point de devenir des Buddha, y ont renoncé. Dans sa première acception, le terme concerne le Buddha historique, pour la partie de sa vie terrestre qui précède l'Éveil et pour toutes ses existences antérieures ( jātaka ), ainsi que Maitreya , le Buddha du futur […] Lire la suite

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Le stupa

  • Écrit par 
  • Gérard FUSSMAN
  •  • 2 588 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Valeurs symboliques »  : […] Les grammairiens indiens, pour expliquer le mot stūpa, ont inventé une racine : stu , « agglomérer ». Car même dans ses formes les plus élaborées, le stūpa est d'abord un tumulus, un entassement de matériaux. D'éminents savants (P. Mus, J. Irwin) ont soutenu que le stūpa dérivait de tumulus bâtis de façon à symboliser par leur paroi extérieure hémisphérique (aṇḍa) la voûte céleste, et par le pote […] Lire la suite

BUGAULT GUY (1917-2002)

  • Écrit par 
  • François CHENET
  •  • 642 mots

Ce grand universitaire, qui enseigna à l'université de Paris-X-Nanterre puis à l'université de Paris-Sorbonne (Paris-IV) où il occupa la chaire de philosophie indienne et comparée, fut l'un des meilleurs spécialistes du bouddhisme du Grand Véhicule, de la littérature de la Prajñāparamitā et du grand dialecticien bouddhique Nāgārjuna, certainement le plus grand philosophe bouddhique et l'un des g […] Lire la suite

CAMBODGE

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 25 808 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La monarchie »  : […] Un de ces princes, revenu au Cambodge vers l'an 800 après avoir reçu une éducation à Java, réussit à rallier les principautés khmères et à secouer le joug des Malais. Il se proclama roi en 802 sous le nom de Jayavarman II et installa sa capitale cette fois loin de la mer et du Mékong, dans la région du Phnom Kulen, au nord du Grand Lac . Rejetant la suzeraineté de Java, il restaura le culte du die […] Lire la suite

DAOSHENG [TAO-CHENG] (365-434)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 256 mots

Moine bouddhiste éminent de la Chine du Sud. Disciple de Huiyuan, Daosheng étudie d'abord l' Abhidharma des Sarvāstivādin à Lushan. En 405, il se rend en Chine du Nord, dans la capitale Chang'an, auprès du grand maître Kumārajīva. Il participe à la traduction du Sūtra du Lotus ( Saddharmapundarīka ). De retour en Chine du Sud, il s'installe à Nankin, où il étudie le Sūtra du Nirvāna ( Mahāparin […] Lire la suite

DHARMAKĀYA

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 206 mots

Le terme sanskrit dharmakāya signifie « corps de la loi » et apparaît déjà dans les textes les plus anciens du bouddhisme par opposition aux pūtikāya , « corps de pourriture » et aux manomayakāya , « corps spirituels » avec lesquels le Buddha se déplace dans les univers. Le dharmakāya représente alors l'ensemble des doctrines enseignées par le Buddha. Pour les Sarvāstivādin, le dharmakāya est l'en […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Noël ROBERT, « MAHĀYĀNA ou GRAND VÉHICULE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahayana-grand-vehicule/