MAHĀBHĀRATA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La grande histoire des descendants de Bharata

Le sujet principal de l'Épopée, cette rivalité entre cousins germains nés de demi-frères, ne prend toute sa signification que si l'on remonte aux origines du conflit, relatées dans les premiers livres. Ces événements déjà lointains passent pour avoir été révélés à Vaiśampāyana par son maître Vyāsa qui est, en même temps, l'ancêtre des deux partis adverses, cette « révélation » devant authentifier le récit.

Deux clans, aux droits équivalents, se disputent la royauté d'Hastināpura ; toutefois la prépondérance accordée antérieurement à Pāṇḍụ, père des Pāṇḍava, et le fait que leurs cousins usent de procédés déloyaux mettent le dharma, la justice, du côté des Pāṇḍava. Dans une telle perspective, il apparaît normal et nécessaire pour l'ordre cosmique et l'ordre social – c'est la même chose, l'un étant le garant de l'autre – que les descendants de Pāṇḍu l'emportent. Mais les rapports des uns aux autres s'enchevêtrent trop étroitement pour que la victoire ne s'achète pas fort cher : le prix payé se révélera exceptionnellement lourd. Dans la perspective de l'équilibre entre le pouvoir religieux (brahman) et l'imperium (Kṣatra), le but de la lutte est aussi l'affaiblissement par la mort de nombreux guerriers de l'imperium devenu trop puissant.

Origine de la guerre

On peut partager les dix-huit chapitres (ou livres) de l'Épopée en trois groupes principaux. Les quatre premiers livres exposent les raisons lointaines et proches du conflit et comment celui-ci est devenu inévitable : il faut en rechercher les causes plusieurs générations en arrière.

Parmi la postérité de Bharata figure un certain Kuru ; bien que l'appellation de «  Kaurava » soit réservée à l'un des partis, celui de Dhṛtarāṣṭra, les uns comme les autres descendent tous de ce Kuru. Un de ses arrière-petits-fils, le roi Śāntanu, eut, dans sa jeunesse, de la nymphe Gāṅgā (le Gange personnifié) un fils sage et vertueux, Bhīṣma. Plus tard, le roi rechercha l'alliance d'une princesse, Satyavatī, qui elle-même avait eu à l'insu de tous un fils, Kṛṣṇa, qu'elle avait abandonné dans [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études honoraire à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification


Autres références

«  MAHABHARATA  » est également traité dans :

MAHĀBHĀRATA (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 830 mots
  •  • 1 média

Le Mahābhārata, ou la « Grande (Guerre) des Bhāratas », est la plus vaste œuvre connue de la littérature hindoue : ses dix-neuf livres ne comptent pas moins de cent vingt mille versets. Immense compilation de récits oraux à l'origine, cette œuvre collective qu'on attribue au mystique Vyāsa aurait pris forme entre le ive siècle avan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahabharata-anonyme/#i_8901

ĀŚRAM ou ASHRAM

  • Écrit par 
  • Guy DELEURY
  •  • 1 739 mots

Dans le chapitre « Le temps de l'effort »  : […] Les hindous aiment à décrire leur religion comme celle du catur-varna-āśrama-dharma , c'est-à-dire la loi (cosmique) des quatre classes d'homme et des quatre âges de la vie. Quand on sait l'importance que l' Inde accorde aux varna , c'est-à-dire aux classes ou castes, on devine la place qu'elle doit donner aux āśrama ou aux âges, ces deux notions étant intimement liées. De même que l'humanité est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asram-ashram/#i_8901

BHAGAVAD GĪTĀ

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 2 183 mots

La Bhagavad Gītā , « Chant du Bienheureux Seigneur », est un des longs passages spéculatifs insérés dans le Mahābhārata , la grande Épopée indienne, mais sa composition et son inspiration en font un tout autonome. Elle expose l'enseignement métaphysique et mystique donné par Viṣṇu, sous la forme de Kṛṣṇạ, à l'un des princes, héros de la guerre qui va mettre aux prises deux clans rivaux et apparen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bhagavad-gita/#i_8901

BHĀRATA NĀṬYA-ŚĀSTRA DE

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 213 mots

Héros éponyme de l'Inde, fils du roi Dushyanta (ou Dushmanta), de la dynastie « lunaire » des Pauravas, et de la belle Shakuntala, fille de l'ermite Vishvamitra, Bhārata aurait été suivant la tradition le premier souverain universel de l'Inde. Ses trois « fils », ou descendants par Shantanu roi d'Hastināpura, sont : Dhritarāshtra, dit Kuru, né aveugle, Pāndu, le « pâle », et le sage Vidura. Des de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/natya-sastra-de-bharata/#i_8901

BRAHMANISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Les divinités »  : […] Le brahmanisme et l'hindouisme qui en est issu se caractérisent par la facilité avec laquelle ils assimilent les divinités et les croyances qu'ils rencontrent. Ainsi le brahmanisme, héritier du védisme, va conserver la plupart de ses divinités, en même temps qu'il adoptera, les assimilant à ses dieux, celles auxquelles rendaient un culte des groupes sinon autochtones, du moins installés antérieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brahmanisme/#i_8901

BROOK PETER (1925- )

  • Écrit par 
  • Georges BANU
  •  • 2 297 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un nouveau départ : le Centre international des recherches théâtrales et les Bouffes du Nord »  : […] Installé à Paris, Peter Brook, libéré des exigences de la production théâtrale habituelle, se lance d'abord dans une recherche radicale qui porte sur la voix et les sons « premiers ». Il fait travailler les membres de son équipe sur des langues anciennes dans les espaces mythiques de Persépolis. Les recherches aboutiront à une version du mythe de Prométhée placée sous le signe de la quête des ori […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-brook/#i_8901

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'idée de tradition épique en Inde »  : […] Les plus anciens monuments littéraires indiens qui nous sont parvenus sont les Veda, recueils d'hymnes et textes religieux qui ne sont pas dénués de matière épique. Il faut attendre les environs de l'ère chrétienne pour avoir de véritables récits suivis et pouvant recevoir la dénomination d'épopée : le Mahābhārata et le Rāmāyaṇa sanskrits, le Cilappatikāram tamoul, etc. La conscience de la narr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epopee/#i_8901

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 181 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des œuvres épiques aux collections de textes »  : […] Dès la fin des upaniṣad classiques, donc un peu avant l'ère chrétienne, les croyances formant le fond de l'hindouisme ont pris corps, attestant la vitalité d'un mouvement sans doute encore plus ancien et parallèle au brahmanisme védisant. Ainsi la Śvetāśvatara prône le culte de Rudra-Śiva, Personne Suprême, matrice universelle ; le terme même de bhakti s'y trouve au dernier chapitre. Le tout sem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hindouisme/#i_8901

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Philosophies des religions »  : […] Les grandes épopées, Mahābhārata et Rāmāyaṇa , montrent dans une affabulation épique la merveille des incarnations divines. Dans le Mahābhārata , ce sont des incarnations des dieux védiques dont les héros sont des fils et aussi l'incarnation directe en Kṛṣṇa de l'Être suprême, Viṣṇu. Dans le Rāmāyaṇa , c'est l'incarnation de Viṣṇu encore en Rāma. Ces textes contiennent des enseignements philosoph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-doctrines-philosophiques-et-religieuses/#i_8901

INDE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Amandine D'AZEVEDO, 
  • Charles TESSON
  •  • 6 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les pionniers, le film mythologique »  : […] Deux dates marquent la naissance du cinéma indien. Le 7 juillet 1896, des films des frères Lumière sont montrés à l’hôtel Watson, à Bombay, et le 3 mai 1913 est projeté, à Bombay également, le premier film indien de fiction, réalisé par un entrepreneur local pour le public indien, Raja Harishchandra . C’est en voyant, en 1910, au cinéma, une vie du Christ que Dadasaheb Dundiraj Phalke décide de t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-le-cinema/#i_8901

KĀLIDĀSA (IVe-Ve s. env.)

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 1 705 mots

Dans le chapitre « Śakuntalā »  : […] Le sujet de Śakuntalā est tiré du Mahābhārata . On comprend tout le prix de l'art de Kālidāsa quand on voit avec quel bonheur il a transformé la légende pour la rendre plus propre à la scène et plus émouvante. Le roi Duṣyanta est entraîné, au cours d'une chasse, auprès de l'ermitage forestier de Kaṇva. Il aperçoit la fille adoptive de ce dernier, Śakuntalā. L'amour les unit. Mais le roi doit bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kalidasa/#i_8901

KRISHNA ou KṚṢṆA

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 2 449 mots

De toutes les incarnations ( avatāra ) animales ou humaines par lesquelles Viṣṇu (Vishnou) accepta de se manifester sur la Terre pour la sauver, celle de Kṛṣṇa (Krishna), qui est la huitième, plus encore que celle de Rāma, constitue la plus populaire. À la fois dieu et héros, sa légende qui constitue la geste de Kṛṣṇa se déroule longuement à travers le Mahābhārata , où il se manifeste comme l'alli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/krishna-krsna/#i_8901

MALAISIE ET INDONÉSIE, langues et littératures

  • Écrit par 
  • Denys LOMBARD
  •  • 10 370 mots

Dans le chapitre « Époque ancienne (Xe-XVe s.) »  : […] À part quelques textes rédigés à l'époque des premiers royaumes de Java central (version en vers du Rāmāyaṇa , x e  s. ?), le gros de la production date des époques de Kaḍiri, de Singasari et de Mojopahit ; l'influence des modèles indiens, surtout nette au début, s'atténue à partir de la fin du xiv e  siècle (résurgence du fonds autochtone). Beaucoup d'œuvres sont en vers (on les appelle kakawin ) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/malaisie-et-indonesie-langues-et-litteratures/#i_8901

MARATHE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Ian RAESIDE
  •  • 2 634 mots

Quatrième langue « constitutionnelle » de l'Union indienne avec soixante-cinq millions de locuteurs dans les années 1990, le marathe (mahratte, ou marāthī ) est une langue indo-aryenne parlée à l'ouest et au centre du pays, c'est-à-dire dans un triangle dont les sommets seraient Bombay et Goa sur la côte et Nagpur au cœur de la péninsule. Le māhārāṣṭrī , forme ancienne du terme marāthī actuel, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-marathe/#i_8901

PURĀṆA

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 344 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] Une tradition que les purāṇa eux-mêmes s'efforcent d'établir est celle d'un Purāṇa d'origine dont les divers purāṇa connus ne seraient que des fragments. Le terme, il est certain, apparaît tôt dans la littérature sanskrite : l' Atharva le mentionne à la suite des quatre Veda ; toutefois, il ne s'agissait probablement pas à cette période d'un texte unique, ni même de textes particuliers, mais d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/purana/#i_8901

SANSKRITES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 973 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le corpus des textes anciens »  : […] La littérature védique est un corpus de textes clos, reconnu comme faisant un ensemble par la tradition indienne qui lui a donné le nom générique de veda (« savoir »). Veda désigne proprement les quatre textes les plus anciens, qui sont des collections d'hymnes aux dieux ( Ṛgveda ), de mélodies ( Sāmaveda ), de formules liturgiques ( Yajurveda ), de formules magiques ( Atharvaveda ). Ces textes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-sanskrites/#i_8901

SĀVITRĪ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 363 mots

Mot sanskrit ( sāvitrī , l'« incitatrice ») qui désigne d'abord une formule rituelle utilisée dans la cérémonie de l'initiation ( upanayana ). Au moment où le jeune garçon de bonne caste atteint l'âge de raison, vers huit ans, il est introduit dans le monde des adultes par le maître spirituel (guru) qui l'adopte en lui communiquant la teneur d'une strophe du Rig-Véda dont la répétition quotidienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/savitri/#i_8901

THÉÂTRES DU MONDE - La tradition indienne

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 3 326 mots

Dans le chapitre « Théâtre populaire »  : […] Parallèlement à ce théâtre conventionnel s'est développé en Inde, depuis un temps également immémorial, un théâtre non écrit de forme assez fruste mais présentant un intéressant répertoire de folklore où alternent dialogues, chants, intermède musical ou dansé. Manifestant la vigueur que laisse l'indépendance, combinant tradition orale et improvisation, il a sans cesse « alimenté, inconsciemment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-la-tradition-indienne/#i_8901

THÉÂTRES DU MONDE - Le théâtre indonésien

  • Écrit par 
  • Denys LOMBARD
  •  • 1 689 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les wayang avec dalang »  : […] La forme la plus connue et de beaucoup la plus répandue de wayang avec dalang est le théâtre d'ombres ou wayang kulit , dans lequel les figurines sont taillées dans du cuir ( kulit ) . Cette forme est attestée à Bali dès le x e  siècle et à Java dès le xi e  siècle, mais il s'agit d'un rituel beaucoup plus ancien dont les origines sont à rechercher dans le culte des ancêtres. Aujourd'hui encore, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatres-du-monde-le-theatre-indonesien/#i_8901

VĀLMĪKI

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 223 mots

Les grandes épopées hindoues, le Mahābhārata (« La Grande Guerre des Bharatas ») et le Rāmāyana (« la Geste de Rāma ») sont des compilations relativement tardives (peut-être du ~ iv e  s.) d'éléments composés longtemps auparavant. C'est pourquoi le Mahābhārata , par exemple, est attribué symboliquement à Vyāsa, dont le nom signifie « compilateur », « arrangeur ». Pour le Rāmāyaṇa , la situation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valmiki/#i_8901

VIṢṆU ou VISHNU ET VICHNOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 8 942 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les avatāra »  : […] En ce qui concerne le maintien de l'ordre ( dharma ), on ne parle plus de vyūha mais de vibhāva (manifestations) ou d' avatāra (descentes) ; cette série représente l'une des doctrines les plus populaires de l'hindouisme vichnouite. Chaque fois que le désordre apparaît dans le monde – le désordre moral entraînant toujours un désordre cosmique –, la divinité intervient. Elle s'engage dans le relat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/visnu-vishnu-et-vichnouisme/#i_8901

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne-Marie ESNOUL, « MAHĀBHĀRATA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahabharata/