ĀŚRAM ou ASHRAM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme āśram (âshram) est avec guru (gourou) un des rares mots sanskrits à être passés dans la langue française actuelle sans avoir tout à fait perdu leur sens original. Dérivé de la racine sram, qui signifie « effort intense », āśram peut désigner, dans la tradition brahmanique, soit la période de la vie que l'on consacre à cet effort de détachement spirituel, soit le lieu où on le pratique. Les āśram créés par Gandhi ou par Aurobindo s'inscrivent dans cette dernière perspective.

Le temps de l'effort

Les hindous aiment à décrire leur religion comme celle du catur-varna-āśrama-dharma, c'est-à-dire la loi (cosmique) des quatre classes d'homme et des quatre âges de la vie. Quand on sait l'importance que l'Inde accorde aux varna, c'est-à-dire aux classes ou castes, on devine la place qu'elle doit donner aux āśrama ou aux âges, ces deux notions étant intimement liées. De même que l'humanité est divisée en quatre classes d'homme, chacun (au moins chaque homme idéal, c'est-à-dire chaque brahmane) parcourt, de la naissance à la mort, quatre étapes : d'abord l'âge de l'étude (brahmacarya), puis celui de la responsabilité familiale (grihasthya), puis l'âge de la retraite (vanaprasthya), enfin l'âge du renoncement (sannyāsya).

Gandhi, partisan déterminé et nostalgique du varna-āśrama-dharma, décrivait ainsi les quatre āśrama : « Le brahmacarya est, pour les femmes comme pour les hommes, l'âge de l'étude ; ils doivent vivre dans la chasteté et être libérés de tout autre souci que celui de leurs études. À vingt-cinq ans, ils peuvent fonder une famille s'ils le désirent et devenir grihasthin, mais seulement jusqu'à l'âge de cinquante ans. C'est l'âge du profit, du plaisir, de l'activité professionnelle et de l'éducation des enfants. Ensuite, et jusqu'à l'âge de soixante-quinze ans, les époux recouvrent leur indépendance, tout en gardant la vie commune, pour se consacrer au travail social. Enfin, pendant les vingt-cinq dernières années de leur vie, ils doivent tout quitter, vivre d'aumônes, mener une vie exemplaire. » Gandhi ajoutait : « Je [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ASRAM ou ASHRAM  » est également traité dans :

ALFASSA MIRA dite LA MÈRE (1878-1973)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 289 mots

L'âshram de Shrî Aurobindo était dirigé depuis 1926 par une femme que les disciples vénéraient comme une incarnation de la Mère divine. On ne l'appelait donc que « Mère », et depuis la mort du maître (1950) elle assumait également la fonction d'inspiratrice spirituelle, qui à l'origine était dévolue à Shrî Aurobindo. Juive d'origine égyptienne, Mira Alfassa était française ; née à Paris en 1878, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mira-alfassa/#i_8347

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascétisme indien »  : […] Les origines de l'ascétisme en Inde sont très anciennes. Le Ṛgveda ( xv e  s. av. J.-C.) mentionne déjà diverses catégories d'ascètes : keśin (« chevelus »), yati (« disciplinés »), vrātya (« qui ont fait un vœu »), muni (« silencieux  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascese-et-ascetisme/#i_8347

AUROBINDO ŚRĪ (1872-1950)

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 479 mots

Dans le chapitre « Une communauté originale »  : […] Dans l' Āśram, la communauté spirituelle et temporelle dirigée par la « Mère » (décédée en 1973), cette doctrine est l'idéal que les disciples se sont appliqués à réaliser en collaboration avec des sympathisants qui travaillent pour faire vivre et prospérer cette communauté. Le centre en demeure à Pondichéry, mais la communauté possède des branches et des groupes dans plusieurs grandes villes de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sri-aurobindo/#i_8347

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Développements modernes et rencontre avec l'Occident »  : […] Nombre de doctrines et d'écoles anciennes ou médiévales sont restées vivantes en Inde jusqu'à l'époque actuelle et font donc toujours partie des philosophies modernes du pays, d'autant plus que souvent leurs théoriciens ne restent pas passifs et s'emploient à les accommoder par l'interprétation aux idées en vogue dans le présent monde international de la pensée. Certaines doctrines oubliées de lon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-doctrines-philosophiques-et-religieuses/#i_8347

MONACHISME

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Guy BUGAULT, 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Louis GARDET, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 12 548 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le renoncement et la société séculière »  : […] La société séculière s'efforcera d'apprivoiser ce monachisme sauvage, en l'institutionnalisant à la faveur de la théorie des quatre āśrama  : comme on s'en aperçoit à partir de la Sv́etāśvatara Upaniṣad , dans le Mahābhārata , et plus strictement dans les traités juridiques ( Dharmaśāstra) , notamment les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monachisme/#i_8347

RAMAṆA MAHARṢI (1879-1950)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 215 mots

L'un des plus célèbres maîtres spirituels de l'hindouisme contemporain fut un brahmane tamoul du nom de Venkata Ramana Aiyer. Il renonça au monde à l'âge de dix-sept ans et se fixa alors à Tiruvannamalaï, lieu de pèlerinage célèbre en pays dravidien : on y vénère une colline (le mont Arunâchala) qui passe pour représenter l'axe du monde que la tradition brahmanique identifie à une montagne mythiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramana-maharsi/#i_8347

SAṂNYĀSIN ou SANNYĀSIN

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 551 mots

Au cœur de la tradition brahmanique classique (depuis le ~ viii e  s. et jusqu'à nos jours) se trouve l'idée que l'existence n'est rien, si on la réfère à l'essence. Le monde des phénomènes n'est pas dépourvu d'être propre (comme le pensent les bouddhistes), puisqu'il est soutenu par le Principe (le brahman ), dont il est iss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samnyasin-sannyasin/#i_8347

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy DELEURY, « ĀŚRAM ou ASHRAM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/asram-ashram/