BHĀRATA NĀṬYA-ŚĀSTRA DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Héros éponyme de l'Inde, fils du roi Dushyanta (ou Dushmanta), de la dynastie « lunaire » des Pauravas, et de la belle Shakuntala, fille de l'ermite Vishvamitra, Bhārata aurait été suivant la tradition le premier souverain universel de l'Inde. Ses trois « fils », ou descendants par Shantanu roi d'Hastināpura, sont : Dhritarāshtra, dit Kuru, né aveugle, Pāndu, le « pâle », et le sage Vidura. Des deux premiers sont issus les cent frères « Kourouïdes » (Kauravya) et les cinq frères « Pāndouïdes » (Pāndava), dont la guerre est l'objet de l'épopée sanskrite du Mahābhārata, c'est-à-dire la « Grande [Guerre] des Bhāratas ». Par extension, le nom de ce clan védique est appliqué à tous les habitants de l'Inde, qui sont donc des « Bhāratas », et le pays entier est dit le Bhāratamandala (ou Bhāratavarsha : l'« empire de Bhārata », la « terre des Bhāratas »). Aujourd'hui « Bhārat » est le nom officiel de l'Inde (article 1er de la Constitution de la République). D'autres personnages, plus ou moins historiques, reçurent aussi le nom de Bhārata : le demi-frère de Rāma, héros de l'épopée du Rāmayana, ainsi que l'auteur sanskrit du Nātya-Shāstra, dit Bhāratīya.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  BHARATA NATYA-SASTRA DE  » est également traité dans :

MAHĀBHĀRATA

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 4 061 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les problèmes historiques et littéraires »  : […] À la fin du deuxième millénaire précédant l'ère chrétienne, pense-t-on généralement, le chef de l'une des tribus āryennes qui s'installèrent dans l'Inde du Nord-Ouest s'appelait Bharata. Suivant un procédé de dérivation habituel à la langue sanskrite, ses descendants, et plus généralement les membres de son clan, portaient le nom de Bhārata (« issus ou dépendants de Bharata »). Par ailleurs, l'o […] Lire la suite

ŚAKUNTALĀ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 636 mots

Le théâtre indien de langue sanskrite connut son âge d'or au temps des souverains gupta, qui régnaient sur l'Inde du Nord-Ouest entre 300 et 550. C'est justement au iv e  siècle que se manifeste, selon la plus sûre probabilité, le génie de Kālidāsa, dont les poèmes et les drames sont les meilleurs exemples. Śakuntalā (Shakuntalâ, nom de l'héroïne) est l'exemple achevé de ce que doit être une pièc […] Lire la suite

SANSKRITES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 973 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les belles-lettres »  : […] La formation du pandit est nourrie de poésie. Il apprend par cœur les chefs-d'œuvre, retient nombre de vers gnomiques, de beaux exemples, de mots appropriés à toutes circonstances. Le pandit reste marqué par cette formation. S'il ne devient pas pur poète, il l'est toujours quelque peu, quelle que soit sa spécialité. Il n'est pas de discipline, de technique, où l'expression ne soit pas ornée d'une […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « BHĀRATA NĀṬYA-ŚĀSTRA DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/natya-sastra-de-bharata/