Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NAPOLÉON III LOUIS-NAPOLÉON BONAPARTE (1808-1873) empereur des Français (1852-1870)

Un conspirateur malheureux (1830-1846)

1830-1831 : Le désir de s’engager et la cause de l’indépendance italienne

À la suite des Trois Glorieuses (27, 28 et 29 juillet 1830) et de la chute de Charles X, Louis-Napoléon Bonaparte nourrit l’espoir de voir Louis-Philippe lever le bannissement imposé par la loi de 1816. Le roi des Français, au contraire, la réaffirme en 1832. Incapable d’agir en France, Louis-Napoléon saisit donc l’opportunité de le faire en Italie. Soutien et sympathisant des carbonari depuis 1826, il s’engage à Rome dans une insurrection préparée à la faveur de la mort du pape Pie VIII (30 novembre 1830). Mais ce complot dit de « San Pietro » avorte, tué dans l’œuf par une trahison. Expulsé des États pontificaux, Louis-Napoléon rejoint son frère aîné à Florence et élabore avec lui un nouveau projet de soulèvement. Ils doivent cependant reculer à la demande même des chefs de l’insurrection, qui ne veulent pas s’aliéner Louis-Philippe, et Napoléon-Louis meurt de la rougeole (17 mars 1831) au cours de leur retraite.

Le 22 juillet 1832, la disparition du duc de Reichstadt, fils de Napoléon Ier, renforce la position de Louis-Napoléon dans l’ordre de succession, et cela d’autant plus que ni son oncle Joseph ni son père Louis ne manifestent le désir de revendiquer l’héritage. Cette circonstance stimule ses ambitions et le pousse au mariage. Les pourparlers engagés avec Jérôme Bonaparte en vue d’une union avec sa cousine Mathilde semblent prometteurs. Quelques mois plus tard néanmoins, après l’échec du coup de Strasbourg, les fiançailles sont rompues.

De Strasbourg (1836) à Boulogne-sur-Mer (1840) : deux coups de force, deux échecs

Les conspirations de Strasbourg (30 octobre 1836) et de Boulogne-sur-Mer (6 août 1840) ne sont rien moins que deux tentatives de coup d’État, impliquant de soulever une garnison puis de marcher sur Paris pour prendre le pouvoir. S’ils ont échoué, ces deux coups de force sont mieux préparés et pas aussi chimériques qu’on l’a souvent écrit.

Les villes d’abord, ne sont pas choisies au hasard. En 1836, Strasbourg est connue pour son opposition à la monarchie de Juillet et Boulogne-sur-Mer, où Napoléon Ier avait établi un camp en 1803 dans le cadre de son projet de débarquement en Grande-Bretagne, reste profondément liée au souvenir napoléonien. L’une et l’autre de ces villes présentent des atouts stratégiques (proximité avec la frontière ou l’Angleterre) et Louis-Napoléon Bonaparte y a établi des contacts au sein de la garnison. Dans sa préparation, il peut compter sur le soutien indéfectible de Persigny ‒ un bonapartiste rencontré en 1835 ‒ et s’inspire chaque fois de la « geste impériale », rédigeant en amont plusieurs proclamations annonçant et justifiant le coup d’État. En 1840, l’affaire de Boulogne ‒ bénéficiant de l’expérience strasbourgeoise ‒ est préparée à grands coups de propagande (financés grâce à l’héritage de sa mère décédée en octobre 1837). Louis-Napoléon Bonaparte établit également des contacts dans les milieux républicains, voire socialistes, et bénéficie des difficultés que rencontre alors la monarchie de Juillet, qui poussent Louis-Philippe à exploiter la gloire napoléonienne (retour des cendres de Napoléon Ier à Paris en 1840).

Chaque fois, la résistance d’une partie des officiers (le général Voirol à Strasbourg, en 1836) ou de la garnison elle-même (à Boulogne, en 1840) mène à l’échec. Cette dernière entreprise est également contrariée par une trahison ‒ peut-être celle de Montholon ‒ qui met en alerte le gouvernement de Louis-Philippe. Les conjurés ‒ au moins une partie d’entre eux ‒ sont donc arrêtés, en 1836 comme en 1840. Cependant, si après le coup de Strasbourg, le roi des Français, tenant à minimiser l’événement aux yeux de l’opinion et à discréditer le malheureux prétendant, se contente de l’expédier[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteure en histoire, chercheuse associée au Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines de l'UVSQ/université Paris-Saclay

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Napoléon III, empereur des Français, F. X. Winterhalter

Napoléon III, empereur des Français, F. X. Winterhalter

Napoléon III en famille

Napoléon III en famille

Reddition de Napoléon III à Sedan en 1870

Reddition de Napoléon III à Sedan en 1870

Autres références

  • EMPIRE SECOND (1852-1870)

    • Écrit par Stella ROLLET
    • 12 843 mots
    • 9 médias

    Le 2 décembre 1852, après une élection au suffrage universel masculin en 1848 ‒ la première de l’histoire de France ‒ et quatre années de pouvoir à la tête de la IIe République en tant que président de la République puis « prince-président », Louis-Napoléon Bonaparte proclame l’Empire,...

  • ALPHAND ADOLPHE (1817-1891)

    • Écrit par Universalis, Michel VERNÈS
    • 1 674 mots
    ...d'ingénieur en chef du service des Promenades de Paris. Ce poste d'apparence modeste embrasse pourtant un des aspects majeurs de la transformation de Paris. C'est que Napoléon III est acquis à la cause des jardins publics. Influencé par les doctrines saint-simoniennes et par la civilisation anglaise où il...
  • BISMARCK OTTO VON (1815-1898)

    • Écrit par Michel EUDE
    • 4 879 mots
    • 3 médias
    ...universel d'un parlement allemand et donne à la Prusse la parité avec l'Autriche dans la direction de la Confédération. En même temps, sur les conseils de Napoléon III qu'il est allé voir à Biarritz en octobre 1865, Bismarck signe avec l'Italie un traité d'alliance qui obligera l'Autriche à se battre sur...
  • BONAPARTE LOUIS (1778-1846) roi de Hollande (1806-1810)

    • Écrit par Jean MASSIN
    • 398 mots

    Aspirant d'artillerie en 1790, Louis Bonaparte prend part à la campagne d'Italie en 1796 comme aide de camp de son frère et se retrouve colonel de dragons au retour de l'Égypte. Dès ce moment, atteint peut-être d'une maladie sur la nature de laquelle on s'interroge, il donne des signes de fragilité...

  • CAMPANA COLLECTION

    • Écrit par Dominique BRIQUEL
    • 2 232 mots
    • 1 média
    ...Grande-Bretagne, la Russie, et jusqu'à la Belgique s'étaient manifestées. Vu l'ampleur de la collection, la dépense à envisager avait de quoi faire hésiter : la France dut débourser 4800000 francs or pour les douze mille objets qu'elle acheta ; les journalistes hostiles à l'initiative eurent beau jeu de souligner...
  • Afficher les 32 références

Voir aussi