NAPOLÉON III LOUIS-NAPOLÉON BONAPARTE (1808-1873) empereur des Français (1852-1870)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dernier souverain français (1852-1870)

L’entourage et la cour

Le 2 décembre 1852, à quarante-quatre ans, Louis-Napoléon Bonaparte devient « Empereur des Français ». Si Napoléon III n’obtient pas du pape qu’il vienne le sacrer à Notre-Dame, comme cela avait été le cas pour son oncle, il n’en règne pas moins en véritable souverain, reconstituant une cour et développant une stratégie dynastique.

Grâce au montant annuel obtenu par Persigny pour la liste civile, c’est-à-dire pour le budget de la maison impériale (25 millions de francs ; sénatus-consulte du 12 décembre 1852), la cour du second Empire est bien plus brillante et fastueuse que celles des deux régimes précédents. Fréquentée par les membres de la famille impériale et par la noblesse du premier Empire, ainsi que par les membres des grands corps d’État, la cour se compose encore de représentants éminents de l’aristocratie européenne alors qu’elle est, à l’inverse, largement boudée par la grande bourgeoisie orléaniste et la vieille noblesse du faubourg Saint-Germain. D’une demeure à l’autre, au cours de l’année, la cour suit les pérégrinations du couple impérial : le palais des Tuileries, sa résidence principale (décembre-mai), les châteaux de Saint-Cloud et(ou) Fontainebleau (mai-août), les cures thermales à Plombières et Vichy (été), le camp de Chalons (deuxième quinzaine d’août), Biarritz (septembre) et les séries de Compiègne (novembre) ‒ lors desquelles les souverains reçoivent des centaines d’invités, y compris des savants ou des artistes, dans un cadre raffiné mais moins strict qu’aux Tuileries et selon une liste élaborée chaque fois avec soin par l’impératrice.

Napoléon III, empereur des Français, F. X. Winterhalter

Photographie : Napoléon III, empereur des Français, F. X. Winterhalter

Présenté au public lors de l'Exposition universelle de 1855, le portrait de Napoléon III peint par Franz Xaver Winterhalter devient le portrait officiel de l'empereur. Huile sur toile, 1855, 241 × 156 cm. 

Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

L’entourage de l’empereur se compose avant tout de sa famille et, en premier lieu, de son épouse Eugénie de Montijo, ainsi que de leur fils, le prince impérial. Depuis leur mariage, célébré à Notre-Dame de Paris le 30 janvier 1853, l’impératrice est une partenaire solide pour Napoléon III, qui n’hésite pas à lui confier la régence (lors de la campagne d’Italie en 1859) ou des missions de représentation (inauguration du canal de Suez en 1869). Le prince impérial, né le 16 mars 1856, est une source de fierté pour l’empereur, à la fois comme père mais aussi comme souverain, car il voit sa succession désormais assurée. Dès lors, Napoléon III dépend moins de son oncle Jérôme et du fils de ce dernier, le prince Napoléon (dit « Plon-Plon »), héritier plus ou moins désigné avant 1856. En dépit de son affection pour lui, l’empereur avait essayé de l’écarter de la succession en raison de son caractère difficile (décret impérial du 18 décembre 1852). Quant à la princesse Mathilde, sœur du prince Napoléon et ancienne fiancée de Louis-Napoléon, elle perd une grande part de son influence après le mariage de ce dernier avec Eugénie. Le peu de pouvoir qui lui reste alors lui vient du salon littéraire et artistique qu’elle anime et des postes éminents occupés par son amant, le comte de Nieuwerkerke (directeur général des musées nationaux dès 1849, surintendant des Beaux-Arts en 1863), ce qui lui vaut le surnom de « Notre-Dame des Arts ». Les autres membres de la famille Bonaparte, plus effacés, ne sont pas pour autant oubliés. Chaque année, Napoléon III consacre une part importante de la liste civile (environ 1,5 million de francs) au versement de leurs pensions et n’hésite ni à éponger leurs dettes ni à leur offrir de somptueux hôtels particuliers.

Napoléon III en famille

Photographie : Napoléon III en famille

Napoléon III, empereur des Français, en compagnie de son épouse, l'impératrice Eugénie et de leur fils unique Napoléon Eugène Louis, le prince impérial. Photographie d'André Adolphe Eugène Disdéri (1819-1889). 

Crédits : Science & Society Picture Library/ Getty Images

Afficher

Le cercle proche et intime du souverain est cependant bien plus constitué par les anciens complices de sa jeunesse. Il en fait ses collaborateurs, leur attribuant des postes importants ou des missions de confiance. Mais ce n’est pas parmi eux que Napoléon III choisit ses ministres, qui ne sont en général que de simples exécutants. Persigny ‒ d’une fidélité à toute épreuve ‒ ainsi que Morny ‒ son demi-frère, dont il fait la connaissance en 1849 et qui devient très vite un conseiller très écouté ‒ constituent deux des rares exceptions.

Fidèle et loyal en amitié, Louis-Napoléon l’est beaucoup moins en amour, multipliant les conquêtes. Sa liaison avec Miss Howard, qui ne prend fin qu’avec son mariage, fait partie des plus connues. Mais la postérité a surtout retenu le nom de la Castiglione, une aristocrate piémontaise qui met ses charmes au service de l’unité italienne. Si elles ont été nombreuses, les maîtresses de Louis-Napoléon [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Napoléon III, empereur des Français, F. X. Winterhalter

Napoléon III, empereur des Français, F. X. Winterhalter
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

tableau

Napoléon III en famille

Napoléon III en famille
Crédits : Science & Society Picture Library/ Getty Images

photographie

Reddition de Napoléon III à Sedan en 1870

Reddition de Napoléon III à Sedan en 1870
Crédits : G. Dagli Orti/ DeAgostini/ Getty Images

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteure en histoire, chercheuse associée au Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines de l'UVSQ/université Paris-Saclay

Classification

Autres références

«  NAPOLÉON III LOUIS-NAPOLÉON BONAPARTE (1808-1873) empereur des Français (1852-1870)  » est également traité dans :

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 007 mots
  •  • 12 médias

Napoléon III n'est-il pas un souverain méconnu ? L'importance du second Empire n'a-t-elle pas échappé aux historiens ?À première vue, la personnalité de Napoléon III souffre de la comparaison avec celle de son oncle. Mais plus que le fondateur de la dynastie, le premier Napoléon, il a compris les problèmes sociaux de son temps et favorisé le développement industriel de la France. Largement étendu, […] Lire la suite

ALPHAND ADOLPHE (1817-1891)

  • Écrit par 
  • Michel VERNÈS
  • , Universalis
  •  • 1 667 mots

Dans le chapitre « Un ingénieur à la tête des « Promenades de Paris » »  : […] Né en 1817 à Grenoble, d'un père colonel d'artillerie, Adolphe Alphand entre à l'École polytechnique en 1835, puis à l'École des ponts et chaussées en 1837. Après s'être vu confier des missions dans l'Isère et la Charente-Inférieure, il est envoyé en 1839 à Bordeaux comme ingénieur ordinaire du corps des Ponts et Chaussées. Il y réalise des travaux portuaires et ferroviaires, se familiarise avec […] Lire la suite

BISMARCK OTTO VON (1815-1898)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 861 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le ministre-président de Prusse »  : […] Le 22 septembre 1862, Guillaume I er reçoit Bismarck au château de Babelsberg près de Potsdam. La situation intérieure de la Prusse était grave : en conflit avec le Landtag depuis 1858 sur la question des crédits militaires, le roi ne voyait d'autre issue que d'abdiquer. Bismarck combat cette résolution et s'engage à faire voter les lois sur l'armée : le roi cède, il nomme Bismarck ministre d'Éta […] Lire la suite

BONAPARTE LOUIS (1778-1846) roi de Hollande (1806-1810)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 396 mots

Aspirant d'artillerie en 1790, Louis Bonaparte prend part à la campagne d'Italie en 1796 comme aide de camp de son frère et se retrouve colonel de dragons au retour de l'Égypte. Dès ce moment, atteint peut-être d'une maladie sur la nature de laquelle on s'interroge, il donne des signes de fragilité psychique ; son hypocondrie et sa défiance maladive ne feront que s'accentuer. À la proclamation de […] Lire la suite

CAMPANA COLLECTION

  • Écrit par 
  • Dominique BRIQUEL
  •  • 2 231 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une chute qui suscite des convoitises »  : […] Tout cela coûtait cher, et la fortune personnelle du marquis lui apparut bientôt insuffisante : il n'hésita pas à puiser dans les sommes que ses fonctions lui faisaient manipuler. En 1857, ce fut la chute : Campana fut arrêté, soumis à un procès et condamné en 1858 à vingt ans de travaux forcés (il devait néanmoins être rapidement gracié, sur l'intervention de Napoléon III, avant de mourir, ruiné, […] Lire la suite

CAVOUR CAMILLO BENSO DE (1810-1861)

  • Écrit par 
  • Franco CATALANO, 
  • Universalis
  •  • 3 208 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'alliance franco-piémontaise »  : […] Cavour avait parfaitement compris les intentions de Napoléon III, avide de restaurer la grandeur et le prestige du premier Empire en acquérant de nouveau – selon une tradition née à la fin du xv e  siècle avec l'expédition de Charles VIII – une prédominance décisive en Italie. Aussi l'empereur accepta-t-il les invitations de Cavour qui, entre-temps, avait consolidé sa position en gagnant à sa pol […] Lire la suite

LES CHÂTIMENTS, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 088 mots
  •  • 1 média

« Écoute, je te dois, Sire, un remercîment/Sans toi je n'aurais pas fait ce livre inclément... » Écrivant ces vers des années plus tard, Victor Hugo (1802-1885) avouait, non sans ironie, sa dette envers Napoléon III. C'est en effet à Jersey puis à Guernesey , entre 1852 et 1870, qu'il compose ou achève quelques-unes de ses œuvres maîtresses : Les Contemplations (1856), La Légende des Siècles (18 […] Lire la suite

CONSTITUTIONS FRANÇAISES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 1 668 mots

Constitution de 1791 Adoptée le 3 septembre par l'Assemblée nationale constituante, deux années après la Déclaration de 1789 qui forme son Préambule, suspendue d'application le 10 août 1792, la première Constitution française ne dura pas un an. Essai de monarchie parlementaire, elle exacerbait en fait l'opposition entre exécutif et législatif : initiative des lois réservée à l'Assemblée unique (él […] Lire la suite

DEUXIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 4 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le gouvernement des républicains modérés »  : […] Le général Cavaignac a composé son ministère de républicains « authentiques » (on disait « républicains de la veille »), tandis que Marrast préside la Constituante. Mais une réaction profonde suivit les journées de Juin, creusant un fossé entre les républicains et les masses populaires parisiennes au profit des éléments les plus conservateurs ; plus de trois mille insurgés furent emprisonnés ou tr […] Lire la suite

LE 18-BRUMAIRE DE LOUIS BONAPARTE, Karl Marx - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuel BAROT
  •  • 1 249 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les contradictions de la IIe République »  : […] Lors du coup d'État du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799), le commandant des troupes de Paris, le général en chef Bonaparte, savamment entouré, obtient des députés du Directoire non expulsés par son armée la proclamation d'un texte qui, le 19 brumaire, le nomme consul provisoire avec Sieyès et Roger Ducos. Il deviendra très vite le Premier consul, plénipotentiaire, avant d'être sacré empereur […] Lire la suite

DU PREMIER EMPIRE À LA IIIe RÉPUBLIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 196 mots

1815 Rétablissement de la monarchie. 1830 « Trois Glorieuses » (27-29 juillet) : chute de Charles X, avènement de Louis-Philippe. Février 1848 Chute de Louis-Philippe, proclamation de la II e  République. 2 décembre 1851 Coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte. 2 décembre 1852 Proclamation du second Empire. Septembre 1870 Défaite de Sedan (le 2) ; proclamation de la III e  République (le 4). […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Stella ROLLET, « NAPOLÉON III LOUIS-NAPOLÉON BONAPARTE (1808-1873) - empereur des Français (1852-1870) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-napoleon-napoleon-iii/