Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BONAPARTE LOUIS (1778-1846) roi de Hollande (1806-1810)

Aspirant d'artillerie en 1790, Louis Bonaparte prend part à la campagne d'Italie en 1796 comme aide de camp de son frère et se retrouve colonel de dragons au retour de l'Égypte. Dès ce moment, atteint peut-être d'une maladie sur la nature de laquelle on s'interroge, il donne des signes de fragilité psychique ; son hypocondrie et sa défiance maladive ne feront que s'accentuer. À la proclamation de l'Empire, il reçoit la dignité de connétable par un choix où l'on pourrait hésiter à reconnaître une marque de tendresse fraternelle ou un jeu humoristique s'il n'était pas plus vraisemblable de supposer que Napoléon a préféré par calcul conférer le plus haut titre militaire à l'homme le plus inoffensif de son entourage. Louis, promu roi de Hollande, ne peut se résigner à n'y exercer que des fonctions de préfet ; sans se croire, comme son aîné Joseph, devenu monarque de droit divin, il a la très estimable naïveté d'imaginer qu'un roi doit chercher d'abord le bonheur de son peuple ; pendant la courte durée de son règne, il entre sans cesse en conflit avec Napoléon, sur l'occupation française qu'il veut voir cesser, sur le Blocus continental qu'il répugne à appliquer ; en juillet 1810, sentant sa position devenir intenable, il prend l'initiative d'abdiquer et se retire en Autriche (puis à Rome en 1814 et pour finir à Florence) ; il semble assister à peine à la suite de l'histoire, tant il y demeure indifférent. Comme tous ses frères, il occupe ses loisirs à beaucoup écrire. Marié contre son gré en 1802 à Hortense de Beauharnais, il n'avait jamais beaucoup vécu avec elle jusqu'à son abdication et, dès 1810, il tient à se séparer entièrement d'elle ; en public comme en privé, il devait toujours refuser la paternité de plusieurs enfants de sa femme, en particulier celle du futur Napoléon III. Il se pourrait bien que ce dernier, créole par sa mère et peut-être néerlandais par son père, n'ait pas eu une goutte de sang corse malgré la célèbre imprécation hugolienne. Louis Bonaparte n'aurait eu que soixante-treize ans au 2-Décembre. Il y aurait peut-être assisté en y portant aussi peu d'intérêt qu'il n'en a montré pour les autres événements survenus après 1810.

— Jean MASSIN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • HORTENSE DE BEAUHARNAIS (1783-1837) reine de Hollande (1806-1810)

    • Écrit par Universalis
    • 271 mots

    Reine de Hollande, née le 10 avril 1783 à Paris, morte le 5 octobre 1837 à Arenenberg en Suisse.

    Issue du premier mariage de la future impératrice Joséphine et d'Alexandre de Beauharnais, Eugénie-Hortense de Beauharnais fait sensation dans l'entourage de son beau-père, Premier consul de France...

  • NAPOLÉON III LOUIS-NAPOLÉON BONAPARTE (1808-1873) empereur des Français (1852-1870)

    • Écrit par Stella ROLLET
    • 5 111 mots
    • 3 médias
    ...de Napoléon Ier, il est indispensable de bien mesurer l’impact de l’histoire familiale sur sa personnalité. Né le 20 avril 1808, il est le fils de Louis Bonaparte ‒ alors roi de Hollande (1806-1810) ‒ et d’Hortense de Beauharnais ‒ issue de la première union de l’impératrice Joséphine. En dépit...
  • PAYS-BAS

    • Écrit par Christophe DE VOOGD, Universalis, Frédéric MAURO, Guido PEETERS, Christian VANDERMOTTEN
    • 35 732 mots
    • 23 médias
    ...dirigée par un homme unique, Rutger Jan Schimmelpenninck. Ce dernier fit de l'excellent travail dans les domaines législatif et administratif. En 1806, Napoléon supprima la République batave pour en faire le royaume de Hollande qu'il confia à son frère Louis-Napoléon. Celui-ci tenta de servir...

Voir aussi