IVRÉE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le duché lombard d'Ivrée, contrôlant les cols alpestres vers la Savoie, est érigé en marquisat au ixe siècle par les Carolingiens ; il englobe l'essentiel du Piémont et la Ligurie. Après la déposition de Charles le Gros en 887 et surtout après l'invasion hongroise en 899, il n'y a plus en Italie de pouvoir royal fort. Adalbert d'Ivrée, tout comme les autres grands feudataires, mène sa propre politique : soucieux d'affaiblir au maximum la monarchie, il suscite au roi Bérenger Ier un compétiteur, Louis, roi de Provence, mais ne lui apporte pas de soutien effectif ; battu et fait prisonnier par Bérenger, Louis est aveuglé et renvoyé en Provence en 905. La seule constante de la politique des marquis d'Ivrée sera l'opposition à tout pouvoir royal trop puissant ou menaçant de l'être : ainsi Ermengarde, veuve d'Adalbert, appelle Hugues de Provence contre Raoul de Bourgogne, demeuré seul en Italie après avoir éliminé Bérenger Ier (924) ; Hugues l'ayant emporté, Bérenger d'Ivrée, fils d'Adalbert, intrigue contre lui et doit fuir en Germanie ; incarnant le refus de toute autorité qui caractérise l'aristocratie, il y trouve des nuées de partisans ; rentré en Italie en 945, il oblige le roi Hugues et son fils Lothaire à lui abandonner le pouvoir de fait. En 950 Lothaire meurt ; Bérenger II est couronné à Pavie.

Alors qu'il a été largement responsable de l'anarchie italienne en tant que marquis, Bérenger II veut lutter contre elle en tant que roi. Il provoque sa perte en obligeant, par ses persécutions, la veuve de Lothaire, Adélaïde, à se réfugier auprès d'Otton Ier, roi de Germanie : celui-ci descend en Italie avec une forte armée ; l'aristocratie, lasse de Bérenger, se range à ses côtés. Porté au compromis, Otton laisse à Bérenger le titre royal contre un engagement de vassalité et retourne en Germanie. Bérenger, demeuré seul, s'empresse de se venger de ses adversaires et s'attaque même au pape Jean XII, qui appelle Otton, couronné empereur à [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  IVRÉE  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 146 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le règne d'Otton Ier et l'expansion allemande »  : […] Le règne d'Otton I er , de 936 à 973, fut capital : il donna à la royauté germanique un prestige incomparable en raison de la forte personnalité, du sens politique et des succès extérieurs du souverain, ce qui permit à celui-ci de restaurer à son profit la dignité impériale. Pourtant, les moyens d'action de la monarchie ottonienne étaient bien faibles, plus réduits encore […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-medievale/#i_18067

PIÉMONT

  • Écrit par 
  • Andreina GRISERI, 
  • Michel ROUX
  • , Universalis
  •  • 4 918 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Renaissance et baroque »  : […] L'architecture de la Renaissance au Piémont révèle des influences toscano-romaines (cathédrale de Turin par Meo del Caprina, de 1491), la pression exercée par les réalisations lombardes, et des apports vénitiens (à Roccaverano, et à San Giorgio Canavese). Saluzzo se ressent de la présence de sculpteurs venus de la Chartreuse de Pavie et de l'œuvre de Matteo Sanmicheli (portails et monuments funéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piemont/#i_18067

Pour citer l’article

Gérard RIPPE, « IVRÉE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivree/